La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,20 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    36 941,67
    +332,82 (+0,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,25 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,50 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,84 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

3 solutions pour réconcilier les Français avec leurs banquiers

·1 min de lecture
Poignée de main
Poignée de main

Clarifier la position du conseiller

Nous l’avons vu tout au long de cette série d’articles dans le cadre de notre dossier spécial : une des principales sources de tensions avec les clients vient du flou qui entoure la position du chargé de clientèle. Est-il un simple vendeur intéressé ? Ou un conseiller financier qui a à cœur de défendre vos intérêts ? Un sauveur, qui vient à votre rescousse en cas de problèmes financiers ? Ou un juge, qui vous fait la morale si votre budget dérape ? Tel que fonctionne aujourd’hui la banque de détail en France, il est tout ça à la fois. C’est sans doute trop.

Comment clarifier la position du chargé de clientèle ? En lui donnant plus d’autonomie, propose Aurélien Soustre, membre du Conseil consultatif du secteur financier (CCSF). « Le management continue à mettre la pression sur les vendeurs pour vendre des produits qui rapportent », constate l’ancien cadre bancaire. « Laisser plus d’autonomie au conseiller, sans obligations de résultats, lui permettrait de retrouver le goût de faire son travail et de créer une relation durable et saine avec ses clients ».

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- EXCLUSIF. La banque doit être un service public gratuit selon une large majorité de Français
- « La banque est toujours perçue comme un service public »
- Immobilier à temps partagé : la méfiance s'impose avant de signer

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles