La bourse ferme dans 4 h 38 min
  • CAC 40

    4 786,65
    -29,47 (-0,61 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 100,18
    -5,07 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    27 685,38
    -650,19 (-2,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,1827
    +0,0014 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    1 904,20
    -1,50 (-0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    11 326,73
    +225,43 (+2,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    266,34
    +2,93 (+1,11 %)
     
  • Pétrole WTI

    38,94
    +0,38 (+0,99 %)
     
  • DAX

    12 167,64
    -9,54 (-0,08 %)
     
  • FTSE 100

    5 803,47
    +11,46 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 358,94
    -189,34 (-1,64 %)
     
  • S&P 500

    3 400,97
    -64,42 (-1,86 %)
     
  • Nikkei 225

    23 485,80
    -8,54 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    24 787,19
    -131,59 (-0,53 %)
     
  • GBP/USD

    1,3045
    +0,0024 (+0,18 %)
     

Des employés de Google affirment que leur contrat les empêche de signaler des conditions de travail dangereuses

·2 min de lecture

"Les règles de confidentialité de Google empêchent les employés de divulguer les violations de la loi fédérale et d'État, que ce soit au sein de Google, à leurs directeurs, ou en dehors de Google, à des avocats privés ou des fonctionnaires", ont-ils allégué, selon le tribunal, y compris "la divulgation d'informations sur des conditions de travail dangereuses ou discriminatoires, ou sur des violations concernant les salaires et horaires". "Il leur est même interdit d'écrire un roman sur le travail dans la Silicon Valley ou de rassurer leurs parents en leur disant qu'ils gagnent assez d'argent pour payer leurs factures, des questions qui ne sont pas liées à un besoin légitime de confidentialité", a déclaré le tribunal à propos des travailleurs.

Les contrats auraient également interdit aux employés de parler des "compétences, des connaissances et de l'expérience qu'ils ont acquises chez Google". En pratique, cela signifiait qu'ils ne pouvaient pas discuter de ces compétences ou de leur salaire chez Google lorsqu'ils négociaient une offre d'emploi avec un concurrent, ni même recommander des collègues qui pourraient être ouverts à une offre d'emploi, selon le document.

Google a fait l'objet d'une surveillance croissante quant à son traitement des travailleurs temporaires, des vendeurs et des travailleurs sous contrat — ou CTV, comme Google les appelle — qui n'ont pas les mêmes salaires, avantages et protections du droit du travail que les employés à plein temps de Google.

Ces préoccupations, soulevées à la fois par les CTV et les travailleurs à temps plein, qui sont de plus en plus solidaires avec eux, vont de l'inégalité des salaires à un traitement de seconde classe au travail, en passant par l'absence de protection adéquate pendant la pandémie et même dans le cas de fusillade.

Version originale : Tyler Sonnemaker/Business Insider

A lire aussi — Google va corriger la faille qui permet à Netflix ou Spotify d'éviter sa taxe de 30% sur les apps

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La justice de l'UE s'oppose à une collecte systématique des données par les opérateurs télécoms
L’iPhone 12 n’est pas encore disponible mais les rumeurs sur l’iPhone 13 courent déjà
Le documentaire Netflix 'Derrière nos écrans de fumée' n'a pas plu à Facebook qui contre-attaque
Prix Nobel : seulement 1 personne sur 5 atteinte de l'hépatite C sait qu'elle a cette maladie
Des milliers de cas de Covid-19 non signalés au Royaume-Uni car un fichier Excel aurait atteint sa limite de données