La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 395,01
    -194,76 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    28 226,08
    +257,09 (+0,92 %)
     
  • EUR/USD

    1,0526
    +0,0118 (+1,14 %)
     
  • HANG SENG

    18 736,44
    +139,21 (+0,75 %)
     
  • BTC-EUR

    16 052,20
    -267,80 (-1,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    400,68
    -5,48 (-1,35 %)
     
  • S&P 500

    4 076,57
    -3,54 (-0,09 %)
     

Budget 2023 : le Sénat vote le volet recettes avec des modifications "au bénéfice des collectivités"

Flickr

Le Sénat à majorité de droite a adopté ce jeudi 24 novembre en première lecture le volet "recettes" du projet de budget pour 2023. Le vote a été acquis par 216 voix contre 91. La gauche a voté contre. Les sénateurs se sont immédiatement attaqués à la partie "dépenses" du projet de loi de finances et voteront le 6 décembre sur l'ensemble du texte. Le cap fixé par le gouvernement pour ce premier budget du second quinquennat d'Emmanuel Macron est de contenir le déficit public à 5% du PIB, malgré des mesures comme le "bouclier tarifaire" de 45 milliards d'euros, pour limiter à 15% les hausses des prix réglementés du gaz et de l'électricité, une augmentation des enseignants ou la création de plus de 10.000 postes de fonctionnaires, dont 3.000 policiers et gendarmes. La priorité du gouvernement "est de protéger les ménages et de protéger les entreprises contre les conséquences de l'inflation", selon le ministre Bruno Le Maire.

Le FMI a appelé lundi la France à commencer dès l'an prochain à assainir ses finances, dans l'objectif de ramener le déficit à 0,4% du PIB d'ici à 2030. "Très bonne nouvelle" pour le gouvernement, le FMI table toujours sur une croissance de 0,7% l'an prochain en France. Le niveau de la dette publique est néanmoins un sérieux motif d'inquiétude (environ 113% fin juin 2022) pour la droite. Le texte examiné dans l'hémicycle du Sénat depuis une semaine présente la particularité d'avoir été frappé de l'article 49.3 de la Constitution à l'Assemblée nationale. Et le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Crise de l’énergie : les opérateurs télécoms veulent ralentir le déploiement de la 5G dans les zones rurales
Inflation : la moitié des Français redoutent l’arrivée de Noël
"Le Royaume-Uni, de crise en crise"
Les 100 Français les plus riches en 2022, le chèque énergie a été validé… Le flash éco du jour
Tension sur le réseau d'électricité : l'hiver le plus à risque sera "probablement" celui de 2023-2024, selon Emmanuelle Wargon