Marchés français ouverture 6 h 26 min
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,88 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,90 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    27 773,04
    -4,86 (-0,02 %)
     
  • EUR/USD

    1,0565
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,05 (-0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    16 298,71
    +79,86 (+0,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    407,56
    +6,13 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     

Un salarié ne peut être licencié pour son refus d'adhérer à la valeur "fun et pro" de l'entreprise

Svitlana/Adobe Stock

Monsieur T. a remporté une petite victoire en justice, pour tous les salariés qui ne souhaiteraient pas participer à des apéros organisés par leur entreprise. C’est ce qu’a indiqué la Cour de cassation dans un arrêt rendu le 9 novembre 2022, comme le rapporte bfmtv.com. Ainsi, l’employé en question avait été engagé en 2011 en tant que consultant senior avant de devenir directeur au sein de la société Cubik Partners. En 2015, il est renvoyé à cause de son "insuffisance professionnelle". Selon son employeur, monsieur T. n’adhère pas aux valeurs "fun et pro" de l’entreprise.

Le salarié décide de porter l’affaire aux prud’hommes, estimant avoir été renvoyé en raison de son "comportement critique et son refus d'accepter la politique de l'entreprise basée sur l'incitation à divers excès". Après une première décision rendue, c’est la Cour de cassation qui est venue assurer à monsieur T. qu’il était dans son bon droit : "le licenciement (est) intervenu en raison de l'exercice par le salarié de sa liberté d'expression ; que la cour d'appel a constaté qu'il ne pouvait être reproché à M. T. son absence d'intégration de la valeur "fun & pro" de l'entreprise", peut-on lire dans l’arrêt.

Les magistrats ont estimé que ces valeurs, défendues par Cubik Partners, reposaient sur "la nécessaire participation aux séminaires et aux pots de fin de semaine générant fréquemment une alcoolisation excessive encouragée par les associés qui mettaient à disposition de très grandes quantités d'alcool, et par (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Réforme de l'assurance chômage : comment le gouvernement va (encore) durcir les règles d'indemnisation
Télétravail et outils collaboratifs : les salariés “dubitatifs”, selon Atlassian
Abandon de poste, refus de CDI… ce que va changer la loi sur l’assurance chômage, adoptée par le Parlement
LinkedIn franchit le cap des 25 millions de membres en France, voici pourquoi selon la direction
TPE/PME : les salaires ont augmenté de 3,1% au premier semestre