Publicité
La bourse ferme dans 8 h 1 min
  • CAC 40

    8 023,67
    +42,16 (+0,53 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 938,80
    +24,67 (+0,50 %)
     
  • Dow Jones

    37 753,31
    -45,66 (-0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0687
    +0,0013 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    2 393,10
    +4,70 (+0,20 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 370,50
    -2 164,64 (-3,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,59
    -0,10 (-0,12 %)
     
  • DAX

    17 824,35
    +54,33 (+0,31 %)
     
  • FTSE 100

    7 884,39
    +36,40 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    15 683,37
    -181,88 (-1,15 %)
     
  • S&P 500

    5 022,21
    -29,20 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    16 415,11
    +163,27 (+1,00 %)
     
  • GBP/USD

    1,2467
    +0,0011 (+0,08 %)
     

L’inflation chutera sous 2% mais l’économie évitera la récession selon la Banque de France

Cour des comptes

La Banque de France, qui attendait jusqu'ici une progression de 0,9% du produit intérieur brut (PIB) cette année, l'a révisée mardi «très légèrement à la baisse», à 0,8% en 2024. Cela provient d'un «moindre acquis de croissance à l’issue du quatrième trimestre 2023», a-t-elle expliqué. «C’est désormais confirmé : la France va échapper à la récession», déclare le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, dans une interview mardi soir au Figaro. Cette prévision, qui constitue un très léger ralentissement par rapport au 0,9% de 2023, est surtout moins optimiste que celle du gouvernement, à 1%, sur laquelle repose son budget annuel. «Nos prévisions diffèrent désormais de seulement 0,2 point. Franchement, c’est dans la marge d’incertitude», estime M. Villeroy de Galhau.

La juste évaluation de la croissance française en 2024 est un enjeu majeur pour le gouvernement, qui a déjà été contraint mi-février d'annoncer 10 milliards d'euros de coupes budgétaires lorsqu'il a révisé cet indicateur en baisse par rapport à sa prévision initiale de 1,4%. Une nouvelle révision en baisse signifierait de nouvelles coupes, ou bien que la France ne respecterait pas son objectif de déficit public pour 2024 (4,4% du PIB), faute de recettes suffisantes. Une situation «préoccupante» et «très sérieuse», a jugé mardi matin la Cour des comptes dans son rapport annuel. La juridiction estime elle aussi que les projections de croissance du gouvernement sont «optimistes», au point peut-être (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Verbalisation : un excès de zèle chez les contrôleurs de la SNCF et de la RATP ?
Autonomie de la Corse : successions, agriculture…. qu’est-ce qui pourrait changer ?
Estelle Lefébure réclame plus de 36 000 euros à un promoteur immobilier
Les JO 2024 poussent un Francilien sur deux à fuir la capitale
Un Boeing 787 de Latam Airlines perd brusquement de l'altitude au-dessus de la mer de Tasmanie