Publicité
La bourse ferme dans 5 h 44 min
  • CAC 40

    7 561,09
    -146,93 (-1,91 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 876,06
    -59,44 (-1,20 %)
     
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0681
    -0,0061 (-0,57 %)
     
  • Gold future

    2 333,40
    +15,40 (+0,66 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 648,77
    -326,27 (-0,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 427,13
    +9,25 (+0,65 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,55
    -0,07 (-0,09 %)
     
  • DAX

    18 113,47
    -152,21 (-0,83 %)
     
  • FTSE 100

    8 147,89
    -15,78 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2701
    -0,0059 (-0,47 %)
     

Réforme de l’assurance chômage : qui seront les grands perdants ?

Réforme de l’assurance chômage : qui seront les grands perdants ?

La sentence n’est pas encore tombée. L’exécutif doit présenter sous peu les nouvelles règles d’indemnisation du chômage. Le temps est compté puisqu’elles doivent entrer en vigueur au 1er juillet. Le gouvernement a en effet décidé de reprendre la main sur le sujet, alors que les partenaires sociaux n’ont pas réussi à s’entendre. Plusieurs hypothèses sont déjà sur la table, comme la baisse de la durée de l’indemnisation ou encore l’allongement du temps durant lequel il faut avoir travaillé pour être indemnisé.

Les syndicats, opposés à ces changements, ont demandé à l’Unédic de déterminer qui serait le plus pénalisé par cette réforme. L'organisme qui gère l’assurance chômage vient de leur remettre le chiffrage de l’impact de la réforme, en fonction des différents scénarios qui pourraient être retenus. En moyenne, elle ferait un tiers de perdants.

>> Notre service - Trouvez la formation professionnelle qui dopera ou réorientera votre carrière grâce à notre moteur de recherche spécialisé (Commercial, Management, Gestion de projet, Langues, Santé …) et entrez en contact avec un conseiller pour vous guider dans votre choix

Prenons la première hypothèse : l’allongement de la durée de travail pour percevoir une indemnisation. Aujourd’hui, pour toucher le chômage, il faut avoir travaillé au moins 6 mois, sur une période de 24 mois. Le gouvernement pourrait allonger cette durée pour la passer à 7, 8, voire même 12 mois. Si le délai passe de 6 à 7 mois, l’Unédic estime que 11% des allocataires (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Assurance auto-entrepreneur : quelles sont les obligations ?
En arrêt maladie, je poste des photos de vacances sur Instagram : je risque d’être licencié ?
Moral en berne ? Cette entreprise offre 10 jours de «congé malheur»
Rencontre avec Thierry Marx : « Les étoiles ne protègent pas des turbulences du secteur »
Congé de présence parentale : principe, formalités, durée et fin