La bourse ferme dans 3 h 37 min

Amazon : l’envers du décor de Noël en Ecosse

Warehouse

Des employés de la firme seraient obligés de dormir dans des tentes, à côté des entrepôts, en raison de leur faible salaire.

Les lutins du Père Noël obligés de dormir dans des tentes.  Car au XXIe siècle, le Père Noël s’appelle souvent Amazon,  avec plusieurs millions de commandes expédiées chaque jour de ses entrepôts du monde entier. En Écosse, le géant du e-commerce est au cœur d’une polémique.

Selon The Courier,  l’entreprise américaine est accusée d’exploiter ses employés de Dumferline, au point que certains salariés décident de dormir dans une tente, à côté de l’entrepôt, à cause des salaires trop faibles, et du coût de la navette affrété par l’employeur trop élevé. Trois tentes ont ainsi été repérés par le quotidien.

Amazon devrait “avoir honte”

Pour sa défense, l’entreprise a déclaré, via son porte-parole,  que les salaires versés, 8,7 euros de l’heure, sont compétitifs, et supérieur au 8,5€, soit le salaire minimum du Royaume-Uni.

Une défense qui fait bondir le leader des libéraux-démocrates écossais, Willie Rennie qui pense qu’Amazon devrait “avoir honte de si peu payer ses travailleurs” alors que l’entreprise “paie peu d’impôts et reçoit des aides de la part du gouvernement”. “La moindre des choses serait de donner un salaire décent à ses employés”. Pour lui un salaire décent s’établit à 10€ par heure.

Selon le quotidien The Guardian, la navette coûte en moyenne plus d’une heure de travail aux salariés. Avec des contrats de 60 heures par semaine, les employés préfèrent donc dormir dans des tentes, pour assurer la livraison des cadeaux de Noël en temps et en heure.