Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 010,83
    -12,91 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 955,01
    -11,67 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    37 983,24
    -475,84 (-1,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0646
    -0,0085 (-0,79 %)
     
  • Gold future

    2 360,20
    -12,50 (-0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 920,98
    -1 360,91 (-2,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,45
    +0,43 (+0,51 %)
     
  • DAX

    17 930,32
    -24,16 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 995,58
    +71,78 (+0,91 %)
     
  • Nasdaq

    16 175,09
    -267,10 (-1,62 %)
     
  • S&P 500

    5 123,41
    -75,65 (-1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    39 523,55
    +80,92 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    16 721,69
    -373,34 (-2,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2451
    -0,0104 (-0,83 %)
     

Tirée par la baisse des prix, l'inflation continue de ralentir en mars

thanakon/Adobe Stock

La baisse est notable. En un mois, l'inflation en France ralentit +2,3% sur un an (-0,7 pt), selon les données provisoires communiquées vendredi par l'Insee. «Sur un an, selon l'estimation provisoire réalisée en fin de mois, les prix à la consommation augmenteraient de 2,3% en mars 2024, après +3,0% en février», a indiqué l'Institut national de la statistique et des études économiques dans un communiqué.

Cette «baisse de l'inflation» serait «due au ralentissement sur un an des prix de l'alimentation (+1,7% en mars après +3,6% en février)», des services, de l'énergie et des produits manufacturés. Les prix du tabac ont aussi particulièrement ralenti en mars sur un an, s'affichant à +10,7% après +18,7% en février. Par ailleurs, la hausse des prix a aussi ralenti sur un mois, à +0,2% en mars contre +0,9% en février. «Ce ralentissement serait dû à la légère baisse des prix de l'énergie, notamment du gaz et des produits pétroliers», note l'Insee.

A l'inverse, «les prix des produits manufacturés accéléreraient» en mars sur un mois, «du fait de la hausse saisonnière des prix de l'habillement après les soldes d'hiver», indique l'Institut. Les prix de l'alimentation et des services seraient en revanche «stables sur un mois». L'inflation est un indicateur scruté de près par les investisseurs, car il influe grandement sur la politique monétaire des banques centrales, qui cherchent à la ramener sous la barre des 2% par leurs politiques de hausses de leurs taux, désormais stabilisés.

Les investisseurs (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

10 ans d'Anne Hidalgo à Paris : la capitale s'est-elle métamorphosée ?
JO 2024 : pourquoi la France fait-elle appel à des renforts étrangers ?
Hausse des prestations sociales, fin de la vignette verte… tout ce qui change au 1er avril 2024
Paris : pourquoi la ligne 14 sera fermée une semaine en avril ?
L’inflation aurait été bien plus forte sans la hausse des taux de la BCE, selon la Banque de France