La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 927,41
    -131,11 (-0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 718,98
    +58,40 (+0,40 %)
     
  • Nikkei 225

    27 581,66
    -388,56 (-1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,1816
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    25 473,88
    +387,45 (+1,54 %)
     
  • BTC-EUR

    33 200,07
    +991,52 (+3,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    921,23
    -8,70 (-0,94 %)
     
  • S&P 500

    4 394,88
    -6,58 (-0,15 %)
     

L'Europe boursière finit stable après les chiffres de l'inflation américaine

·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT SANS GRAND CHANGEMENT

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé sans grand changement mardi et Wall Street évoluait dans le désordre à l'approche de la mi-séance après avoir ouvert dans le rouge, pénalisée dans un premier temps par les résultats mitigés des grandes banques américaines et les chiffres de l'inflation aux Etats-Unis, ressortis au-dessus des attentes.

À Paris, le CAC 40 a terminé en repli de 0,01% à 6.558,47 points. Le Footsie britannique et le Dax allemand ont également cédé 0,01%.

L'indice EuroStoxx 50 a grappillé 0,03%, le FTSEurofirst 300 0,07% et le Stoxx 600 0,03%.

En Europe comme aux Etats-Unis, les incertitudes sur la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine et sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 dans le monde ont fait fluctuer les indices pendant une grande partie de la séance.

L'indice des prix à la consommation (CPI) aux Etats-Unis a augmenté de 5,4% sur un an en juin, sa plus forte hausse depuis août 2008, bien loin de la cible de 2% visée par la Fed.

Les investisseurs ont dans un premier temps réagi négativement à ces chiffres avant de se ressaisir.

Le président de la Fed, Jerome Powell qui sera auditionné mercredi par la commission des Services financiers de la Chambre des représentants, a souligné à plusieurs reprises que la hausse de l'inflation résultait de facteurs temporaires.

Certains analystes commencent à lui emboîter le pas.

"Quand vous réalisez qu'un tiers de la hausse est due aux prix des voitures d'occasion, le caractère provisoire devient plus clair (...) l'inflation augmente mais les choses se passent bien et rien n'a sensiblement changé", a déclaré Jamie Cox, associé chez Harris Financial Group.

VALEURS

En Europe, le secteur des télécommunications et des technologies ont compté parmi les plus fortes hausses avec respectivement 0,92% et 0,85%, grâce notamment à Nokia qui a bondi de 8%. Le groupe finlandais a annoncé son intention de relever ses prévisions de résultats annuels après l'accélération de son activité au deuxième trimestre.

A contrario, les indices des banques (-1,16%), de l'automobile (-0,65%) et de l'énergie (-0,73%) ont affiché parmi les plus fortes pertes.

A Paris, Alstom a perdu 4,26%, lanterne rouge du CAC 40, après l'abaissement à "neutre" de la recommandation de Goldman Sachs.

A Francfort, le groupe Qiagen, spécialisé dans les tests anti-COVID-19, a accusé un repli de 4,3% après avoir abaissé sa prévision de demande.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones refluait de 0,15%, le Standard & Poor's 500 avançait de 0,10% et le Nasdaq Composite continuait de voler de record en record avec un gain de 0,43%. L'indice phare des valeurs technologiques est soutenu par Apple et Google, qui s'adjugaient respectivement environ 2% et 1%.

J.P. Morgan Chase et Goldman Sachs évoluaient dans le rouge après la publication de leurs résultats trimestriels. Le premier perdait 2,6% en raison notamment d'une baisse du chiffre d'affaires de la division abritant son activité de trading. Le second fléchissait de 1,4% malgré un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes.

LES INDICATEURS DU JOUR

En Europe, l'inflation allemande a été confirmée à 2,1% sur un an en juin aux normes européennes IPCH et en France, elle est ressortie à 1,9%, conformément à une première estimation.

CHANGES/TAUX

Sur le marché des changes, l'inflation plus élevée que prévu aux Etats-Unis a renforcé le dollar, qui gagne 0,35% face à un panier de devises de référence.

L'euro dans le même temps cède près de 0,5% à 1,1804 dollar.

Le rendement des Treasuries à dix ans a atteint un plus haut d'une semaine, à 1,39%, avant de revenir vers 1,3610%.

Le rendement du Bund allemand de même maturité a fini quasiment stable, autour de -0,296%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier, qui avait cédé du terrain lundi, est reparti fortement à la hausse. Le Brent gagne 1,56% à 76,35 dollars le baril tandis que le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 1,54% à 75,24 dollars.

(Reportage Claude Chendjou, avec Sruthi Shankar, édité par Laetitia Volga)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles