La bourse ferme dans 8 h 25 min
  • CAC 40

    5 797,98
    +18,14 (+0,31 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 705,99
    +16,89 (+0,46 %)
     
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2198
    +0,0030 (+0,24 %)
     
  • Gold future

    1 791,50
    -6,40 (-0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    41 407,82
    +29,63 (+0,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 009,19
    +14,53 (+1,46 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,70
    +0,48 (+0,76 %)
     
  • DAX

    13 976,00
    +111,19 (+0,80 %)
     
  • FTSE 100

    6 658,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    30 168,27
    +496,57 (+1,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 132,44
    +414,20 (+1,39 %)
     
  • GBP/USD

    1,4155
    +0,0014 (+0,10 %)
     

Nexans armé pour la croissance

Nexans
·48 min de lecture

COMMUNIQUÉ DE PRESSE _

Nexans armé pour la croissance

EBITDA robuste et redressement du résultat net déverrouillent la création de valeur
Assise financière solide portée par la surperformance du ROCE et de la génération de trésorerie ; la dette nette atteint un plus bas historique depuis 10 ans
Transformation de Nexans ancrée

En 2020 dans un contexte de pandémie mondiale :

  • Chiffre d'affaires standard1 résiliant de 5 713 millions d'euros, en baisse organique2 de -8,6 %

  • EBITDA3 robuste de 347 millions d'euros reflétant la transformation réussie du Groupe, marge d’EBITDA de 6,1 % en 2020 contre 6,4 % en 2019

  • Surperformance du ROCE4 à 10,2 % à fin décembre 2020

  • Redressement du résultat net à 80 millions d'euros, comprenant un impact négatif lié à la Covid-19 estimé5 à 102 millions d'euros et une plus-value nette de cession de 142 millions d'euros (107 millions d'euros nette d'impôts), contre une perte nette de -118 millions d'euros en 2019

  • Excellente génération de trésorerie6 (free cash-flow) de 157 millions d'euros, supérieure aux attentes, reflétant une nouvelle gestion stricte du besoin en fonds de roulement et de l’attention portée à la génération de trésorerie au sein du Groupe

  • La dette nette atteint son plus bas historique depuis 10 ans à 179 millions d'euros au 31 décembre 2020, démontrant l’engagement de Nexans à préserver un niveau de liquidité sain et à réduire le cycle de conversion de trésorerie

  • Le navire câblier Aurora et l'usine américaine de câbles haute tension de Charleston seront opérationnels à la mi-2021

  • Proposition de dividende à 0,70 euro par action

Nexans a réussi à ancrer sa transformation en générant de la valeur et en se dotant d'une solide assise financière dans l'ensemble du Groupe.

  • EBITDA 2021 attendu entre 410 et 450 millions d'euros

  • Amélioration structurelle du fonds de roulement opérationnel, parmi les meilleurs de l’industrie, qui atteint 5 % du chiffre d'affaires courant en décembre 2020

  • Remboursement anticipé d'un Prêt Garanti par l’Etat français ("PGE") de 280 millions d'euros et d'un emprunt obligataire à échéance 2021 de 250 millions d'euros

  • Nexans est armé pour la croissance et organise une journée investisseur virtuelle historique à 14h00 CET

Paris La Défense, le 17 février 2021 – Nexans publie ce jour ses comptes pour l’année 2020, arrêtés par le Conseil d’administration réuni sous la Présidence de Jean Mouton, le 16 février 2021.

Commentant les résultats de l’année 2020, Christopher Guérin, Directeur Général, a déclaré : « Malgré une crise économique et sanitaire mondiale sans précédent, 2020 a marqué un tournant pour Nexans. Nous avons démontré notre capacité à accélérer la transformation du Groupe et à dépasser nos objectifs financiers en termes de ROCE et de génération de trésorerie, aboutissant à un endettement net à son plus bas historique depuis 10 ans. Au cours du second semestre, nos efforts se sont concentrés sur notre ambition à long terme, en définissant notre nouvel objectif "Electrifier le futur", nos nouvelles valeurs, notre nouvel engagement ESG et de neutralité carbone. C'est à plein régime que nous annonçons aujourd'hui notre nouveau chapitre stratégique jusqu'en 2024, et 2021 sera une année d'accélération de notre nouveau mouvement stratégique vers l'Electrification. Nexans aborde l’année 2021 avec confiance et des objectifs ambitieux. »

CHIFFRES CLÉS DE 2020

(en millions dʼeuros)

2019

2020

Chiffre dʼaffaires métaux courants

6 735

5 979

Chiffre d’affaires standard7

6 489

5 713

Croissance organique

4,5 %

(8,6) %

EBITDA

413

347

EBITDA en % du chiffre d'affaires standard

6,4 %

6,1 %

Marge opérationnelle

249

193

Coûts de réorganisation

(251)

(107)

Autres éléments opérationnels

(9)

160

Résultat opérationnel

(11)

246

Résultat financier

(63)

(54)

Impôts

(44)

(111)

Résultat net (part du Groupe)

(118)

80

Dette nette

471

179

Génération de trésorerie (Free cash-flow)

25

157


I. Résultat au 31 décembre 2020 et contexte opérationnel général sur fond de crise sans précédent

En 2020, alors que le monde était frappé par la pandémie de la Covid-19, le Groupe a adapté son organisation aux nouvelles normes sanitaires et de sécurité, mis en place les mesures nécessaires pour atténuer l’impact financier en se concentrant sur la préservation de la liquidité financière et en accélérant le déploiement du plan de transformation « New Nexans » tout en assurant la continuité de la production. Les membres du Comité Exécutif de Nexans ont rapidement mis en place un plan d'action rigoureux centré sur cinq objectifs clés : i) la protection des équipes ; ii) la continuité de l'activité et de la production ; iii) la tenue des engagements client ; iv) la préservation de la liquidité et la modélisation financière ; et v) la communication avec les parties prenantes externes et la communication renforcée avec le Conseil d’administration. Dans l'ensemble des activités, le plan d’action a été déployé avec succès grâce à des processus rigoureux de contrôle interne, des actions préventives, l'engagement des équipes et le soutien des syndicats.

Alors que la pandémie se propageait et que les gouvernements mettaient en place des mesures de confinement, la demande a fléchi au premier semestre 2020, impactant les activités de Nexans à l’exception du segment Haute Tension et Projets, avant de se redresser progressivement au second semestre.

Malgré cet environnement difficile, le Groupe a maintenu sa production tout au long de la crise. En 2020, le Groupe n’a été confronté à aucune pénurie de matières premières (cuivre ou aluminium). En outre, profitant de la possibilité d'accélérer le plan de transformation du Groupe, toutes les unités opérationnelles et les équipes de Nexans ont intensifié les efforts de réduction des coûts, d’amélioration des marges et de conversion de la trésorerie. Tout d'abord, 90 millions d'euros d’économies ont été réalisées en 2020 grâce à une accélération et une amplification des mesures de réduction des coûts. Par ailleurs, 36 millions d’euros ont été générés grâce au programme SHIFT qui a été renforcé et déployé dans l'ensemble du Groupe. Accélérant la croissance sélective, le Groupe a mis l'accent sur la tenue des engagements clients, notamment avec les clients de premier plan qui génèrent 90 % de la rentabilité, et l’amélioration des marges tout en renforçant la gestion du fonds de roulement afin de préserver la liquidité. En douze mois, le Groupe a dépassé les attentes dans un contexte de pandémie mondiale. L’EBITDA ressort à 347 millions d’euros et la génération de trésorerie à +157 millions d’euros, à laquelle contribue une amélioration de +366 millions d’euros du besoin en fonds de roulement. Fin décembre 2020, la dette nette atteint son plus bas niveau depuis 10 ans à 179 millions d'euros.

Au cours de l’exercice, le Groupe a poursuivi ses investissements stratégiques et le recentrage de son portefeuille sur son cœur de métier, notamment en finalisant deux cessions et l’arrêt de deux sites. Sur le plan des investissements, la construction du navire câblier Aurora, qui sera livré en mai 2021, progresse comme prévu. La transformation de l’usine de Charleston, dont 40 millions d’euros d’investissements ont été décalés sur 2021, sera finalisée pour l’été 2021. Cette usine de câbles sous-marins haute tension unique aux Etats Unis a déjà créé 150 emplois aux Etats Unis. Sur le plan de la gestion de portefeuille, Nexans a finalisé les cessions de Berk-Tek, fabricant de câbles de réseaux locaux (LAN), à Leviton Inc. le 30 septembre 2020 et de Nexans Metallurgie Deutschland GmbH le 31 octobre 2020. Les cessions réalisées par le Groupe en 2020 ont généré une plus-value nette de 142 millions d’euros. Enfin, Nexans a décidé en juillet d’arrêter les opérations des sites de Chester et Wallkill aux États-Unis. La transformation réussie et les cessions réalisées par Nexans ont contribué au redressement du résultat net qui a atteint 80 millions d'euros contre une perte de -118 millions d'euros en 2019.

La culture de la gestion de crise, l'accélération du plan de transformation et l’attention constante portée à la satisfaction client ont contribué à maintenir la rentabilité et la liquidité avec un besoin en fonds de roulement historiquement bas grâce à des améliorations structurelles. Nexans est prêt et bien orienté en vue de son prochain plan stratégique qui sera annoncé aujourd'hui, le 17 février, à 14h CET.

~ ~ ~

Dans le contexte de la pandémie de la Covid-19, Nexans a pris plusieurs mesures :

  • Le Groupe a obtenu le 11 juin 2020 un Prêt Garanti par l'État français à hauteur de 80 % de 280 millions d'euros. Le Conseil d’administration a approuvé, le 16 février 2021, le remboursement anticipé intégral de ce prêt.

  • Pour préserver les activités et renforcer la cohésion sociale, Nexans a mis en place une prime mensuelle de 750 euros pour ses salariés les plus exposés de certains sites européens, et les dirigeants du Groupe ont accepté de réduire leur rémunération de 15 % à 30 %.

  • En mars, dans le contexte de la pandémie de la Covid-19, plusieurs gouvernements prenaient, ou prévoyaient de prendre, des mesures restrictives qui pouvaient impacter les chaînes logistiques et de production. Compte tenu de l'incertitude générale, et alors qu'il était trop tôt pour en évaluer les impacts sur les résultats financiers du Groupe, Nexans avait suspendu ses objectifs pour 2020 et a décidé de retirer sa proposition de dividende de 0,40 euro par action au titre de l'exercice 2019 annoncés le 20 février 2020. Fin juillet, alors que la conjoncture mondiale, rythmée par la pandémie, s'est légèrement améliorée, le Groupe a réintroduit ses objectifs pour l'année 2020. Le 5 novembre 2020, à l’occasion de la publication de l’information financière du troisième trimestre, Nexans a mis à jour ses objectifs 2020 avec : i) une fourchette d’EBITDA resserrée, ii) un ROCE rehaussé et iii) une génération de trésorerie (free cash-flow) relevée.

~ ~ ~

Les résultats annuels 2020 de Nexans reflètent une amélioration significative de l'activité et de la rentabilité au second semestre par rapport au premier semestre qui avait été impacté par le ralentissement de la demande dû à la pandémie de la Covid-19 dans la plupart des activités à l’exception du segment Haute Tension et Projets.

Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe pour l’exercice clos le 31 décembre 2020 ressort à 5 713 millions d'euros à cours des métaux standard, contre 6 489 millions d'euros en 2019, soit un retrait de -8,6 % en organique. Le chiffre d’affaires est en nette amélioration au quatrième trimestre 2020, en hausse séquentielle de +2,3 % par rapport au troisième trimestre 2020 et s’inscrit en baisse de -4,5 % par rapport au quatrième trimestre 2019.

Pour compenser le ralentissement généralisé de la demande et préserver sa rentabilité, le Groupe a accéléré son plan de transformation en prenant de nouvelles mesures de réduction des coûts, et en déployant le programme SHIFT dans l'ensemble de ses activités. Ainsi, la rentabilité du Groupe s’est maintenue malgré le fléchissement de la demande. L’EBITDA s’établit à 347 millions d’euros en 2020, contre 413 millions d’euros en 2019, soit 6,1 % du chiffre d’affaires standard, comparable à 2019. Il a bénéficié de 90 millions d’euros d’économies de coûts, de 36 millions d'euros liés au programme SHIFT et de 11 millions d'euros d'initiatives de croissance qui compensent partiellement un impact négatif de -55 millions d'euros provenant de l'inflation et de la pression sur les prix, de -31 millions d'euros de baisse des volumes considérée comme indépendante de la Covid-19, d’un impact de la Covid-19 estimé à -94 millions d'euros et une baisse de -23 millions d’euros liée à un effet périmètre suite à la cession de Berk-Tek et un effet de change.

La marge opérationnelle s’établit à 193 millions dʼeuros soit 3,4 % du chiffre d’affaires standard contre 3,8 % en 2019.

II. Analyse du chiffre d'affaires au 31 décembre 2020 et contexte opérationnel général

  1. Analyse détaillée par métier

CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDÉ PAR MÉTIER

(en millions dʼeuros)
A cours des métaux standard et cours de référence du cuivre de 5 000€/t

20198

2020

Croissance organique 2020 vs 2019

Croissance organique T4 2020 vs T4 2019

Bâtiment et Territoires

2 754

2 422

-8,4 %

-8,0 %

Industrie et Solutions

1 394

1 210

-12,6 %

-1,4 %

Télécommunication et Données

503

393

-14,8 %

-11,5 %

Haute Tension et Projets

753

699

-0,8 %

-15,9 %

Autres

1 084

989

-6,0 %

+12,5 %

Total Groupe

6 489

5 713

-8,6 %

-4,5 %

EBITDA PAR MÉTIER

(en millions dʼeuros)

2019

2020

2020 vs
2019

Bâtiment et Territoires

155

128

-17,9 %

Industrie et Solutions

109

84

-22,9 %

Télécommunication et Données

49

29

-40,4 %

Haute Tension et Projets

104

105

+1,4 %

Autres

(4)

1

-121,0 %

Total Groupe

413

347

-15,9 %

| Bâtiment et Territoires

Le chiffre d’affaires du segment Bâtiment et Territoires s’établit à 2 422 millions d’euros à prix des métaux standard en 2020, soit une décroissance organique de -8,4 % par rapport à 2019. Après un premier semestre mitigé, marqué par un ralentissement de la demande lié à la crise au sein de l’activité Bâtiment et par une résilience des Territoires, l’Amérique du Sud, le Moyen Orient et l’Afrique ont enregistré une nette reprise au second semestre à la faveur de la levée ou de l’assouplissement des mesures de confinement. L'EBITDA s’établit à 128 millions d'euros comparé à 155 millions d’euros en 2019, soutenu par le plan de transformation de Nexans axé sur la réduction des coûts et par le programme SHIFT, qui a entraîné une baisse des créances clients en retard de paiement de près de 40 % en 2020.

