La bourse est fermée

Les sénateurs se déchirent sur le budget des transports franciliens

Nicolas Sandanassamy/Capital

En jeu à ce moment du débat sur le projet de budget pour 2023, la question d'une augmentation du versement mobilités, une taxe sur la masse salariale des entreprises de plus de 11 salariés, à laquelle le ministre chargé des Comptes publics Gabriel Attal s'est déclaré fermement opposé. Réclamée à gauche, cette augmentation a divisé la majorité sénatoriale de droite. Les propositions d'une augmentation de 5% avancées par les sénateurs LR Philippe Tabarot et centriste Vincent Capo-Canellas ont finalement été repoussées par 121 voix "pour" et 208 voix "contre".

"On ne doit pas se mettre d'accord sur le dos des entreprises, qui financent à 50% la mobilité transport, parce que personne ne veut entamer le dialogue", a protesté Philippe Dominati (LR). Mais le cri d'alarme lancé par la présidente LR d'Île-de-France Valérie Pécresse, qui agite la menace d'un pass Navigo à 100 euros (contre 75,20), a été largement relayé dans l'hémicycle du Sénat. La présidente de région a évalué à 950 millions d'euros les surcoûts d'exploitation des transports franciliens en 2023 en raison de l'explosion prévisible des tarifs de l'électricité. En parallèle est pointée une offre dégradée en raison de défaillances des opérateurs.

"On parle de la vie quotidienne de millions de personnes, au risque d'accidents et même de jacqueries", a alerté l'écologiste Daniel Breuiller. "Les normes pour les bêtes ne sont pas respectées", a renchéri Sébastien Meurant (LR). Sur le banc des accusés, le gouvernement. "Ce que (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Actes de torture, trafic de stupéfiants... des squatteurs placés en garde à vue à Nancy
Passe Navigo : le prix devrait monter à 90 euros en 2023
Trottinettes électriques : les mineurs n'auront plus le droit d'utiliser Dott, Lime et Tier à Paris
Coupe du monde 2022 : les audiences des Bleus sont-elles en berne ?
Les prêts garantis par l'Etat vont-ils plomber notre économie ?