Marchés français ouverture 3 h 24 min

Impôts : micro-foncier ou réel, quel régime choisir pour les revenus locatifs ?

Michèle MEINAC
1 / 1

Impôts : micro-foncier ou réel, quel régime choisir pour les revenus locatifs ?

L’investissement immobilier locatif est taxé à toutes les étapes. A l’achat vous réglez les frais de mutation, improprement nommés frais de notaire, et lors de la revente un impôt sur les plus-values, sauf si la durée de détention dépasse 30 ans. Pendant la location, le revenu foncier net s’ajoute à vos autres revenus et l’ensemble est ensuite soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

La loi vous propose le choix entre deux systèmes pour l'imposition des loyers que vous recevez : le régime micro-foncier, système dans lequel les charges sont déduites de manière forfaitaire, sans justificatif, et le régime du revenu foncier réel.

Forces et faiblesses du micro-foncier

Le régime micro-foncier est un menu clefs en main qui vous permet d'inscrire directement vos revenus fonciers imposables sur votre déclaration 2042, celle que tout le monde remplit, sans avoir à utiliser la déclaration des revenus fonciers n° 2044. Cette simplicité est bienvenue pour les propriétaires rebutés par la paperasse. La contrepartie, c’est un abattement forfaitaire pour charges de 30%. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un forfait supposé couvrir la totalité des charges liées au logement : vous ne pouvez rien déduire d’autre, et vous ne pouvez pas non plus déclarer un déficit foncier.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Frais bancaires : serez-vous touché par les hausses de prix en 2020 ?
- Action FDJ : faut-il se précipiter ?
- Immobilier : les SCPI vont battre un nouveau record de collecte en 2019