La bourse ferme dans 3 h 35 min
  • CAC 40

    5 940,00
    +3,58 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 424,56
    -8,89 (-0,26 %)
     
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • EUR/USD

    0,9795
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • Gold future

    1 715,40
    -5,40 (-0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    20 420,42
    -366,75 (-1,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    454,79
    -8,34 (-1,80 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,48
    +1,03 (+1,16 %)
     
  • DAX

    12 454,93
    -15,85 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 005,21
    +7,94 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 116,11
    -195,19 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    17 740,05
    -272,10 (-1,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,1196
    +0,0027 (+0,24 %)
     

Contrôle parental anti-porno dans les smartphones et PC : et maintenant ?

Enfant tablette
Enfant tablette

Un décret publié au Journal officiel permet à la loi sur le contrôle parental anti-porno d’entrer en vigueur. Mais il y a encore d’autres étapes à franchir pour qu’elle puisse produire tous ses effets.

C’est une nouvelle étape dans la mise en place d’une stratégie pour tenir à distance les mineurs de la pornographie sur Internet. Au Journal officiel du 4 septembre, le gouvernement a fait publier un décret qui rend opérationnelle une loi destinée à « renforcer le contrôle parental sur les moyens d’accès à Internet ». Le texte était en attente depuis le 2 mars 2022.

Pour autant, cette nouvelle loi n’a pas encore la possibilité de produire tous ses effets. Il lui manque encore certains textes d’application, que le Conseil d’État doit valider, pour organiser les conditions dans lesquelles ce contrôle parental se fera. Au Parisien, le gouvernement a confirmé qu’un décret est sur les rails et qu’il sera publié dans les prochains jours.

Proposer un contrôle parental partout, mais inactif par défaut

L’idée de ce contrôle parental renforcé contre la pornographie remonte à fin 2021, avec le dépôt d’une proposition de loi par le député Bruno Struder, membre du groupe politique Renaissance (La République en marche). Mais les contours du texte ont évolué depuis, de sorte d’inclure aussi un suivi du temps passé devant l’écran, pour modérer l’usage des réseaux sociaux.

Pour Jean-Noël Barrot,

[Lire la suite]