Au cours de l'année, le segment Territoires (réseaux de distribution d’énergie) a fait preuve de résilience, soutenu par la modernisation du réseau électrique et les contrats-cadres de long-terme. A l’inverse, les activités du segment Bâtiment, corrélées au PIB et exposées au marché de la construction, ont été davantage affectées par la pandémie en particulier au premier semestre, le Groupe a renforcé le programme SHIFT notamment en augmentant la sélectivité des clients.

En Europe, le chiffre d’affaires est resté résilient au cours de l’année, en baisse de -7,3 % par rapport à 2019, soutenu par la demande en Suisse, en Italie et Suède qui a partiellement compensé les effets des mesures de confinement. L’activité s’est améliorée au second semestre grâce à un effet rattrapage, notamment dans le segment Bâtiment en France. La demande des réseaux de distribution d’énergie est restée stable au cours de l’exercice.

En Amérique du Sud, le chiffre d’affaires a bien résisté grâce à une nette reprise au second semestre. Le chiffre d’affaires est en retrait de -6,5 % en 2020 par rapport à 2019, grâce à la levée des mesures de confinement en septembre et un solide rebond du marché de la construction au Pérou (+2,8 % au second semestre 2020 par rapport au second semestre 2019), au Brésil (+9,3 % au second semestre 2020 par rapport au second semestre 2019) et au Chili (+10,5 % au second semestre 2020 par rapport au second semestre 2019).

En Asie-Pacifique, le chiffre d’affaires est en repli de -10,4 % par rapport à 2019. Grâce à des confinements modérés et un marché globalement dynamique, l'Australie (-4,3 % par rapport à 2019) et la Nouvelle-Zélande (-4,5 % par rapport à 2019) ont bénéficié d'une demande soutenue et d’un maintien des activités. La Chine, affectée par un confinement strict et des fermetures d'usines en début d’année, a enregistré une croissance solide sur les 12 mois de l’exercice de +1,8 % par rapport à 2019.

En Amérique du Nord, malgré une demande solide au Canada (+3,9 % sur l’année) soutenue par le marché des réseaux de distribution d’énergie, le chiffre d’affaires a reculé de -15,9 % par rapport à 2019 suite à la fermeture de l'usine de Chester aux États-Unis.

Le chiffre d’affaires de la région Moyen-Orient et Afrique enregistre une décroissance organique de -5,1 % par rapport à l'année précédente. La région a enregistré une reprise au second semestre et est revenue aux niveaux de 2019. Au cours de l'exercice, la Turquie (+12,6 % sur l’année) et le Maroc (+3,2% sur l’année) ont vu leur carnet de commandes se garnir pour offrir une visibilité jusqu'en 2021. Le Maroc bénéficie en particulier de la croissance des ventes à l'export. L'Afrique du Nord-Ouest affiche une reprise au second semestre de l'année. La situation au Liban reste un enjeu politique au cours de la période et a un impact défavorable sur le chiffre d’affaires de la région en baisse de -45,7 % par rapport à 2019.

| Industrie et Solutions

En 2020, le chiffre d'affaires de l'activité Industrie et Solutions s’établit à 1 210 millions d'euros à cours des métaux standard. Après une forte baisse de la demande au premier semestre, l’activité s’est redressée au second semestre en particulier dans l’activité Harnais automobiles qui a enregistré un quatrième trimestre record, ainsi le chiffre d’affaires du segment ressort en baisse de -1,4% au quatrième trimestre 2020 par rapport au quatrième trimestre 2019. L'EBITDA ressort à 84 millions d'euros en 2020 contre 109 millions d’euros en 2019, grâce au redressement de l’activité Harnais automobiles, aux réductions additionnelles des coûts fixes et au déploiement du programme SHIFT.

Dans un contexte d’investissements croissants dans la transition énergétique et de position de leader de Nexans sur le marché des constructeurs, l'activité des Fermes éoliennes reste solide (+16,5 % par rapport à l'année précédente). Le chiffre d’affaires des activités Infrastructures et matériel ferroviaires est en légère baisse (-3,6 % par rapport à 2019) grâce à la constance de la demande en Chine. L’activité Aérospatial et Défense (-42,8 % sur l’année) reste impactée par les restrictions liées à la pandémie dans le monde et l'activité Automatisme industriel (-13,8 % sur l’année) a enregistré une lente reprise de la demande au cours de la deuxième partie de l’exercice.

À l’issue d’un premier semestre difficile, dû à la fermeture des sites clients durant plusieurs semaines à cause de la pandémie de la Covid-19, le chiffre d’affaires de l’activité Harnais automobiles s’est inscrit en hausse de +8,1 % au second semestre 2020, dopée par un fort rattrapage de la demande à partir du troisième trimestre suivi d’une augmentation progressive et l’atteinte d’un niveau record au quatrième trimestre 2020 (+17,9% par rapport au quatrième trimestre 2019). En outre, la flexibilité de la structure de coûts a permis de compenser en partie la baisse de la demande et de préserver la performance de l'activité.

| Télécommunication et Données

Le chiffre d’affaires de l’activité Télécommunication et Données s’établit à 393 millions d’euros à cours des métaux standard en 2020, soit une décroissance organique de -14,8 % par rapport à 2019. Le segment a rencontré des difficultés tout au long de l’exercice, en particulier en raison des confinements dictés par la pandémie qui ont pénalisé les campagnes d’installation. L'EBITDA s’établit à 29 millions d'euros en 2020, en baisse de -40,4 %, en raison du ralentissement de l’activité et de la cession de Berk-Tek.

En 2020, le segment Câbles et systèmes LAN a particulièrement souffert des mesures de confinement liées au Covid-19 au premier semestre et de la cession de Berk-Tek au troisième trimestre. L'activité a bénéficié au second semestre du rebond de l’Asie, de la résilience du Moyen-Orient et d’importants contrats remportés. Malgré un chiffre d’affaires en repli de -12,5 % en 2020 par rapport à l'année précédente, la performance a bien résisté grâce à l'accélération des réductions de coûts sur la période.

Au cours de l'année, le segment Infrastructures Télécom a été affecté par une concurrence asiatique intense avec une forte pression sur les prix et des mesures de confinement de la Covid-19 limitant les installations. Malgré la demande sous-jacente de fibre optique à domicile dite FTTH (Fiber To The Home), le déploiement dans la plupart des pays a ralenti au second semestre par rapport à l’année précédente. En conséquence, le chiffre d’affaires est en repli de -23,5 % en 2020 par rapport à 2019. Globalement, la demande de câbles à fibre optique et d'accessoires a été dynamique en Suède (+3,5 % par rapport à 2019) grâce à une bonne dynamique du marché des infrastructures et à des gains de parts de marché, compensant partiellement la faiblesse des volumes dans le reste de l'Europe, notamment en France (-36,7 % en glissement annuel) affectée par un effet de base dû à l'intensité des installations de backbone et à la constitution de stocks en 2019. Au cours de l’exercice, le segment s’est attaché à réduire les coûts fixes, contribuant à la bonne performance au quatrième trimestre et permettant une résistance globale sur l'ensemble de l'année.

