La bourse ferme dans 7 h 47 min

60 salariés de Facebook licenciés au hasard par une intelligence artificielle

Thomas Ulrich/Pixabay

Se faire licencier par une intelligence artificielle, c’est l'histoire incroyable qui est arrivée à 60 salariés de Facebook aux Etats-Unis. Comme le rapportait le Daily Mail, le 18 août dernier, un algorithme a décidé que le géant de la tech n’avait plus besoin de 60 contractuels qui travaillaient à la modération de Facebook au sein de son prestataire Accenture, situé à Austin, aux Etats-Unis. Les malheureux salariés ont appris la mauvaise nouvelle par visioconférence.

Quand ces derniers ont demandé à avoir plus de précisions quant aux raisons qui ont poussé Facebook à se séparer d'eux, les responsables des ressources humaines leur ont simplement expliqué qu’ils avaient été sélectionnés "au hasard" par un algorithme. Un programme informatique autonome conçu pour réduire les coûts. Le plan de réduction des effectifs concerne uniquement les équipes d’Accenture travaillant sur Facebook à Austin, dans les locaux texans du réseau social. Ils travaillaient sur la médiation et la monétisation d’audience.

Ce plan de réduction d’effectif a eu lieu un mois et demi après les récentes déclarations de Mark Zuckerberg lors de la dernière présentation des résultats de Meta. Après avoir annoncé des chiffres financiers décevants, le patron du réseau social a expliqué vouloir mettre en place des outils pour optimiser ses équipes et se séparer, plus ou moins vite, des employés "n’ayant plus leur place" dans le groupe.

Ce n'est pas la première fois qu'une intelligence artificielle (IA) est à l'origine (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les chasseurs réclament une aide financière pour changer leur fusil
Respirateurs Philips défectueux : une enquête ouverte pour "mise en danger de la vie d'autrui"
Radar, missiles Harpoon... Voici les armes que Taïwan va acheter aux États-Unis pour se protéger de la Chine
Le déficit commercial de la France se creuse en juillet
Energie : les panneaux solaires photovoltaïques ont battu des records de production d'électricité cet été