Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 007,70
    +254,39 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    15 754,38
    +71,00 (+0,45 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0663
    -0,0011 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    16 385,87
    +134,03 (+0,82 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 827,64
    +3 215,30 (+5,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 046,48
    +24,27 (+0,48 %)
     

Pénurie : quels sont les dix produits les plus touchés des rayons des supermarchés ?

WavebreakMediaMicro/Adobe Stock

Moutarde, vinaigrette, huiles... pas une semaine sans qu'un nouveau risque de pénurie ne soit annoncé. Les chiffres de la grande distribution confirment ce que les clients des grandes surfaces ont constaté de leurs propres yeux : taux de rupture, c'est-à-dire la proportion de produits manquants en grandes surfaces a atteint 5,7% en août, selon une étude du cabinet NielsenIQ reprise par BFMTV ce lundi 12 septembre, soit 1,6 point de plus par rapport à la même période de 2021.

Si l'on doit plus parler de ruptures de stock que de pénuries à proprement parler, la durée moyenne des ruptures a atteint quatre jours, indique NielsenIQ, avec à la clé, un manque à gagner pour le secteur qui se chiffre à 2,7 milliards d'euros depuis le début de l'année. Au niveau des produits qui connaissent un taux de rupture supérieurs à la moyenne, le classement est dominé par la moutarde avec un taux de 21,2% depuis le début de la guerre en Ukraine. Suivent les vinaigrettes qui contiennent de la moutarde (-14%) mais aussi les graisses à cuisiner (-11,1%) sur lesquelles les Français se sont rabattus par manque d'huile, les sandwichs (-10,5%) ou encore les eaux plates (-9,2%).

NielsenIQ précise également que certaines pénuries ont été entretenues par les consommateurs qui ont eu tendance à sur-stocker par peur de manquer. C'est le cas des huiles, notamment de tournesol, qui ont subi des difficultés d'approvisionnement avec le conflit ukrainien, mais dont la fréquence d'achat élevé a retardé son retour. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le CAC 40 dans l'attente des chiffres de l'inflation aux États-Unis, la chute des prix du gaz en soutien
Guerre en Ukraine : l'utilité des technologies dans un conflit démontrée, selon l'ex-PDG de Google
Boiron est attendu au tournant sur les fusions acquisitions : le conseil Bourse
Bourse : la baisse de l’inflation aux Etats-Unis suffira-t-elle à prolonger le rally des actions ?
Cinéma : la proposition de Kad Merad face à la baisse de fréquentation des salles obscures