Publicité
La bourse ferme dans 41 min
  • CAC 40

    7 930,72
    +3,29 (+0,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 891,21
    +13,44 (+0,28 %)
     
  • Dow Jones

    39 021,48
    +25,09 (+0,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,0842
    +0,0035 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    2 072,80
    +18,10 (+0,88 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 800,78
    -1 346,59 (-2,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,37
    +2,11 (+2,70 %)
     
  • DAX

    17 747,38
    +69,19 (+0,39 %)
     
  • FTSE 100

    7 680,91
    +50,89 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    16 156,53
    +64,60 (+0,40 %)
     
  • S&P 500

    5 111,16
    +14,89 (+0,29 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2652
    +0,0025 (+0,20 %)
     

Covid-19 : pourquoi l’épidémie va encore frapper régulièrement en 2024

Illustration Capital / Freepik

On connaît la musique. Dans son dernier bulletin épidémiologique, Santé publique France répète que tous les indicateurs de suivi du Covid-19 sont en baisse. Le nombre de personnes testées positives, comme les passages aux urgences et les hospitalisations, reculent. Bonne nouvelle, donc. Reste que, encore une fois, le virus a gâché les fêtes de Noël et du nouvel an d’un certain nombre de Français. Quatre ans après l’apparition du Sars-CoV-2, l’année 2024 sera-t-elle aussi marquée par trois ou quatre vagues épidémiques ?

Une chose est sûre, c’est qu’on est loin du scénario prédit par les responsables politiques à l’arrivée d’Omicron. «Rappelez-vous, début 2022, Olivier Véran disait que c’était le dernier variant du Covid-19», souffle Mircea Sofonea, épidémiologiste à l’Université de Montpellier. A l’époque ministre de la Santé, celui qui vient d’être remercié par Emmanuel Macron et Gabriel Attal espérait en effet, au micro de France Inter le 3 janvier 2022, que la cinquième vague épidémique provoquée à la fois par les variants Delta et Omicron soit «peut-être la dernière». L’ancien porte-parole du gouvernement n’avait sans doute pas vu venir les multiples sous-lignages d’Omicron qui allaient - moins violemment, certes - secouer le pays.

Il y a d’abord des sous-variants, à l’instar de BA.1 et BA.2 puis BA.4 et BA.5. Mais surtout de nombreux sous-lignages. Comme XBB.1.5 qui a provoqué une énième vague au printemps 2023. Et cette souche ne sort pas du chapeau : il s’agit d’un descendant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le coût exorbitant de la prothèse en titane que s'est fait poser Kanye West
Taux de natalité en France : définition et nombre de naissances en 2023
Coronavirus : ces expériences menées en Chine inquiètent la communauté scientifique
Recensement : obligations et démarches 2024
Paris 2024 : pourquoi Île-de-France Mobilités menace de censurer Google Maps