La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 260,81
    -329,60 (-1,11 %)
     
  • Nasdaq

    10 802,92
    -65,00 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9609
    -0,0079 (-0,82 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    19 942,98
    +117,32 (+0,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    439,74
    +6,64 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    3 655,04
    -38,19 (-1,03 %)
     

BNP Paribas, Banque Postale, LCL, Société Générale... Les banques qui vont geler leurs tarifs bancaires en 2023

Neige euro pièce
Neige euro pièce

« Toutes les banques ont pris l'engagement de ne pas augmenter leurs tarifs bancaires de plus de 2% sur l'année 2023 », a lancé mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, après s'être entretenu avec les dirigeants des groupes BPCE, Société Générale, Crédit Mutuel, BNP Paribas, Crédit Agricole et La Banque Postale. « Il y a eu un bouclier énergétique. Nous mettons donc en place un bouclier sur les frais bancaires, qui n'augmenteront pas de plus de 2% sur l'année 2023. » Voilà pour l'annonce.

Le communiqué de la Fédération bancaire française (FBF) est à l'unission, quoique plus prudent, en ajoutant la mention suivante : « Il appartient à chaque banque du comité exécutif de la FBF de prendre ses décisions, dans le respect du droit de la concurrence. » Bouclier, certes, mais rien n'est véritablement inscrit dans le marbre.

Les banques qui ont annoncé un gel des tarifs 2023

« Le ministre a souhaité que certaines banques françaises gèlent leurs tarifs bancaires sur l'année 2023, pour des tarifs très courants », reconnaît la FBF dans son communiqué diffusé ce mercredi 14 septembre. Lesquelles ? Pour l'heure, quatre banques ont tenu à faire savoir publiquement leur volonté de geler leurs tarifs : le Crédit Coopératif, LCL, La Banque Postale et BNP Paribas.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Retraites complémentaires : quelle hausse pouvez-vous espérer ?
- « C'est du jamais-vu »... Trouver une location à Paris et en Ile-de-France devient très difficile
- Loto, EuroMillions... Plus de 200 millions d'euros n'ont pas été réclamés par les joueurs