Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 685,86
    +924,25 (+1,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 369,73
    -4,11 (-0,30 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

18.000 euros pour rester deux mois couché, voici l’offre de la recherche spatiale française

PIXABAY

Près de 20.000 euros pour rester allongé ? C'est ce que propose l'Institut de médecine et de physiologie spatiales (Medes). Après une première phase de l'étude clinique de simulation de l'impesanteur au printemps 2023, l'institut de recherche prépare sa deuxième phase et lance un recrutement de douze nouveaux volontaires. Cette étude, intitulée "Brace" (Bed rest with artificial gravity and cycling exercise), est réalisée en collaboration avec le Centre national d'études spatiales (Cnes) et l'agence spatiale européenne (ESA). Elle consiste à rester allongé pendant 60 jours afin de simuler les conditions d'impesanteur et d'évaluer les effets sur le corps humain. Les participants seront rémunérés à hauteur de 18.000 euros pour leur participation, indique Le Parisien, le 22 septembre.

L'étude se déroulera de février à mai 2024 à la Clinique spatiale de Toulouse, où les volontaires vivront une expérience unique. Les volontaires seront répartis aléatoirement en trois groupes : un groupe qui fera du vélo allongé dans une centrifugeuse, un groupe qui testera l'exercice sur vélo seul et un groupe contrôle sans aucun exercice. L'objectif de l'étude est de tester des méthodes de prévention des effets de l'impesanteur sur le corps humain lors de voyages spatiaux de longue durée. L'idée est d'associer l'exercice physique à de la centrifugation, afin de trouver les meilleures solutions pour maintenir la santé des astronautes.

Pour participer à cette expérience, de nombreux critères doivent être (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voici les hélicoptères militaires les plus performants de notre siècle
F-35 disparu : le siège éjectable aurait grillé l'électronique de l'avion le plus cher du monde
Salaires : "Le Pacte enseignant, une gifle de la part du gouvernement", dénonce Laure, directrice d’école
La Roumanie pourrait acheter des missiles français pour se protéger face à la Russie
Des militants écolos pénètrent dans l'aéroport du Bourget pour y planter... des arbres !