Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 465,68
    -387,18 (-1,00 %)
     
  • Nasdaq

    16 944,98
    -74,90 (-0,44 %)
     
  • Nikkei 225

    38 556,87
    -298,50 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0814
    -0,0047 (-0,43 %)
     
  • HANG SENG

    18 477,01
    -344,15 (-1,83 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 421,32
    -517,71 (-0,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 449,79
    -34,91 (-2,35 %)
     
  • S&P 500

    5 271,77
    -34,27 (-0,65 %)
     

Tour Auto 2024 : aux temps héroïques du sport automobile

Le Tour Auto n’accepte que les modèles ayant participé à la course originelle, comme l’AC Cobra.  - Credit:Julien Hergault
Le Tour Auto n’accepte que les modèles ayant participé à la course originelle, comme l’AC Cobra. - Credit:Julien Hergault

Jeter un coup d'œil émerveillé dans le rétroviseur, c'est ce que le Tour Auto, réinventé par Patrick Peter en 1992, propose de faire tous les ans au retour du printemps. Un événement unique qui permet aux passionnés du monde entier de se croire, pour une semaine, revenus aux temps héroïques du sport automobile.

Car cette compétition, dont le format particulier combine épreuves routières et sur circuit, n'accepte que les modèles ayant participé à la course originelle, entre 1951 et 1981. Une formule dont le succès ne se dément pas, puisque ce ne sont pas moins de 240 bolides répondant à ces critères qui vont participer à l'épreuve, organisée du 21 au 27 avril, de Paris à Biarritz.

Échappés d'un circuit

Le plateau vaut encore une fois le détour pour cette 33e édition sous sa forme historique. L'organisateur met cette année en avant des prototypes semblant directement échappés d'un circuit, tels que les Porsche 904, 906 et 910, la Ferrari 512 ou les plus modestes Jidé et BSH, qui témoignent d'une période – les années 1960 et 1970 – ayant vu l'émergence de multiples petites marques françaises éphémères.

Avec quatre exemplaires engagés, la BMW 3.0 CSL, considérée comme le premier modèle développé par le département sportif de la marque bavaroise, est aussi à l'honneur. Et pour cause : cette version allégée de 200 kilos du coupé allemand, magistralement dessinée par Wilhelm Hofmeister, a marqué l'histoire de BMW en remportant notamment à six reprises le championnat [...] Lire la suite