La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 665,14
    -344,10 (-1,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Réforme des retraites : Olivier Dussopt s’opposait à un recul de l’âge de départ lorsqu’il était au PS

Chesnot/Getty Images

Ce sont des déclarations qui devraient donner du grain à moudre à l'opposition quelques jours avant la présentation du projet de réforme des retraites. Elles concernent l'actuel ministre du Travail, Olivier Dussopt. À l'aune de la présentation du texte, il ne reste qu'un élément à trancher : la mesure d’âge. Mardi 3 janvier, sur franceinfo, la Première ministre avait précisé que "l’âge de départ à 65 ans n’est pas un totem", tout en avouant étudier "d'autres solutions qui permettent d'atteindre notre objectif", à savoir "l'équilibre du système de retraite à l'horizon 2030". Un projet de réforme qui sera défendu par le ministre du Travail.

Or, lorsqu'il était député du Parti socialiste, Olivier Dussopt n'avait pas vraiment le même avis, a déniché BFMTV. En 2010, le gouvernement Fillon souhaite réformer le système des retraites. Avec comme objectif, l'allongement de l'âge légal du départ de 60 à 62 ans. À cette époque, l'opposition s'était inscrite en faux contre cette proposition, et en son sein… Olivier Dussopt. Lors d’une séance de questions au Gouvernement, le député de l'Ardèche s'était alors adressé au ministre du Travail, Éric Woerth. S'appuyant sur une information venant de l'Élysée, selon ses termes, il dénonçait : "Vous avez déjà décidé les axes de votre réforme."

Il ajoutait devant le ministre : "Les discussions que vous menez aujourd'hui ne sont que des alibis et des rideaux de fumée pour masquer vos intentions jusqu'au dernier moment. Le gouvernement et l'Élysée envisagent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Une période "de stabilisation monétaire" va s'ouvrir, selon le gouverneur de la Banque de France
Le Fujian, le plus grand navire de guerre jamais construit par la Chine, bientôt en mer
Record de fréquentation pour les musées parisiens en 2022, voici les plus visités
Scène de panique chez des passagers d'un vol Ryanair enfermés dans un couloir d'embarquement
Le maire de Pantin justifie le changement de nom polémique de la ville