La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 574,71
    -176,61 (-0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,1736
    -0,0036 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    1 753,70
    -3,00 (-0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    40 405,79
    -898,23 (-2,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 202,33
    -23,20 (-1,89 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,54
    -1,07 (-1,47 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,37
    -138,55 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 441,86
    -31,89 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3753
    -0,0044 (-0,32 %)
     

1 063 euros par mois, c'est le seuil de pauvreté en France

·1 min de lecture
1 063 euros par mois, c'est le seuil de pauvreté en France

En France, une personne est considérée comme pauvre si ses revenus mensuels sont inférieurs à 1 063 euros par mois, révèle l'Insee dans sa dernière enquête. 9,3 millions de personnes vivent sous ce seuil de pauvreté.

Les inégalités de niveau de vie ont nettement augmenté en 2018 en France selon le dernier rapport publié par l'Insee (1) mercredi. Ainsi, 9,3 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté monétaire, c'est 400 000 de plus qu'en 2017. Une personne est considérée comme pauvre si ses revenus mensuels sont inférieurs à 1 063 euros par mois. Ce montant équivaut à 60% du revenu mensuel médian des Français. Il était de 1 060 un an plus tôt. En quatre ans, ce seuil de pauvreté a augmenté de 21 euros.

La part de la population considérée comme pauvre est de 14,8%, en progression de 0,7%. « Cette hausse intervient après une période de stabilisation entre 2014 et 2017 », selon l'Insee. Elle s’explique en partie par la baisse des allocations logement mais aussi la réforme de la prestation d’accueil du jeune enfant.

L'Insee constate aussi une hausse de la proportion des retraités pauvres. Leur niveau de vie ayant été pénalisé notamment « par la non-revalorisation des pensions servies par le régime général et par la hausse du taux de CSG prélevé ».

Lire la suite sur MoneyVox

Ce contenu peut également vous intéresser :

Voir également
- Crédit immobilier : qui peut encore décrocher un taux de 1% et moins ?
- Coronavirus : comment bénéficier du chômage partiel pour garder ses enfants
- Console : une Xbox allégée à moins de 300 euros

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles