Marchés français ouverture 2 h 41 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 603,82
    +57,64 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,2162
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    29 441,35
    +50,09 (+0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    26 122,53
    -242,55 (-0,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    639,27
    +0,13 (+0,02 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

2020, l'année noire des compagnies pétrolières

Par Michel Revol
·1 min de lecture
La raffinerie de Donges, dans les Bouches-du-Rhône. La plupart des compagnies pétrolières ont été contraintes de déprécier leurs actifs pour compenser la chute de leurs revenus.
La raffinerie de Donges, dans les Bouches-du-Rhône. La plupart des compagnies pétrolières ont été contraintes de déprécier leurs actifs pour compenser la chute de leurs revenus.

La chute d'un géant. Fondée en 1870 par John D. Rockefeller sous le nom initial de Standard Oil, ExxonMobil n'en finit plus de dégringoler. La major américaine, qui figurait en tête des valeurs boursières en 1975 derrière IBM, vient d'être éjectée du Dow Jones, l'indice boursier new-yorkais. Dix ans plus tôt, la société affichait un record mondial de capitalisation, avec plus de 45 milliards de dollars ; elle a perdu 40 % de sa valeur boursière lors de la seule année 2020. Pour limiter les dégâts, ExxonMobil a passé une dépréciation record d'environ 20 milliards de dollars en fin d'année. En Bourse, sa valeur vaut moins d'un dixième de celle d'Apple, et le prix de son action est désormais inférieur à celui de Tesla.

ExxonMobil est sans doute l'exemple le plus frappant de la chute des majors du pétrole, entraînant celle des sociétés parapétrolières. Depuis 2014, le cours du brut a été divisé par plus de deux. Après un plus bas à moins de 20 dollars fin avril 2020, le baril de Brent a péniblement relevé la tête et cote, aujourd'hui, quelque 50 dollars. La pandémie due au Covid-19 a marqué une sorte de coup de grâce. Depuis, toutes les majors serrent les vis. Elles dévaluent la valeur de leurs installations pétrolières, parce que leur rentabilité baisse et que l'avenir est sombre. Le monde passe doucement à l'après-pétrole. Le gaz naturel a sans doute encore quelques beaux jours devant lui, parce qu'il pollue deux fois moins que le charbon et, à ce titre, est [...] Lire la suite