Marchés français ouverture 2 h 26 min
  • Dow Jones

    34 168,09
    -129,61 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 542,12
    +2,82 (+0,02 %)
     
  • Nikkei 225

    26 079,59
    -931,74 (-3,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,1223
    -0,0021 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    23 638,89
    -651,01 (-2,68 %)
     
  • BTC-EUR

    32 108,38
    -1 728,03 (-5,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    820,96
    -34,86 (-4,07 %)
     
  • S&P 500

    4 349,93
    -6,52 (-0,15 %)
     

Electricité : flambée de 40% des tarifs réglementés d'EDF évitée au 1er février

·1 min de lecture
Des factures qui s'accumulent
Des factures qui s'accumulent

Depuis l'automne 2021 et une annonce de Jean Castex, la hausse des tarifs réglementés de l'électricité prévue en février est limitée à 4%, grâce une baisse de la fiscalité qui représente un coût de 8 milliards d'euros pour l'Etat. On évoquait alors un bond des prix envisagé autour de 20% si la formule de calcul était respectée. Mais la situation sur le marché de l'électricité se dégrade. Si bien que la hausse théorique est aujourd'hui plutôt comprise entre 38 et 40% sans intervention gouvernementale.

L'executif est-il en mesure de tenir sa promesse de hausse de 4% à quelques mois de la présidentielle ? Dans un document confidentiel de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) dévoilé par Le Parisien, il semble évident que la seule baisse des taxes (La TICFE, taxe intérieure sur la consommation finale d'électricité) ne sera pas suffisante car elle ne couvre que la moitié de la hausse des prix.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Immobilier : toutes les aides possibles pour rénover votre logement en 2022
- Crédit d'impôt emploi à domicile : comment diviser la note par deux sans attendre
- Hello Business : 6 mois à moitié prix pour tester l'offre des indépendants

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles