La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    30 938,81
    -314,32 (-1,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0555
    -0,0032 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    1 841,60
    +0,40 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    27 508,51
    -1 184,64 (-4,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    646,31
    -27,06 (-4,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    112,70
    +0,49 (+0,44 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 185,16
    -203,33 (-1,79 %)
     
  • S&P 500

    3 853,28
    -47,51 (-1,22 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2477
    +0,0002 (+0,01 %)
     

Embargo sur le pétrole russe au sein de l'UE : les discussions difficiles continuent

Les ambassadeurs des Vingt-Sept à Bruxelles se sont réunis dimanche 8 mai sans parvenir encore à s'accorder sur la mise en oeuvre du sixième paquet de sanctions contre Moscou présenté mercredi 5 mai par la Commission européenne. Ce projet prévoit un embargo sur le pétrole russe d'ici à la fin de l'année dont la réalisation soulève des problèmes importants pour certains pays membres. "Des contacts à tous les niveaux se poursuivront en début de semaine dans l'objectif d'aboutir le plus rapidement possible à un accord complet sur ce sixième paquet", a déclaré un diplomate européen. Le Conseil européen "est uni sur la nécessité d'adopter" ces mesures. "Des progrès très importants ont été réalisés sur la plus grande partie" d'entre elles, a-t-il affirmé.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, dont le pays dépend fortement de la Russie pour son approvisionnement énergétique, avait durci le ton vendredi matin, estimant que la proposition de Bruxelles portait "atteinte" à l'unité de l'Union européenne. L'unanimité des Vingt-Sept est requise pour l'adoption des sanctions. "Il n'y a pas de blocage politique, mais la nécessité de garantir des sources alternatives d'approvisionnement aux pays enclavés dépendant du pétrole russe par oléoduc. Et ce n'est pas chose facile", a assuré le diplomate interrogé par l'AFP.

"Il s'agit de nouvelles infrastructures et de changements de technologies, qui supposent non seulement des financements européens, mais aussi des accords entre plusieurs Etats (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Législatives : François Hollande fait durer le suspens sur son avenir
Les trésors de Bernard Tapie mis en vente aux enchères, les négociations de l'UE relatives à l'embargo sur le pétrole russe qui continuent... Le flash éco du jour
Guerre en Ukraine : le G7 s'engage à ne plus acheter de pétrole russe
Le couple touchait des allocations familiales et menait un train de vie dispendieux
Gironde : une voiture de sport à plus de 200.000 euros saisie sur un rodéo à Mérignac

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles