Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 861,63
    +760,46 (+1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 391,58
    +60,68 (+4,56 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Maladie du foie gras : les proches des personnes atteintes seraient plus à risque de ce type de cancer

iStock / Prostock-Studio

C’est un cancer qui touche de plus en plus de personnes. Selon une étude publiée dans le Journal of Hepatology, en 2022, le nombre de cas de cancer du foie devrait augmenter de 55% d'ici à 2040. S’il existe des traitements contre ce type de cancer, ce dernier est souvent diagnostiqué tardivement. Il est donc primordial de repérer les signes qui doivent amener à consulter, mais aussi de connaître les facteurs pouvant favoriser son apparition.

Selon des chercheurs de l’Institut Karolinska, en Suède, les proches d’un patient atteint de la maladie du foie gras non alcoolique auraient plus de risques de développer un cancer du foie et de mourir de maladies liées au foie. Les spécialistes estiment que le mode de vie pourrait être en cause. Leurs résultats sont publiés dans le Journal of Hepatology.

Pour mener à bien leurs recherches, les spécialistes se sont basés sur un panel de 12.000 personnes inscrites dans un programme de recherche contenant des données sur toutes les biopsies hépatiques réalisées en Suède de 1965 à nos jours. Les participants sélectionnés étaient atteints d’une maladie hépatique stéatosique associée à un dysfonctionnement métabolique (MASLD). On connaît également cette maladie sous le nom de NAFLD, pour stéatose hépatique non alcoolique ou encore “maladie du foie gras”.

Puis, les chercheurs ont identifié les parents au premier degré (c'est-à-dire les parents, les frères, les sœurs et les enfants), ainsi que les conjoints de chaque malade. Cela représentait respectivement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite