La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 748,26
    +613,27 (+2,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 071,83
    +242,32 (+2,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    0,9727
    +0,0129 (+1,34 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • BTC-EUR

    20 050,36
    +304,25 (+1,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    444,34
    +15,56 (+3,63 %)
     
  • S&P 500

    3 727,71
    +80,42 (+2,20 %)
     

« Parfois, ça marche, parfois, non » : Ubisoft calme ses ardeurs sur les NFT

Dans un discours qui ressemble à un immense rétropédalage, le PDG d’Ubisoft a fait comprendre que les NFT lancés par l’entreprise n’auraient finalement été pensés que dans un but de recherche. Une belle pirouette quand on se souvient du tollé provoqué.

Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft, a reparlé des NFT en des termes moins enthousiastes que la dernière fois. Il faut dire qu’il s’agit d’un marché controversé, sur lequel s’est lancée son entreprise en fin d’année dernière avec un immense tollé à la clé — même en interne où l’initiative avait été jugée désastreuse.

Dans un entretien accordé à GamesIndustry le 10 septembre, il a expliqué que les fameux « Quartz » attachés au jeu vidéo Ghost Recon Breakpoint, n’auraient été développés que pour explorer des possibilités d’évolution du jeu vidéo. « Explorer ne veut pas dire lancer », affirme-t-il. « Nous n’avons pas été très bons, dans la manière dont nous avons expliqué qu’on faisait plutôt de la recherche (…) On aurait dû dire qu’on travaillait sur le sujet, et que quand on aura quelque chose qui vous apportera un vrai bénéfice, nous vous l’apporterons. »

Il faut dire qu’à l’époque, il était pourtant bel et bien possible d’acheter les « Quartz » d’Ubisoft (des NFT) avec de la cryptomonnaie. Que disait le communiqué de presse initial, daté du 7 décembre 2021 ?

[Lire la suite]