Marchés français ouverture 4 h 28 min
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • Nikkei 225

    28 281,04
    +312,05 (+1,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0433
    +0,0025 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    18 804,50
    +207,27 (+1,11 %)
     
  • BTC-EUR

    16 451,16
    +88,39 (+0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    406,72
    +6,02 (+1,50 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     

Cyberscore : le gouvernement affichera des notes de sécurité sur les sites web en 2023

En visite au campus cyber, « le vaisseau amiral français de la cyber » comme l’appelle le ministre délégué au numérique, Jean-Noël Barrot a dévoilé le plan de route pour la sécurité informatique des citoyens durant ce quinquennat. Au programme, un cyberscore à l’image du Nutri-score et un filtre anti-arnaque pour alerter les internautes.

La situation est urgente et le gouvernement se devait de réagir. Jean-Noël Barrot, le ministre délégué au numérique, a dévoilé le 27 octobre un plan cyber avec en priorité une navigation plus sécurisée pour les citoyens. Chaque jour, 500 nouvelles demande d’assistances sont déclarées sur la plateforme cybermalveillance.gouv.fr, le site dédié à l’aide aux victimes

Trois outils seront mis en place par le gouvernement pour stopper cette vague de piratage qui n’épargne aucun pays. Un filtre anti-arnaque – une promesse de campagne d’Emmanuel Macron – devrait être déployé dans une version bêta pour l’été 2023. Les sites douteux seront signalés à l’internaute lorsqu’il naviguera dessus depuis le moteur de recherche. Peu d’informations sur la manière dont les particuliers seront alertés : on sait uniquement qu’une « task force » travaille sur les modalités techniques. « L’objectif est d’abord d’attaquer les faux sites de ventes en ligne et les arnaques de placements financiers » indique le ministre. La version définitive ne devrait le jour qu’en 2024.

Côté administration, le gouvernement annonce que tous les organismes publics pourront faire appel à une nouvelle entité nommé « Mon service sécurisé » pour identifier les failles actuelles sur leur site,

[Lire la suite]