La bourse ferme dans 1 h 53 min
  • CAC 40

    6 552,68
    +80,33 (+1,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 768,91
    +43,52 (+1,17 %)
     
  • Dow Jones

    32 971,60
    +168,13 (+0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,0198
    +0,0010 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 798,20
    +7,00 (+0,39 %)
     
  • BTC-EUR

    23 632,04
    +757,76 (+3,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    563,08
    +20,21 (+3,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,45
    -0,56 (-0,63 %)
     
  • DAX

    13 705,52
    +131,59 (+0,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 507,87
    +68,13 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    12 757,02
    +99,46 (+0,79 %)
     
  • S&P 500

    4 167,93
    +22,74 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 249,24
    +73,37 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    20 045,77
    -156,17 (-0,77 %)
     
  • GBP/USD

    1,2115
    +0,0044 (+0,36 %)
     

À l’avenir, vous accéderez peut-être à la 5G par l’espace

Terre globe atmosphère
Terre globe atmosphère

Les entreprises Qualcomm, Thales et Ericsson unissent leurs forces pour un projet consistant à permettre d’utiliser un smartphone 5G partout dans le monde grâce à des satellites. Les liaisons ne passeraient plus par les antennes-relais, mais iraient directement dans l’espace.

Et si la 5G arrivait par l’espace, plutôt que par des antennes-relais déployées sur Terre ? Alors que des opérateurs comme Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile s’efforcent d’étendre leur réseau terrestre en adaptant leurs infrastructures déjà existantes et en érigeant de nouveaux pylônes, trois autres acteurs dévoilent un tout autre plan, ce 11 juillet 2022

Ces trois partenaires rassemblent le Français Thales (spécialisé dans l’électronique, les communications et l’aérospatiale), le Suédois Ericsson (un géant des télécoms dans le fixe et le mobile, et spécialiste de la 5G) et l’Américain Qualcomm (un équipementier majeur dans la téléphonie mobile, qui fournit des puces compatibles au réseau 5G).

Des satellites 5G tout autour de la Terre

Leur idée ? Déployer un réseau de satellites en orbite terrestre basse, c’est-à-dire à quelques centaines de kilomètres d’altitude, pour couvrir n’importe quelle zone du globe, y compris les régions qui ne sont traditionnellement pas ou mal couvertes par les opérateurs télécoms, parce qu’elles sont très reculées, difficiles d’accès ou trop peu peuplées.

Les arguments déployés par les trois entreprises occidentales sont semblables à ceux que SpaceX utilise pour vendre Starlink. La société américaine explique qu’elle a pour ambition de desservir n’importe quel endroit du globe en haut et très haut débit.

[Lire la suite]

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles