La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 913,10
    -119,70 (-0,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Hôpital public : les pistes du Comité d'éthique pour repenser le système de soins

sudok1/Adobe Stock

Dans un avis publié lundi 7 novembre, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a appelé à replacer la personne au centre du système de santé.

Face à la "crise sans précédent" du système de santé, notamment à l'hôpital public, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) appelle à repenser le système de soins "sur un fondement éthique" qui "placerait la personne au cœur de ses préoccupations", dans un avis publié lundi 7 novembre. Le CCNE a remis cet avis la semaine dernière au ministre de la Santé François Braun, un mois après le lancement du volet santé du Conseil national de la refondation (CNR).

Focalisé sur la situation tendue de l'hôpital public, "symptôme le plus saillant de la crise", et constatant les "faiblesses" révélées par la pandémie de Covid-19, le texte dénonce un décalage entre les pratiques des soignants "perçues comme déshumanisées" et les "valeurs éthiques", qui s'explique notamment par une approche de la santé focalisée sur "le traitement plutôt que sur le soin". "La parole du malade est insuffisamment prise en compte, tout comme les temps d'échange entre les soignants. Ce n'est pas valorisé parce que c'est du temps humain qui ne fait pas l'objet d'une tarification", a exposé à l'AFP Régis Aubry, rapporteur de l'avis et médecin chef en soins palliatifs au CHU de Besançon.

Or, combinée à des "pratiques gestionnaires" et à une "technicisation croissante", cette approche "systémique" a conduit à "une dégradation de la relation de soin dans un système où le temps des soignants croise de moins en moins celui des malades", selon le CCNE. "C'est une des clés pour comprendre la désertion actuelle des soignants, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - François Braun, ministre de la Santé : "L'hôpital est en difficulté"

Autisme : une nouvelle technique bientôt testée chez des bébés pour un diagnostic plus précoce
Climat : la fondation de Bill Gates donne 1,4 milliard de dollars pour aider les petits agriculteurs
Le show de 500 drones pour fêter les 10 ans de Candy Crush fait polémique
Inflation : les supermarchés et industriels ont rogné leurs marges pour contenir les prix de l'alimentaire
Transport en Île-de-France : Valérie Pécresse demande à la RATP un retour à 100% de l'offre d'avant-Covid