Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    54 947,16
    +1 268,02 (+2,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 249,55
    +50,98 (+4,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,58 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2989
    +0,0074 (+0,58 %)
     

Marine Le Pen : information judiciaire ouverte pour le financement illégal de la campagne de 2022

Bloomberg / Getty Images

Début de semaine compliquée pour le Rassemblement national. Après la désillusion des élections législatives au cours desquelles le RN n’est arrivé qu’en troisième position (en termes de sièges à l’Assemblée nationale), le parti de Jordan Bardella est désormais visé par une information judiciaire dans le cadre de la présidentielle 2022, nous apprend BFMTV, le 9 juillet 2024. Une enquête a été ouverte le 2 juillet pour prêt d'une personne morale à un candidat en campagne électorale, acceptation par un candidat en campagne de prêt d'une personne morale, détournement de biens par des personnes exerçant une fonction publique, escroquerie commise au préjudice d'une personne publique, faux et usage de faux, a détaillé le parquet. Elle a été ouverte alors que pèsent des soupçons de financement illégal sur la campagne de Marine Le Pen. Cette nouvelle intervient après un signalement de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) en avril dernier.

Concrètement, à chaque élection, c’est le même topo : les partis politiques sont tenus de ne pas dépasser un certain plafond de dépenses pour faire campagne pour leur(s) candidat(s). Afin que la règle soit respectée, la CNCCFP veille au grain. La Commission étudie tous les comptes de campagne à la suite des élections pour s’assurer que les factures n’excèdent pas le seuil en question. Si tout est en ordre, l’État rembourse une partie des frais avancés et aucune procédure n’est, par conséquent, engagée. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Législatives 2024 : les agences de notation tirent déjà la sonnette d'alarme
Résultats des législatives 2024 : la gauche en tête, et si finalement, rien ne changeait ?
Rentrée 2024 : que sont les «groupes de besoins» bientôt présents dans tous les collèges ?
Législatives 2024 : comment Gabriel Attal a sauvé le macronisme
Perte de mémoire : et si le Covid-19 en était la cause ?