Publicité
Marchés français ouverture 40 min
  • Dow Jones

    40 358,09
    -57,35 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    17 997,35
    -10,22 (-0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0854
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    17 327,78
    -141,58 (-0,81 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 787,03
    -719,79 (-1,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 358,04
    -7,85 (-0,57 %)
     
  • S&P 500

    5 555,74
    -8,67 (-0,16 %)
     

La Bourse de Paris ravie du ralentissement de l'inflation américaine

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a gagné 0,71% jeudi, oubliant un peu les incertitudes politiques françaises pour se réjouir de l'inflation plus faible qu'attendu en juin aux États-Unis, de bon augure pour la Banque centrale américaine.

L'indice vedette CAC 40 a gagné 53,58 points pour finir à 7.627,13 points. Sur les quatre premières séances de la semaine, il perd 0,63%, mais reste sur deux nettes hausses consécutives.

Principal événement économique de la semaine, l'inflation américaine en juin a donné lieu à "un très bon chiffre", résume Amélie Derambure, gérante de portefeuille diversifié au sein d'Amundi.

PUBLICITÉ

Sur un an, l'indice CPI est retombé à 3% en juin, contre 3,3% en mai et sur un mois, les prix ont même marqué un recul de 0,1%, surprenant les analystes.

La voie vers une première baisse des taux de la Banque centrale américaine semble engagée, alors que le président de l'institution Jerome Powell a répété au début de la semaine que "de nouvelles données positives viendraient renforcer [la] confiance dans le fait que l'inflation se dirige résolument vers les 2%".

L'inflation a été accompagnée d'un autre chiffre "de bonne facture", avec un moindre nombre qu'attendu de nouvelles demandes d'allocations chômage, souligne Mme Derambure.

Le scénario "d'atterrissage en douceur", qui désigne le retour de l'inflation vers la cible de 2% sans tomber dans la récession économique, reste donc "crédible", estime-t-elle.

Les anticipations des investisseurs d'une première baisse de taux en septembre sont ainsi renforcées et les probabilités accordées à ce scénario pour la réunion de juillet ont aussi augmenté, bien que restant très minoritaires, selon l'indice du CME FedWatch.

Cela était perceptible sur le marché obligataire: le taux d'intérêt de l'emprunt français à 10 ans a reculé pour s'établir vers 3,12%, contre 3,18% la veille, un mouvement similaire à son équivalent allemand, la référence en Europe.

L'euro s'appréciait aussi face au dollar, de 0,34% à 1,0867 dollar pour un euro vers 18H00, son plus haut niveau depuis plus d'un mois.

Côté valeurs, le géant des médias Vivendi a bondi de 5,52% à 10,89 euros. Déjà en nette hausse en début de séance, l'action a continué d'avancer après que l'agence de presse Bloomberg a publié un article disant que l'entreprise envisageait de coter Canal+ en Bourse d'ici la fin de l'année.

En difficulté depuis le début de la semaine, notamment avec les craintes liées à la configuration politique en France, les entreprises du luxe ont retrouvé des couleurs, favorisée par les baisses de taux. Kering a pris 1,97% à 331,35 euros, LVMH 1,78% à 710,00 euros et Hermès 1,49% à 2.117,00 euros.

Euronext CAC40

fs/asl/LyS