IMERYS dépasse légèrement ses objectifs pour 2012

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
NK.PA62,300,37
BELI.PA30,200,22
HDELY17,120,15


(AOF) - Imerys (Paris: FR0000120859 - actualité) a annoncé une progression de 2,3% du résultat net courant part du groupe à 310,2 millions d'euros pour l'année 2012. En novembre dernier, le leader mondial des spécialités minérales pour l'industrie s'était dit confiant dans sa capacité à maintenir en 2012, un niveau de résultat courant net au minimum comparable à celui de l'exercice précédent (soit 303,1 millions d'euros - ndlr). La marge opérationnelle du groupe a baissé de 0,7 point pour s'établir à 12,6%.

Le (Paris: FR0000072399 - actualité) résultat opérationnel a cependant grappillé 0,6% à 490,1 millions pour un chiffre d'affaires en hausse de 5,7% à 3,88 milliards.

"Si les Etats-Unis ont retrouvé un certain dynamisme, qui s'est confirmé au second semestre 2012, plusieurs pays européens ont nettement ralenti. Les zones émergentes ont, quant à elles, poursuivi leur progression, à un rythme toutefois plus modéré," a commenté le groupe.

Le groupe va proposer le versement d'un dividende de 1,55 euros, soit une hausse de 3,3% par rapport à l'année dernière.

Sans donner de détails chiffrés, Imerys a cependant précisé continuer de mettre en oeuvre les mesures ciblées d'adaptation aux conditions de marché pour l'année en cours. "Grƒce à la solidité de ses fondamentaux et de sa structure financière, le groupe poursuivra cependant, avec prudence et sélectivité, la mise en oeuvre de sa stratégie de développement fondée sur l'innovation, l'expansion géographique et la réalisation d'acquisitions créatrices de valeur à long terme", a conclu le groupe.




AOF - EN SAVOIR PLUS


- Positionné sur des produits de niche de plus en plus pointus ; valeur ajoutée accrue pour les clients et positions de leader renforcées ;
- Innovation au coeur de la stratégie avec notamment un fond dédié (géré par le top management) pouvant prendre le relais pour financer les projets ;
- Très grande diversification des débouchés et une bonne répartition géographique (25% du CA dans les pays émergents) ;
- Importantes barrières à l'entrée et forte capacité à imposer ses prix ;
- Pas de concurrence chinoise ;
- Situation financière assainie ;
- Actionnariat stable.

Les points faibles de la valeur
- Faible visibilité sur les perspectives et effet de base défavorable en 2012 après une forte croissance organique en 2011 ;
- Exposé à certains marchés cycliques (sidérurgie, construction et publicité) ;
- Déficit de notoriété auprès de la communauté financière ;
- Flottant et liquidité limités.

Comment suivre la valeur
- Sensibilité au marché de la construction (33% du CA) ;
- Valeur soumise à l'évolution du dollar, du prix de l'énergie, et plus particulièrement à celui du gaz ;
- Structure de coûts fixes importante : fort effet de levier de la hausse des volumes sur le résultat opérationnel et inversement.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Construction - Matériaux
Selon l'agence de notation Fitch les conditions de marché restent difficiles pour les grands cimentiers, et les perspectives, incertaines. Toutefois elle considère que les effets des mesures de réduction de coûts devraient peu à peu porter leurs fruits, conduisant à une légère amélioration de la performance opérationnelle du secteur en 2013. Face à un marché européen en crise, les grands cimentiers misent sur les marchés émergents. Ainsi pour Ciments Français, l 'Amérique latine et l'Asie sont les seules zones de croissance. De plus les plans de restructuration sont parfois renforcés face aux difficultés qui perdurent sur le marché européen et à une inflation des coûts. HeidelbergCement (Other OTC: HDELY - actualité) a économisé sur neuf mois 241 millions d'euros contre un objectif annuel de 200 millions.