La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 121,01
    -54,12 (-0,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Des négociants bordelais faisaient passer du vin espagnol pour du vin français : prison ferme

PIXABAY

Une tromperie "absolument indigne". Tels sont les termes employés par la procureure de la République pour qualifier le trafic de vin qui a été démantelé à Bordeaux et dont les auteurs étaient jugés ce jeudi 27 octobre. Cinq négociants et transporteurs, originaires de Gironde et de Charente, ont en effet comparu devant le tribunal correctionnel de Bordeaux, relate France Bleu Gironde, vendredi 28 octobre.

Ils sont soupçonnés d'avoir importé l’équivalent de 4,6 millions de bouteilles de vin de table espagnol qu’ils revendaient ensuite comme du vin de France, de Bordeaux et même sous de fausses appellations d’AOC Saint-Émilion ou Pomerol. La procureure a requis jusqu’à deux ans de prison ferme à l'encontre "des deux chevilles ouvrières de la fraude". Le jugement a été mis en délibéré et sera rendu le 26 janvier prochain.

Grâce à des documents de transport douaniers falsifiés, ils auraient gagné plusieurs millions d'euros entre 2014 et 2016. Selon les enquêtes menées entre 2016 et 2019 par la brigade des vins et spiritueux de la Dreets (Directions régionales de l'économie, de l'emploi, du travail et des solidarités) et les douanes, "la tromperie sur l'origine caractérisée" porte sur 131 camions-citernes, 34.587 hectolitres de vin. "C'est un record absolu dans la région, un schéma frauduleux à l'échelle industrielle", a estimé Frédéric Georges, avocat de la Fédération des grands vins de Bordeaux, partie civile au procès.

Tout aurait commencé en 2013, cette année "a été terrible au niveau (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

McDonald's : les jouets des menus Happy Meal pour adultes atteignent des sommes folles sur eBay
Sécheresse : des stations de lavage bretonnes réclament une indemnisation de l'Etat
La marine russe utilise une forteresse soviétique pour se protéger de l'Ukraine
Rénovation énergétique : la Cour des comptes étrille la politique du gouvernement
La Pologne choisit l'américain Westinghouse au détriment d'EDF pour construire sa première centrale nucléaire