La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 098,69
    -58,00 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    11 974,95
    -138,84 (-1,15 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0740
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    21 436,46
    -319,28 (-1,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    530,35
    -6,54 (-1,22 %)
     
  • S&P 500

    4 136,18
    -27,82 (-0,67 %)
     

LEP à 6,1% : ce super livret que vous oubliez (peut-être) de réclamer à votre banque

10 millions de Français ont accès au LEP sans le savoir
10 millions de Français ont accès au LEP sans le savoir

C'est une très bonne nouvelle pour la défense de l'épargne des ménages modestes. Ce vendredi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a dévoilé non seulement le nouveau taux du Livret A à compter du 1er février, mais également celui du Livret d'épargne populaire (LEP). Si l'évolution de la rémunération du Livret A, de 2% à 3%, est plus faible qu'anticipée, celle du LEP atteint 6,1%. Un niveau imbattable pour un placement sans risque. Le LEP est le placement phare de ce début d'année 2023.

D'ailleurs, les pouvoirs publics incitent les Français éligibles à en ouvrir un. Car contrairement au Livret A, détenu par 55 millions de particuliers, le LEP est réservé aux ménages modestes. Si vos ressources ne dépassent pas les seuils fixés par la réglementation, pensez à réclamer un LEP à votre banquier.

Dans un communiqué diffusé ce vendredi, la Banque de France rappelle que 18 millions de Français y sont éligibles. Or, à la fin 2022, le nombre de détenteurs étaient de 8,5 millions, contre moins de 7 millions au début de l'année. L'intérêt et la connaissance du LEP au sein de la population progresse, mais il y a encore de la marge.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Livret A à 3% : cette astuce pour maximiser vos intérêts
- Virement DGFiP Finances publiques : pourquoi les impôts vous font une avance
- Livret A : une bonne et deux mauvaises surprises pour votre épargne à partir du 1er février