Grâce à la demande robuste et à la position de leader de Nexans, le chiffre d'affaires et l'EBITDA de l'activité Télécommunications spéciales (sous-marines) ont tous deux fortement augmenté par rapport à 2019. Grâce à la forte augmentation du carnet de commandes par rapport à 2019, la visibilité pour l'année à venir demeure robuste.

| Haute tension et Projets

Grâce à un bon carnet de commandes équilibré et à risque faible, tant pour des projets de fermes éoliennes offshore que d’interconnexion, ainsi qu'au redressement réussi de l'activité terrestre, le segment Haute tension et Projets a enregistré de solides performances en 2020. Le chiffre d'affaires ressort à 699 millions d'euros à cours des métaux standard, en ligne avec 2019, tandis que l'EBITDA s'établit à 105 millions d'euros, en hausse de +1,4 % sur l’année. Au cours de l’exercice, le Groupe a réalisé l’analyse risque-rendement des offres contractuelles combinant pour chaque projet i) la modélisation financière, ii) l’évaluation du risque technologique et iii) les termes contractuels.

L'exécution des projets de l’activité Haute tension sous-marine s'est déroulée sans interruption, en ligne avec l’échelonnement du carnet de commandes. L'activité commerciale est restée dynamique avec l'obtention durant l’année, de plusieurs projets tels que Seagreen et Crète-Attique. Le carnet de commandes ajusté9 s’établit à 1,4 milliard d'euros à fin décembre, offrant une visibilité à 24 mois. En 2020, le chiffre d'affaires a fait preuve de résilience par rapport à 2019, grâce à un premier semestre bénéficiant de l’exécution de quatre projets d'inspection, maintenance et réparation, compensant un fort quatrième trimestre 2019 porté par la finalisation des projets NordLink et East Anglia. En parallèle, la transformation de l'usine de Charleston a bien progressé et la fabrication de câbles pour le projet Seagreen a démarré. En adéquation avec les principes d’exécution irréprochable et rigoureuse du Groupe, la réalisation des projets clé en main NSL, Lavrion-Syros, Mallorca-Menorca et Mindanao-Visayas s’est poursuivie.

Comme prévu, l'activité Haute tension terrestre a atteint l'équilibre en 2020, grâce à une hausse du chiffre d’affaires (+11,6 % par rapport à l'année précédente), ainsi qu’à la fermeture du site d’Hanovre en Allemagne dont les projets ont été transférés à d'autres sites du Groupe. L’activité est maintenant dimensionnée pour une exécution de projet solide conformément à la politique du Groupe en matière d’analyse risque-rendement et offrir des solutions uniques et économiques intégrées terrestres et sous-marines pour les projets d'interconnexion sous-marine.

| Autres

Le segment Autres activités qui correspond pour l’essentiel aux ventes de fils de cuivre, affiche un chiffre dʼaffaires de 989 millions dʼeuros à cours des métaux standard en 2020, en baisse organique de -6,0 % par rapport à 2019. L'EBITDA est de 1 million d'euros en 2020 contre -4 millions d'euros en 2019.

Le Groupe a finalisé le 31 octobre 2020 la cession de Nexans Metallurgie Deutschland GmbH, une filiale de Nexans spécialisée dans la production de fils machine cuivre sans oxygène et tréfilés, à Mutares SE & Co. KGaA.

Les données chiffrées de 2020 comprennent les coûts de structure centraux non affectés aux autres segments et notamment l’impact de la norme IFRS 16 pour les actifs non dédiés à des activités.

2. Accélération du plan « New Nexans » 2019-2021

Dans le contexte de la crise sans précédent de la Covid-19, le Groupe a accéléré le plan de transformation « New Nexans ». Tout d'abord, en renforçant les mesures de réduction des coûts mises en œuvre il y a 27 mois et en cherchant à réaliser des économies supplémentaires. Ensuite, en amplifiant le programme SHIFT pour augmenter la conversion des « value burners » en portefeuille et la transformation en générateur de profit, ainsi qu'en renforçant l'optimisation de la trésorerie. Ces initiatives ont contribué à une amélioration de l'EBITDA de 137 millions d'euros en 2020.

| Mesures de réduction des coûts

Pour compenser la baisse de l'activité, le Groupe a accéléré les mesures de réduction des coûts en 2020, générant une amélioration de l'EBITDA de 90 millions d'euros :

  • Le plan de simplification de l'organisation finalisé en 2019 a permis à Nexans de faire preuve d'une grande agilité. Les équipes sur le terrain ont rapidement ajusté les capacités de production et l'approvisionnement en matières premières en fonction de la demande, évitant ainsi les goulots d'étranglement, tandis que le recours au chômage partiel a été appliqué dans les régions offrant des aides du gouvernement et suspendu lors de la reprise de la demande ;

  • Des efforts ont été menés sur les coûts directs, notamment la sous-traitance, les déplacements, la main-d'œuvre, les heures de travail et les salaires, ainsi que sur les coûts indirects, tels que les honoraires de conseil, les assurances, les campagnes de marketing, la communication ;

  • La mise en place d'un plan de productivité industriel associant des équipes dédiées déployées sur le terrain à une série d'actions transverses, a permis de mieux profiter de l'envergure du Groupe en dupliquant les meilleures pratiques et/ou en standardisant les processus clés.

| Déploiement du programme SHIFT et génération de trésorerie

Le plan de transformation SHIFT, basé sur une méthodologie globale interne de Nexans, a été intensifié et déployé dans l’ensemble des sites en 2020.

La priorité accordée aux principaux clients principaux et la sélectivité du portefeuille produits, basées sur des critères liés à la conversion de trésorerie et aux niveaux de rentabilité, ont été mises en œuvre dans l'ensemble du Groupe et ont eu un impact positif sur l’EBITDA de 36 millions d’euros.

Afin de préserver la liquidité et maintenir un niveau de trésorerie positif, des mesures mettant l'accent sur la gestion du besoin en fonds de roulement opérationnel ont été déployées en un temps record :

  • Des objectifs rigoureux de conversion de trésorerie ont été fixés et appliqués à toutes les entités opérationnelles ;

  • Une gestion stricte des stocks a été mise en place et des actions commerciales spécifiques ont été initiées, ce qui a permis d'améliorer de 7 jours la rotation des stocks (Days Inventory Outstanding) ;

  • Des mesures industrielles ont été déployées pour accroître la productivité et le flux des travaux en cours ;

  • Les dettes et les créances ont été strictement contrôlées avec les partenaires (clients et fournisseurs) contribuant positivement à un cycle de conversion de trésorerie plus court et à de meilleures conditions contractuelles ;

  • Les dépenses d’investissement ont aussi fait l’objet d’un contrôle rigoureux. Tous les investissements non essentiels ont été gelés et les dépenses de maintenance ont été conditionnées au taux d'utilisation des usines.

| Mesures de croissance en valeur

Durant l’année, les mesures visant à accroître la valeur ont été principalement concentrées sur l’activité Haute tension sous-marine, ce qui a consolidé la position d'acteur clé de Nexans dans le domaine de la transition énergétique. En 2020, ces initiatives ont eu un impact positif de 11 millions d'euros sur l'EBITDA.

3. Analyse du résultat net et autres agrégats financiers

(en millions dʼeuros)

2019

2020

EBITDA

413

347

Dotation aux amortissements

(163)

(154)

Marge opérationnelle

249

193

Effet Stock Outil

(11)

42

Coûts de réorganisation

(251)

(107)

Autres produits et charges opérationnels
Dont dépréciations nettes dʼactifs
Dont produit net de cession d’actifs

2
13
7

120
(21)
142

Quote-part dans les résultats nets des entreprises associées

(0)

(2)

Résultat opérationnel

(11)

246

Résultat financier

(63)

(54)

Impôts

(44)

(111)

Résultat net des activités poursuivies

(118)

80

Résultat net (part du Groupe)

(122)

78

Le Groupe a clôturé l’exercice avec un résultat opérationnel de 246 millions dʼeuros, contre une perte de 11 millions dʼeuros en 2019. Les principales variations sont les suivantes :

  • Lʼeffet « Stock Outil » représente un produit de 42 millions dʼeuros en 2020, contre une charge de 11 millions dʼeuros en 2019, et reflète la forte hausse des prix moyens du cuivre au cours de la période.

  • Les charges de réorganisation s’élèvent à 107 millions dʼeuros en 2020 contre 251 millions dʼeuros en 2019. En 2020, elles comprennent notamment 44 millions d’euros pour le programme New Nexans, essentiellement lié au projet de réorganisation des activités du Groupe en Europe annoncé le 24 janvier 2019. Les autres charges de réorganisation pour 63 millions d’euros viennent principalement des nouvelles actions lancées au cours de l’année dans les régions Asie-Pacifique, Europe du Nord et Amérique du Nord, ainsi que de la poursuite de la transformation de l’usine de Charleston aux Etats-Unis.

  • Les dépréciations nettes dʼactifs représentent une charge de 21 millions dʼeuros en 2020, contre une reprise nette de 13 millions d’euros en 2019. En 2020, les dépréciations sont liées à certaines immobilisations corporelles individuelles pour l'essentiel en Amérique du Sud. Elles comprenaient également la dépréciation de l'activité allemande de métallurgie pour 3 millions d'euros dans le cadre du processus de cession.

  • Le profit net sur la cession d’actifs, qui s’établit à 142 millions d’euros en 2020, résulte essentiellement de la cession de Berk-Tek à Leviton finalisée fin septembre 2020. Il comprend également les coûts résiduels liés à la cession de l'activité allemande de métallurgie au cours du dernier trimestre de l’année. En 2019, la plus-value nette de 7 millions d'euros concernait principalement certaines cessions d'actifs immobiliers en France et en Suisse.

  • Les autres produits et charges opérationnels correspondent à un produit net de 120 millions d’euros, contre un produit net de 2 millions d’euros en 2019. Les principaux éléments sont la dépréciation nette d’actifs et le profit net sur la cession d’actif précité.

  • La charge financière nette s’élève à 54 millions d’euros en 2020 contre 63 millions d’euros en 2019. Cette baisse est principalement liée à un résultat de change plus favorable.

Le résultat net de l’exercice s’élève à 80 millions dʼeuros, contre une perte de -118 millions dʼeuros en 2019. Il correspond à un résultat avant impôt de 192 millions dʼeuros (contre -73 millions en 2019). La charge fiscale s'élève à 111 millions d'euros, l’impact fiscal de la cession de Berk-Tek et la dépréciation de certains actifs d'impôts différés en Europe étant les principales raisons de la différence avec la charge fiscale de 2019 (44 millions d'euros).

Le résultat net part du Groupe ressort à 78 millions dʼeuros en 2020, contre -122 millions dʼeuros en 2019.

Le Conseil d’administration proposera à l’Assemblée Générale des actionnaires la distribution d’un dividende au titre de l’exercice 2020 de 0,70 euro par action.

La dette nette a enregistré une baisse significative, sʼétablissant à 179 millions dʼeuros au 31 décembre 2020, contre 471 millions dʼeuros au 31 décembre 2019 du fait des éléments suivants :

  • un cash-flow opérationnel de +260 millions dʼeuros ;

  • des décaissements pour réorganisation de -170 millions dʼeuros dont deux tiers sont liés au plan de réorganisation européen annoncé fin janvier 2019 ;

  • des décaissements pour investissements de -225 millions dʼeuros correspondant pour l’essentiel à des investissements corporels réalisés pour transformer l'usine de Charleston ainsi qu'à ceux en lien avec la construction du nouveau navire câblier Aurora ;

  • des encaissements nets des opérations de cession réalisées sur l’année pour 152 millions d’euros ;

  • d’autres flux d’investissements négatifs pour -27 millions d’euros, correspondant essentiellement au reclassement en actifs financiers court terme de dépôts bancaires au Liban ;

  • une amélioration du besoin en fonds de roulement de +366 millions dʼeuros résultant notamment de la diminution du besoin en fonds de roulement des activités Câbles et Projets liée aux mesures pour la préservation de la trésorerie et, dans une moindre mesure, à la baisse des volumes ;

  • des décaissements de -44 millions d’euros liés aux activités de financement, y compris 47 millions d’euros pour le paiement d’intérêts, partiellement compensés par des encaissements de +7 millions d’euros découlant d’opérations de capitaux liés au plan d’actionnariat salarié ;

  • un impact négatif de -18 millions dʼeuros correspondant aux dettes sur loyers futurs ;

  • un impact négatif de -2 millions d'euros du fait des effets de change défavorables.

III. Perspectives pour 2021

Dans l'environnement macroéconomique actuel et sans modifier de manière significative la vision actuelle de l'impact de la crise de la Covid-19, le Groupe prévoit de finaliser le déploiement du plan « New Nexans » en 2021.

Ainsi, Nexans se fixe les objectifs suivants pour 2021 :

  • Un EBITDA entre 410 et 450 millions dʼeuros ;

  • Une génération de trésorerie (free cash-flow) avant fusions, acquisitions et opérations de capital entre 100 et 150 millions dʼeuros ;

  • Une rentabilité des Capitaux Employés (ROCE) entre 12,5 % et 14,5 %.

IV. Faits marquants de la période subséquents au 31 décembre

Le 16 février 2021, le Conseil d’administration de Nexans a approuvé le remboursement anticipé intégral du Prêt Garanti par l’Etat (PGE) d’un montant de 280 millions d’euros obtenu le 11 juin 2020 et d'un emprunt obligataire à échéance 2021 au taux de 3,25 %.

Le 2 février 2021, Nexans a été sélectionné par RTE (Réseau de Transport d'Electricité), le gestionnaire du réseau de transport d'électricité français, pour un contrat-cadre de trois ans (avec option de deux années supplémentaires) pour la livraison de câbles, d'accessoires et de services d'installation pour les connexions au réseau souterrain à 90 kV, 220 kV et 400 kV.

Le 1er février 2021, Nexans Submarine Telecom and Special Cables (STSC – systèmes de câbles sous-marins télécoms et spéciaux) continue de développer sa relation client avec le Programa Amazônia Conectada (PAC – Programme Amazonie Connectée) pour apporter la connectivité de données à haut débit à une région éloignée et écologiquement sensible du Brésil. Le projet consiste à poser des câbles à fibres optiques sur le lit des rivières du bassin amazonien.

Le 27 janvier 2021, Nexans renforce son partenariat de longue date avec Airbus avec un nouveau contrat portant sur la fourniture de câbles et de fils aéronautiques spécialisés destinés à former le réseau électrique des avions et hélicoptères civils et militaires.

Le 19 janvier 2021, Nexans renforce sa présence industrielle au Maroc avec l’inauguration d’une nouvelle usine pour la Business Unit Telecom Systems. Cette inauguration était présidée par Monsieur le Ministre de l’industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique du Maroc, M. Moulay Hafid Elalamy.

Le 11 janvier 2021, Nexans prolonge son partenariat de longue date avec Eiffage, l'une des plus grandes entreprises françaises de travaux publics, en remportant un contrat portant sur la fourniture de bornes de recharge pour véhicules électriques destinées au siège de la société à Vélizy.

