La bourse ferme dans 6 h 7 min
  • CAC 40

    4 897,59
    +46,21 (+0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 192,22
    +20,81 (+0,66 %)
     
  • Dow Jones

    28 363,66
    +152,84 (+0,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,1854
    +0,0028 (+0,24 %)
     
  • Gold future

    1 912,90
    +8,30 (+0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    10 922,06
    -51,81 (-0,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    261,14
    +5,04 (+1,97 %)
     
  • Pétrole WTI

    40,50
    -0,14 (-0,34 %)
     
  • DAX

    12 620,45
    +77,39 (+0,62 %)
     
  • FTSE 100

    5 846,75
    +61,10 (+1,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 506,01
    +21,31 (+0,19 %)
     
  • S&P 500

    3 453,49
    +17,93 (+0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    23 516,59
    +42,32 (+0,18 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,65 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3091
    +0,0011 (+0,09 %)
     

Rocket Lab prévoit d'envoyer une sonde sur Vénus avant la Nasa

·2 min de lecture

Vénus, infernale et toxique, a été largement délaissée depuis les années 1980 par les agences spatiales au profit des planètes plus distantes du système solaire dont Mars, où des dizaines de sondes et de robots ont été envoyés dans l'espoir d'y découvrir les premières traces de vie passée. "Sur Vénus, on cherche des traces de vie actuelle", corrige Peter Beck en insistant sur le mot "actuelle". La découverte surprise d'une molécule appelée phosphine dans les nuages de Vénus, grâce à des radiotélescopes sur Terre, a provoqué le 14 septembre une vague d'enthousiasme chez les astronomes et astrobiologistes qui défendent depuis des années l'hypothèse que des microbes vivent aujourd'hui dans les nuages de la planète. La phosphine n'est pas une preuve définitive, mais il est possible qu'elle trahisse la présence d'organismes vivants. L'annonce a même poussé le chef de la Nasa à dire qu'il fallait redonner la priorité à Vénus.

Il se trouve que Peter Beck faisait partie du camp pro-Vénus, et réfléchissait depuis deux ans à la faisabilité de l'envoi d'une sonde, entièrement développée de façon privée, raconte-t-il. Il a calculé, à l'aide d'un doctorant, que le petit satellite que Rocket Lab a développé en interne, Photon, pouvait être adapté pour un voyage interplanétaire -- jusqu'à présent le domaine réservé des agences spatiales, étant donné les coûts à huit ou neuf zéros. "Quand on parle de missions interplanétaires en dizaines de millions de dollars au lieu de milliards, et en mois plutôt qu'en décennies, cela crée des opportunité de découvertes incroyables", s'exclame Peter Beck.

5 minutes, chute comprise

Le créneau commercial de Rocket Lab est l'envoi de petits satellites en orbite terrestre, avec sa petite fusée de 18 mètres de hauteur, un pari lucratif et en plein essor avec la multiplication des microsatellites. La sonde pour Vénus sera donc petite : de l'ordre de 37 kilogrammes et 30 cm de diamètre. Le voyage depuis la Terre prendra 160 jours, puis Photon lâchera la sonde

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voici tout ce qu'on sait déjà sur le futur casque à réduction de bruit personnalisable d'Apple
Google va corriger la faille qui permet à Netflix ou Spotify d'éviter sa taxe de 30% sur les apps
Une Tesla Model 3 a été filmée en train de percuter un faux piéton lors d'un test en Chine
TikTok ne sera pour le moment pas interdit aux États-Unis grâce à la décision d'un juge
Moderna, Pfizer, Sanofi... Le point sur les vaccins contre le Covid-19 les plus prometteurs