La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 653,39
    -380,16 (-1,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Hausse des prix de l’énergie et télétravail : à quand la participation des employeurs ?

fizkes/Adobe Stock

Près d’un salarié français sur deux souhaiterait télétravailler plus souvent pour éviter les frais de carburant liés aux trajets, selon une étude réalisée en avril dernier par Citrix, fournisseur américain de solutions de travail collaboratif. On les imagine encore plus nombreux depuis le printemps dernier, alors que les hausses des prix à la pompe s’enchaînent !

Mais si les prix des carburants s’envolent, on sait aujourd’hui qu’il en ira de même des futures factures de gaz et d’électricité. Le télétravail, alors, sera-t-il toujours aussi attractif ? Oui : seuls 16% des sondés prévoyaient, à l’époque, de moins télétravailler même si leur facture de chauffage s’alourdissait. Symbole du pouvoir d’achat, c’est le carburant qui cristallise les inquiétudes. Cependant, “84% des salariés français aimeraient que leur entreprise les dédommage pour les frais de carburant et/ou d’énergie lorsqu’ils télétravaillent, sous forme d’une augmentation de salaire ou d’une indemnité”, précise Sophie Troistorff.

Et le phénomène est international : 65% des salariés britanniques, 68% des Australiens et 74% des Américains partagent les attentes des Français pour une prise en charge partielle de ces coûts de leur employeur. Pourquoi une telle unanimité ? “Quelques grandes entreprises ont entamé des programmes de rationalisation immobilière avec des réductions de surfaces de bureaux allant de 20 à 30%”, avance Sophie Troistorff. “Une répartition de ces économies” semble attendue par de nombreux collaborateurs. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ridy, l’idée géniale qui facilite la vie des cyclistes
L'indemnisation des pompiers volontaires va être revue à la hausse
Recrutement : la proposition choc d’une association pour booster l’embauche de chômeurs de longue durée
Fonction publique : les collectivités recrutent mais peinent à trouver des candidats
Salon CPF en ligne : rencontrez gratuitement 18 organismes et grandes écoles