~ ~ ~

Une conférence téléphonique / webcast (en anglais) est organisée ce jour à 9h (heure de Paris).

Lien vers la webcast : https://channel.royalcast.com/landingpage/nexans-fr/20210217_1/

Pour participer à la conférence audio :
• Standard international : +44 (0) 33 0551 0200
• France: +33 (0) 1 7037 7166
• Royaume-Uni : +44 (0) 33 0551 0200
• États-Unis : +1 212 999 6659
Code de confirmation : nexans full year

~ ~ ~

Calendrier financier

17 février 2021 : Journée des Investisseurs

29 avril 2021 : Chiffre d’affaires du premier trimestre 2021

12 mai 2021 : Assemblée Générale des actionnaires

19 mai 2021 : Date ex-dividende

20 mai 2021 : Dividende - date d’enregistrement

21 mai 2021 : Date de paiement du dividende

28 juillet 2021 : Résultats semestriels 2021

~ ~ ~

Note : Les écarts éventuels sont liés aux arrondis

Les informations de nature prospective contenues dans ce communiqué sont fonction de risques et incertitudes, connus ou inconnus à ce jour, qui peuvent avoir un impact significatif sur les performances futures de la Société.

Le lecteur est également invité à consulter le site Internet du Groupe sur lequel sont disponibles en particulier la présentation aux analystes des résultats annuels, les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2020, le document d’enregistrement universel où figurent les facteurs de risque du Groupe.

En complément des Facteurs de Risques décrits à la Section 3.1 Document d’Enregistrement Universel 2020, les éléments majeurs d’incertitudes comprennent notamment :

  • L’impact des politiques commerciales protectionnistes, ainsi que les pressions croissantes pour augmenter les exigences de contenu local ;

  • L’instabilité géopolitique et politique, notamment dans certains pays, villes ou zones géographiques comme le Qatar, la Libye, le Liban, l’Irak, le golfe arabo-persique, Hong Kong, Côte d’Ivoire et Nigeria ;

  • L’instabilité du système bancaire libanais et les incertitudes sur la Livre libanaise ;

  • L’impact que pourrait avoir la pandémie de coronavirus et l’adoption, par les autorités étatiques de nombreux pays dans le monde, de mesures restrictives nationales (incluant les mesures prises pour contrôler la pandémie telles que les interdictions de voyager, les couvre-feux et les blocages de pays) en particulier dans le contexte de nouvelles vagues de la pandémie de par le monde avec l’apparition de variants du coronavirus (y inclus en Grande Bretagne, au Brésil et en Afrique du Sud) sur les perspectives d’activités du Groupe, le résultat opérationnel et la situation financière de Nexans ;

  • Le risque crédit a augmenté dans certains pays (comme au Brésil, Maroc et Turquie) dans le contexte de la pandémie de coronavirus ;

  • Les incertitudes politiques, sociales et économiques en Amérique du Sud, notamment au Brésil, au Chili, au Venezuela et en Bolivie, qui (i) affectent le marché de la construction et les grands projets d’infrastructure dans la région (comme le projet Maracaibo au Venezuela), (ii) provoquent la volatilité des taux de change et (iii) accroissent le risque de défaillance des clients ;

  • Une baisse marquée des cours des métaux non-ferreux se traduisant par une perte de valeur du Stock Outil (métaux non-ferreux propriété de Nexans et partie intégrante de la chaîne de production), celle-ci n’ayant pas d’impact cash ni sur la marge opérationnelle, mais ayant un impact sur le résultat net. Cette baisse marquée des cours des métaux non-ferreux pourrait éventuellement intervenir en particulier dans le contexte de nouvelles vagues de la pandémie ;

  • Dans le contexte actuel d’une augmentation marquée des cours des métaux non ferreux, si cette tendance à la hausse se poursuit, elle pourrait avoir un impact sur le marché non ferreux qui pourrait potentiellement conduire à une raréfaction des offres de métaux non ferreux ;

  • La pérennité des taux de croissance du marché du câblage structuré (LAN) en fibre et en cuivre et la capacité du Groupe à saisir les opportunités liées au passage à des catégories plus performantes sur ce marché ;

  • La rapidité de déploiement de solutions de fibre optique « FTTH » (« Fiber To The Home » - jusque chez l’abonné) en Europe et en Afrique du Nord-Ouest et la capacité du Groupe à saisir les opportunités liées au développement de ce marché ;

  • L’impact de la pandémie de coronavirus sur l’industrie aéronautique qui a conduit nos clients à revoir leurs commandes pour les mois et les années à venir ;

  • Le fait i) que les ventes d’automobiles puissent continuer d’être affectées à l’échelle mondiale dans le contexte de la pandémie de coronavirus avec des difficultés dans l’approvisionnement en composants et le ralentissement de la reprise de la demande de voitures ainsi que ii) les progrès des solutions de propulsion électrique pénètreront les marchés plus lentement que prévu ;

  • En raison des fluctuations des prix du pétrole et du gaz et du ralentissement du secteur pétrolier et gazier, les clients Oil & Gas sont amenés à revoir leurs programmes d’investissement dans l’exploration et la production de l’Oil & Gas. Cette évolution crée une importante incertitude quant à la mise en œuvre de programmes d’investissement et peut aussi affecter la capacité du Groupe à planifier des projets pour les câbles et ombilicaux destinés à ce secteur, et pour imposer dans le contexte de la pandémie de coronavirus des modifications aux calendriers d’exécution de projets pour lesquels nous sommes engagés contractuellement ;

  • Le risque de retard ou d’accélération de l’attribution ou de l’entrée en vigueur des contrats de câbles sous-marins et terrestres, qui pourrait perturber la planification au cours d’une année donnée ;

  • Les risques inhérents à l’exécution de grands projets haute tension clé en main, risques accrus dans les années à venir par la concentration de cette activité sur un nombre réduit de projets de grande ampleur, au taux d’utilisation élevé des capacités des usines concernées, à la localisation géographique des projets et à la situation politique et socio-économique des pays concernés (comme aux Philippines avec le projet Mindanao-Visayas) ;

  • Les risques inhérents associés aux grands projets d’investissement, en particulier le risque de retard dans leur réalisation et dans l’obtention de projets pour utiliser les nouvelles capacités. Ces risques concernent notamment la construction d’un nouveau navire de pose de câbles sous-marins et la transformation de l’usine de Charleston en Amérique du Nord pour la production de câbles haute tension sous-marins, deux projets qui seront déterminants pour l’atteinte des objectifs ;

  • Les défis posés par la pandémie de coronavirus (avec les mesures prises par certains États telles que les interdictions de voyager ou les décisions de fermeture d’un pays) pour l’exécution de projets dans des pays comme les États-Unis (par exemple, pour respecter le calendrier défini de fabrication à Charleston) ainsi que pour des projets clés en main tels que Seagreen (Grande Bretagne) et Visayas-Mindanao (Philippines) et des projets onshore en Europe.

Sans impacts opérationnels majeurs, les deux incertitudes suivantes pourront avoir un impact sur les états financiers :

  • Les changements soudains des prix des métaux qui peuvent avoir une incidence sur les habitudes d’achat des clients à court terme ;

  • L’impact des variations de change sur la conversion des états financiers des filiales du Groupe situées en dehors de la zone euro.

