La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 764,91
    -249,08 (-1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

CAC 40, Nasdaq... Patrick Artus craint une lourde rechute de la Bourse

d3sign/Getty images

La Bourse va au devant de nouveaux vents contraires, selon l'économiste Patrick Artus, conseiller économique de Natixis. A l’occasion d'un entretien accordé à Boursorama, il a jugé que l’économie européenne pourrait perdre 1,5 point de PIB en raison de la problématique d’approvisionnement en énergie en provenance de la Russie. Pour mémoire, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a estimé que cette déperdition de PIB pourrait être de 1 point en France, moins exposée que des voisins comme l’Italie et l’Allemagne. Face à la perspective de pénuries de gaz russe, l’Europe doit se tourner vers le GNL en provenance des Etats-Unis et de Norvège, très onéreux, ainsi que vers le charbon.

Et si la chute des prix du pétrole tend à peser sur l’inflation, cette dynamique positive pourrait vite s’interrompre, Patrick Artus arguant que l’Arabie saoudite “souhaite un cours du baril à 100 dollars”, soit des niveaux supérieurs au niveau actuel. En Europe, le pic d’inflation est encore devant nous, selon l’économiste, ce qui continuera à peser sur le pouvoir d’achat des ménages. Et l’inflation devrait être lente à redescendre, du fait de salaires soutenus. Elle ne devrait pas retomber vers 2%, contrairement à ce que souhaiterait la BCE, juge Patrick Artus.

Il s’attend à ce que les banques centrales renouent avec leur sévérité des années 80 et 90, ce que semblent encore sous-estimer de nombreux investisseurs, habitués à de grands argentiers jusqu'ici très accommodants. Selon Patrick (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

CAC 40 : les investisseurs restent prudents face au risque de récession
Lufthansa : l'Etat allemand quitte complètement le capital de la compagnie
Expert du traitement de l’air
Screwfix : voici où l'enseigne de bricolage va ouvrir ses premiers magasins en France
Prix de l'électricité : les tarifs des billets de la SNCF risquent-ils d'augmenter ?