La bourse est fermée

BoE : Mark Carney reste, le temps des négociations sur le Brexit

Theresa May a convaincu Mark Carney de rester… Mais jusqu’en juin 2019 seulement. Le gouverneur canadien de la Banque d’Angleterre était reçu à Downing Street ce lundi.

Celui qui envisageait de partir dès 2018 entend ainsi assumer ses responsabilités le temps de négocier le Brexit.

The debate about whether #Carney should stay has become a test of the #BoE’s independence, writes peter_tl https://t.co/ZrdkCr77Q1— ReutersBreakingviews (Breakingviews) 31 octobre 2016

“Si l’on considère que Mark Carney était perçu comme un des rares adultes de la classe, si vous me passez l’expression, dans le sillage immédiat du vote pour le Brexit en juin, la spéculation sur son avenir ne faisait qu’ajouter une couche d’incertitude sur la Grande-Bretagne de l’après Brexit,“ estime Jeremy Stretch, en charge de la stratégie changes chez CIBC.

The Bank of England’s Mark Carney is under pressure from Brexit supporters as he decides how long to stay in the job https://t.co/hXQFeDmS1I pic.twitter.com/ICERpnGtLL— Wall Street Journal (@WSJ) 31 octobre 2016

Son mandat court jusqu’en 2021, mais les critiques de sa politique monétaire par Theresa May et les partisans d’un Brexit avaient conduit le banquier central à envisager un départ anticipé.

Il devrait commenter sa décision jeudi, après l’annonce de la BoE sur ses taux, attendus inchangés.

“Je pense que la Banque d’Angleterre va conserver ses cartouches cette semaine, mais elle reste aux aguets pour injecter davantage de liquidités, probablement au début du premier trimestre 2017,“ ajoute Jeremy Stretch.

Pour les marchés, Mark Carney est l’homme qui a prévenu un crash boursier au lendemain du référendum du 23 juin en promettant de mettre à disposition toutes les liquidités nécessaires. Il avait baissé les taux de 25 points de base à 0,25% en août dernier pour soutenir l’activité.

Avec AFP, Reuters.