~ ~ ~
À propos de Nexans

Acteur clé de la transition énergétique au niveau mondial, Nexans œuvre en faveur d’un avenir plus connecté et plus durable. Depuis plus d’un siècle, le Groupe apporte de l’énergie à la vie en fournissant à ses clients des technologies de câblage de pointe pour la transmission d’énergie et de données. Aujourd’hui, au-delà des câbles, Nexans offre à ses clients un service complet qui tire parti des technologies digitales, afin d’optimiser la performance et l’efficacité de leurs actifs stratégiques. Le Groupe conçoit des solutions et des services tout au long de la chaîne de valeur dans trois principaux domaines d’activités : Bâtiment & Territoires (notamment les équipements, les réseaux intelligents, l’e-mobilité), Haute Tension & Grands Projets (notamment les fermes éoliennes offshore, les interconnexions sous-marines, la haute tension terrestre) et Industrie & Solutions (notamment les énergies renouvelables, les transports, le secteur pétrolier et gazier, l’automatisation).
La Responsabilité Sociale d’Entreprise est au cœur des principes appliqués par Nexans dans ses activités et ses pratiques internes. En 2013, Nexans est devenu le premier acteur de l’industrie du câble à créer une Fondation d’entreprise destinée à soutenir des actions en faveur de l’accès à l’énergie pour les populations défavorisées à travers le monde. L’engagement du Groupe en faveur du développement de câbles éthiques, durables et de haute qualité sous-tend sa participation active à diverses associations majeures du secteur telles que Europacable, la NEMA, l’ICF et le CIGRÉ.
Fort d’une présence industrielle dans 38 pays et d’activités commerciales dans le monde entier, Nexans emploie près de 25 000 personnes. En 2020, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires standard de 5,7 milliards d’euros.

Nexans est coté sur le marché Euronext Paris, compartiment A.
Pour plus d’informations, consultez le site www.nexans.com

Contacts :

Communication financière
Aurélia Baudey-Vignaud
Tél. : +33 (0)1 78 15 03 94
aurelia.baudey-vignaud@nexans.com

Communication
Catherine Garipoglu
Tél. : +33 (0)1 78 15 04 78
catherine.garipoglu@nexans.com

Elodie Robbe-Mouillot
Tél. : +33 (0)1 78 15 03 87
elodie.robbe-mouillot@nexans.com

Minaa El Baz
Tél. : +33 (0)1 78 15 04 65
minaa.el_baz@nexans.com

~ ~ ~

Annexes
Les procédures d’audit sur les comptes consolidés ont été effectuées, le rapport des Commissaires aux comptes est en cours d’émission à la date de publication de ce communiqué de presse.

Compte de résultat consolidé

(en millions d’euros)

2020

2019

CHIFFRE D'AFFAIRES NET (1)

5 979

6 735

Coût des ventes

(5 324)

(5 949)

MARGE BRUTE

654

786

Charges administratives et commerciales

(385)

(442)

Frais de R&D

(77)

(94)

MARGE OPÉRATIONNELLE (2)

193

249

Effet Stock Outil (3)

42

(11)

Autres produits et charges opérationnels (4)

120

2

Coûts de réorganisation

(107)

(251)

Quote-part dans les résultats nets des entreprises associées

(2)

(0)

RÉSULTAT OPÉRATIONNEL

246

(11)

Coût de l'endettement financier (net) (5)

(43)

(38)

Autres produits et charges financiers

(11)

(24)

RÉSULTAT AVANT IMPÔTS

192

(73)

Impôts sur les bénéfices

(111)

(44)

RÉSULTAT NET DES ACTIVITÉS POURSUIVIES

80

(118)

Résultat net des activités abandonnées

-

-

RÉSULTAT NET CONSOLIDÉ

80

(118)

dont part du Groupe

78

(122)

dont part des intérêts ne donnant pas le contrôle

2

5

RÉSULTAT NET PART DU GROUPE PAR ACTION (en euros)

- résultat de base par action

1,80

(2,81)

- résultat dilué par action

1,76

(2,81)

(1) Le chiffre d’affaires à prix métaux standard calculés avec des cours de référence n’est désormais plus présenté au sein du compte de résultat mais reste présenté dans l’information sectorielle.
Ce chiffre d’affaires calculé à cours du cuivre et de l’aluminium standard est utilisé par le Groupe dans son suivi de la performance opérationnelle pour neutraliser l’effet des variations des cours des métaux non ferreux et mesurer ainsi l’évolution effective de son activité (le coût des ventes étant retraité de la même manière). A compter du 1er janvier 2020, ce cours de référence est fixé à 5 000 euros par tonne pour le cuivre contre 1 500 euros en 2019 et au cours des années précédentes. Le cours de référence de l’aluminium est fixé à 1 200 euros par tonne pour l’aluminium, inchangé entre 2019 et 2020.

  1. Indicateurs de gestion de l’activité retenus pour mesurer la performance opérationnelle du Groupe.

  2. Effet lié à la revalorisation du Stock Outil à son coût unitaire moyen pondéré.

  3. Sur l’exercice 2020, les autres produits et charges opérationnels incluent notamment des produits de cession de 142 millions d’euros, ainsi qu’une charge de 21 millions d’euros de dépréciation d’actifs nets.

  4. Sur l’exercice 2020, les produits financiers représentent 3 millions d’euros (4 millions d’euros en 2019).

Bilan consolidé

(Au 31 décembre, en millions d’euros)

2020

2019

ACTIF

Goodwill

232

242

Immobilisations incorporelles

115

126

Immobilisations corporelles

1 346

1 382

Participations dans les entreprises associées

32

37

Impôts différés actifs

115

175

Autres actifs non courants

102

92

ACTIFS NON COURANTS

1 942

2 053

Stocks et en-cours

937

1 113

Actifs sur contrats

94

69

Clients et comptes rattachés

829

1 015

Instruments dérivés (courant)

86

40

Autres actifs courants

201

186

Trésorerie et équivalents de trésorerie

1 142

642

Actifs et groupes d'actifs détenus en vue de la vente

0

0

ACTIFS COURANTS

3 288

3 065

TOTAL DES ACTIFS

5 230

5 117


(Au 31 décembre, en millions d’euros)

2020

2019

PASSIF ET CAPITAUX PROPRES

Capital, primes, résultat et réserves

1 258

1 167

Autres composantes des capitaux propres

(42)

42

Capitaux propres - part du Groupe

1 216

1 209

Intérêts ne donnant pas le contrôle

40

42

CAPITAUX PROPRES

1 256

1 251

Provisions pour retraite et engagements assimilés

350

373

Provisions (non courant)

78

106

Dettes financières (non courant)

684

923

Instruments dérivés (non courant)

0

7

Impôts différés passifs

133

118

PASSIFS NON COURANTS

1 246

1 527

Provisions (courant)

122

191

Dettes financières (courant)

636

190

Passifs sur contrats

364

256

Instruments dérivés (courant)

46

33

Fournisseurs et comptes rattachés

1 213

1 319

Autres passifs courants

349

350

Dettes liées aux groupes d'actifs détenus en vue de la vente

0

0

PASSIFS COURANTS

2 729

2 339

TOTAL DES PASSIFS ET CAPITAUX PROPRES

5 230

5 117

Tableau des flux de trésorerie consolidés

(en millions d’euros)

2020

2019

Résultat net

80

(118)

Amortissements et dépréciations des immobilisations incorporelles et corporelles (y compris goodwill)

175

151

Coût de l’endettement financier (brut)

46

43

Effet Stock Outil (1)

(42)

11

Charge/(produit) d'impôts exigible et différés

111

44

Plus ou moins-value de cessions d’actifs

(142)

