Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0748
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 343,25
    +437,20 (+0,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 381,54
    +43,79 (+3,27 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

CAC 40 : la Bourse de Paris à l'arrêt en attendant la Fed

Wikimedia Commons

Le CAC 40 fait preuve d'attentisme. La Banque centrale américaine devrait maintenir ses taux, jugent la plupart des économistes, mais ce scénario n'est pas encore acquis. En attendant la décision de politique de la Fed qui sera annoncée ce soir, la Bourse de Paris devrait connaître une séance morne mercredi 20 septembre. Le CAC 40 a ouvert proche de l'équilibre ce matin. La réunion de la banque centrale américaine est dans l'esprit de tous les investisseurs. Elle a débuté mardi et se poursuivra mercredi avant l'annonce de la décision des membres du comité de politique monétaire à 20h (18h GMT) et un discours du président de l'institution monétaire dans la foulée.

Inflation en baisse, pénurie de main d'œuvre qui commence à se résorber, consommation qui mollit : les ingrédients sont réunis pour que la Banque centrale américaine maintienne ses taux dans la fourchette actuelle, de 5,25 à 5,50%. "Si la pause dans la hausse des taux est actée, c’est bien évidemment les commentaires du président Powell qu’il faudra analyser de très près", prévient John Plassard, spécialiste en investissement de Mirabaud. "Le message de la Fed sera que des taux directeurs plus élevés resteront sur la table jusqu'à ce que l'économie ralentisse visiblement et que l'inflation se rapproche de 2%", commente ainsi dans une note Steve Englander, responsable de la macro-économie américaine pour Standard Chartered et ancien économiste à la Fed.

>> Achetez et vendez vos placements (Bourse, cryptomonnaies…) au bon (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite