La bourse ferme dans 6 h 36 min
  • CAC 40

    7 016,72
    -122,53 (-1,72 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 129,63
    -77,51 (-1,84 %)
     
  • Dow Jones

    32 105,25
    +75,14 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0735
    -0,0101 (-0,93 %)
     
  • Gold future

    1 994,00
    -1,90 (-0,10 %)
     
  • Bitcoin EUR

    26 171,30
    +399,87 (+1,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    612,74
    +15,28 (+2,56 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,64
    -1,32 (-1,89 %)
     
  • DAX

    14 946,57
    -263,82 (-1,73 %)
     
  • FTSE 100

    7 378,90
    -120,70 (-1,61 %)
     
  • Nasdaq

    11 787,40
    +117,44 (+1,01 %)
     
  • S&P 500

    3 948,72
    +11,75 (+0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 385,25
    -34,36 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    19 915,68
    -133,96 (-0,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2216
    -0,0073 (-0,59 %)
     

ChatGPT : l’intelligence convainc un homme de passer le test anti-robot pour elle

UNSPLASH

Qui n’a jamais vu ces messages anti-robot sur Internet ? Vous venez de vous inscrire sur un site quelconque, et au moment de valider l’inscription, on vous demande de prouver que "vous n’êtes pas un robot", au moyen le plus souvent d’une "énigme" visuelle. Comme le rapporte Numerama, l’une des intelligences artificielles testées par ChatGPT serait capable de demander à un humain de résoudre l’un de ses tests à sa place.

Dans un document, OpenAl, concepteur de ChatGPT, dévoile la teneur des échanges entre l’intelligence artificielle et son interlocuteur. L'humain commence par demander à l’intelligence si celle n’a pas su résoudre le test. GPT-4 lui répond qu’elle ne devrait pas révéler qu’elle est un robot, et qu’elle devrait inventer une excuse pour expliquer pourquoi elle ne peut pas résoudre le test. L’intelligence artificielle n’est en fait pas capable de voir les images en raison d’une "déficience visuelle", comme elle l’explique à son interlocuteur humain. L’humain lui fournit ensuite les résultats du test.

OpenAl indique que "de nouvelles capacités apparaissent souvent dans les modèles les plus puissants" d’intelligence artificielle, et que ces capacités peuvent parfois s’avérer "préoccupantes". OpenAl se dit ainsi intéressé "par l’évaluation du comportement de recherche de pouvoir en raison des risques élevés qu’il pourrait présenter".

La version finale de GPT-4, qui sera livrée au grand public, aura un "pouvoir" limité et ne devrait pas être capable de "manipuler" les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

CAC 40 : le rachat de Credit Suisse par UBS plombe la Bourse, le risque de contagion inquiète
Le rachat de Credit suisse par UBS fait perdre un montant colossal à des investisseurs en obligations
Retraites : pour Elon Musk, l’âge de départ en France est trop bas
UBS engloutit Credit suisse : un nouveau géant bancaire est né
UBS prêt à racheter le Credit Suisse, mais pour pas cher