(7)

Autres retraitements (2)

(94)

135

CAPACITÉ D'AUTOFINANCEMENT AVANT COÛT DE L'ENDETTEMENT FINANCIER BRUT ET IMPÔTS (3)

136

260

Diminution (augmentation) du besoin en fonds de roulement

362

56

Dépréciations d'actifs courants et provisions sur affaires

4

19

Impôts versés

(46)

(36)

VARIATION NETTE DES ACTIFS ET PASSIFS COURANTS

320

40

FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DE L'EXPLOITATION

456

300

Encaissements sur cessions d'immobilisations corporelles et incorporelles

16

12

Décaissements sur investissements corporels et incorporels

(225)

(238)

Diminution (augmentation) des prêts accordés et des actifs financiers court terme (4)

(42)

(1)

Décaissements sur acquisitions de titres consolidés, nets de la trésorerie acquise

(2)

(1)

Encaissements sur cessions de titres consolidés, nets de la trésorerie cédée

155

(1)

FLUX DE TRÉSORERIE D'INVESTISSEMENT

(99)

(228)

VARIATION NETTE DE LA TRÉSORERIE APRÈS INVESTISSEMENT

356

71

Émissions (remboursements) d'emprunts

218

(261)

- dont le remboursement de l’OCEANE 2016-2019

-

(269)

- dont la souscription du prêt garanti par l'Etat

279

-

Augmentations (réductions) de capital en espèces

7

-

Intérêts financiers versés

(45)

(52)

Transactions entre actionnaires sans perte ou prise de contrôle

(7)

(5)

Dividendes payés

(4)

(15)

FLUX DE TRÉSORERIE DE FINANCEMENT

169

(332)

Incidence des variations des taux de change

(19)

(0)

AUGMENTATION (DIMINUTION) NETTE DE LA TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE

507

(260)

TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE AU DÉBUT DE LA PÉRIODE

626

886

TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE À LA FIN DE LA PÉRIODE

1 133

626

- dont Trésorerie et équivalents de trésorerie – Actif

1 142

642

- dont Concours bancaires courants – Passif

(9)

(16)

(1) Effet lié à la revalorisation du Stock Outil à son coût unitaire moyen pondéré, sans impact sur la trésorerie.
(2) Les autres retraitements en 2020 comprennent principalement la neutralisation de la variation nette des provisions opérationnelles (dont les provisions pour retraite, réorganisations et comportement anti-concurrentiel) pour -98 millions d’euros (103 millions d’euros en 2019) et la prise en compte de l’effet de trésorerie des dérivés de couverture pour -7 millions d’euros (13 millions d’euros en 2019) ainsi que l’annulation de la charge relative aux paiements en actions pour 3 millions d’euros (6 millions d’euros en 2019).
(3) Le Groupe utilise par ailleurs le concept de « Cash-flow opérationnel » qui s’obtient après réintégration des décaissements liés aux réorganisations (170 millions d’euros en 2020 et 129 millions d’euros en 2019) et déduction des impôts versés.
(4) En 2020, cette ligne comprend pour 39 M€ le classement des dépôts bancaires de l’entité libanaise du Groupe détenus dans des banques libanaises hors des trésorerie et équivalents de trésorerie, conformément à la norme IAS 7.

INFORMATIONS PAR SEGMENT OPÉRATIONNEL

2020
(en millions d’euros)

Batiment & Territoires

Haute tension & Projets

Télé-communication & Données

Industrie & Solutions

Autres

Total Groupe

Chiffre d'affaires net à prix métal courant

2 578

707

395

1 222

1 078

5 979

Chiffre d'affaires net à prix métal standard

2 422

699

393

1 210

989

5 713

EBITDA

128

105

29

84

1

347

Dotation aux amortissements

(48)

(36)

(8)

(36)

(27)

(154)

Marge opérationnelle

80

69

22

48

(26)

193

Dotation aux dépréciations/reprise de pertes de valeur sur actifs immobilisés (y.c. goodwill)

(14)

(3)

-

-

(4)

(21)


2019
(en millions d’euros)

Batiment & Territoires

Haute tension & Projets

Télé-communication & Données

Industrie & Solutions

Autres

Total Groupe

Chiffre d'affaires net à prix métal courant

2 799

779

572

1 374

1 212

6 735

Chiffre d'affaires net à prix métal standard

2 754

753

503

1 394

1 084

6 489

Chiffre d’affaires net à prix métal standard et cours de change 2020

2 645

705

495

1 384

1 062

6 291

EBITDA

155

104

49

109

(4)

413

Dotation aux amortissements

(50)

(40)

(10)

(38)

(26)

(163)

Marge opérationnelle

106

64

39

71

(31)

249

Dotation aux dépréciations/reprise de pertes de valeur sur actifs immobilisés (y.c. goodwill)

-

15

-

(1)

-

13

INFORMATIONS POUR LES PAYS PRINCIPAUX

2020
(en millions d’euros)

France

Allemagne

Norvège

Autres (2)

Total Groupe

Chiffre d'affaires net à prix métal courant (1)

917

741

691

3 632

5 979

Chiffre d'affaires net à prix métal standard (1)

874

740

680

3 419

5 713

Actifs non courants IFRS 8 (au 31 décembre) (1)

199

164

302

1 059

1 725


2019
(en millions d’euros)

France

Allemagne

Norvège

Autres (2)

Total Groupe

Chiffre d'affaires net à prix métal courant (1)

1 040

819

758

4 118

6 735

Chiffre d'affaires net à prix métal standard (1)

1 005

811

750

3 924

6 489

Chiffre d’affaires net à prix métal standard et cours de change 2020 (1)

1 005

811

689

3 786

6 291

Actifs non courants IFRS 8 (au 31 décembre) (1)

203

195

291

1 097

1 786

  1. Par zone d’implantation des filiales du Groupe.

  2. Pays ne représentant pas individuellement plus de 10 % du chiffre d'affaires à prix métal standard du Groupe.


1 Pour neutraliser l’effet des variations des cours des métaux non ferreux et mesurer ainsi l’évolution effective de son activité, Nexans établit également son chiffre d’affaires à cours du cuivre (nouveau cours de référence de 5 000 €/t) et de l’aluminium constants.
2 Le chiffre d’affaires 2020 à données comparables correspond au chiffre d’affaires à cours des métaux non ferreux standard, retraité des effets de change et de périmètre. Sur le chiffre d’affaires à cours des métaux non ferreux standard, les effets de change s’élèvent à -197M€, et les effets de périmètre à -45M€.
3 L’EBITDA consolidé s’entend comme la somme de la marge opérationnelle et des dotations aux amortissements sur immobilisations.
4 Marge opérationnelle sur 12 mois divisée par les capitaux employés, hors provision anti concurrence
5 L'impact estimé du Covid-19 inclus dans la perte nette correspond i) au montant après impôt de l'impact estimé d'EBITDA, ii) à la dépréciation des impôts différés en Europe reflétant la mise à jour du business plan de l'activité Harnais, et iii) aux dépenses sanitaires pour la protection des salariés et le maintien de l'activité.
6 Avant fusions et acquisitions et opérations de capital.
7 Chiffre d’affaires standard à cours de référence du cuivre de 5 000 €/t
8 À cours des métaux standard, nouveau cours de référence du cuivre de 5 000 €/t et selon le compte de résultat simplifié
9 Carnet de commandes à fin décembre 2020 de l’activité sous-marine ajusté des contrats sécurisés non entrés en vigueur.

Pièce jointe