La bourse ferme dans 26 min
  • CAC 40

    6 220,52
    +55,41 (+0,90 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 980,39
    +39,93 (+1,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 039,58
    +218,28 (+0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,2037
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    1 791,50
    +13,10 (+0,74 %)
     
  • BTC-EUR

    46 799,71
    -376,35 (-0,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 296,10
    +33,14 (+2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,27
    -0,40 (-0,64 %)
     
  • DAX

    15 196,91
    +67,40 (+0,45 %)
     
  • FTSE 100

    6 909,51
    +49,64 (+0,72 %)
     
  • Nasdaq

    13 827,58
    +41,32 (+0,30 %)
     
  • S&P 500

    4 153,57
    +18,63 (+0,45 %)
     
  • Nikkei 225

    28 508,55
    -591,83 (-2,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 621,92
    -513,81 (-1,76 %)
     
  • GBP/USD

    1,3932
    -0,0004 (-0,03 %)
     

Crédit immo : allez-vous devoir vous assurer contre le chômage pour emprunter ?

Marie-Eve FRÉNAY
·1 min de lecture
un emprunteur et un courtier immobilier tombent d'accord pour le prêt
un emprunteur et un courtier immobilier tombent d'accord pour le prêt

Prendre une assurance emprunteur n’est pas une obligation légale. Pourtant, elle est systématiquement imposée par les banques comme condition à l’obtention d’un prêt immobilier, en principe dans une version comprenant une couverture contre le décès, l’invalidité et l’incapacité temporaire d’exercer son activité professionnelle. Or, alors que près d’un Français sur dix est au chômage et que la crise du coronavirus pourrait provoquer des faillites d’entreprises, il semblerait que certaines banques demandent aux emprunteurs de souscrire à une nouvelle garantie, liée à la perte d’emploi. C’est en tout cas ce qu’a remarqué le courtier spécialisé en assurance emprunteur Magnolia.fr, qui s’en était déjà ému la semaine dernière dans Le Parisien.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Ticket resto : pourquoi votre commerçant ne prend pas (toujours) la carte
- Electricité : la CLCV réclame la fin de la concurrence pour 2025
- Arnaques à l'épargne : 45 000 euros de perte quand les escrocs jouent les caméléons