Publicité

Etats-Unis: face au Sénat, le patron de la Fed salue les "progrès" face à l'inflation

Le président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, devant le Sénat américain, le 9 juillet 2024 à Washington (Chris Kleponis)
Le président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, devant le Sénat américain, le 9 juillet 2024 à Washington (Chris Kleponis)

L'économie américaine continue d'aller dans la bonne direction face à l'inflation, le président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, ayant salué mardi les "progrès" réalisés ces derniers mois à l'occasion d'une audition devant une commission du Sénat.

Dans ses propos introductifs, M. Powell a souligné que "les récentes données sur l'inflation montrent de nouveaux progrès, modestes", dans la bonne direction.

"De nouvelles données positives viendraient renforcer notre confiance dans le fait que l'inflation se dirige résolument vers les 2%", a ajouté Jerome Powell, rappelant l'objectif d'inflation à long terme prévu par le mandat de la banque centrale américaine.

PUBLICITÉ

Des remarques qui ont "renforcé notre confiance dans le fait que la Fed va abaisser ses taux en septembre. Mais le chemin à suivre est plus incertain que d'habitude du fait de l'élection présidentielle", ont estimé dans une note les analystes d'Oxford Economics.

"Nous pensons toujours qu'un relâchement (des taux, NDLR) en juillet aurait été optimal mais nous sommes inquiets que les décideurs avec des vues plus +incisives+ se positionnent contre une baisse en septembre", a de son côté estimé Gregory Daco, chef économiste pour EY, également dans une note.

L'inflation avait connu un pic dans la foulée de la réouverture de l'économie mondiale, après la pandémie de Covid-19, atteignant même 9,5% en rythme annuel en juin 2022.

Dans la foulée, la Fed avait remonté résolument ses taux, jusqu'à les amener à une fourchette comprise entre 5,25% et 5,50%, leur niveau le plus haut depuis le début du siècle.

L'inflation a depuis connu un fort ralentissement, retombant autour de 2,6% en moyenne ces derniers mois, mais après une baisse rapide durant la seconde moitié de 2023, elle a eu tendance à se stabiliser entre 2,5% et 3% depuis le début de l'année.

Alors que les marchés avaient anticipé une première baisse des taux durant le deuxième trimestre, espérant même que la Fed puisse en réaliser trois dès cette année, l'institution financière a préféré jouer la prudence, expliquant, par la voix de son président comme des différents membres de son conseil, qu'elle attendait plus de preuves que l'inflation retournait bien vers les 2%.

"Les données économiques durant le premier trimestre de cette année ne nous avaient pas permis d'agir avec confiance", a rappelé devant les sénateurs le président de la Fed.

Mais c'est désormais la deuxième fois que Jerome Powell exprime sa confiance dans l'évolution de l'inflation ces derniers mois, après des commentaires similaires à l'occasion d'un forum des banquiers centraux à Sintra (Portugal) le 2 juillet.

Des commentaires qui renforcent la confiance des marchés sur la probabilité d'une première baisse des taux lors des prochaines réunions: plus de 75% des analystes l'anticipent pour la réunion de mi-septembre, selon l'outil de veille de CME FedWatch.

Cela ferait intervenir la première baisse à l'occasion de la dernière réunion de la Fed prévue avant la tenue de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, qui se déroulera le 5 novembre.

els/pta