La bourse ferme dans 4 h 45 min
  • CAC 40

    6 207,45
    +23,35 (+0,38 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 974,79
    +7,80 (+0,20 %)
     
  • Dow Jones

    33 677,27
    -68,13 (-0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,1963
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • Gold future

    1 743,30
    -4,30 (-0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    53 709,97
    +980,73 (+1,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 384,47
    +90,48 (+6,99 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,12
    +0,94 (+1,56 %)
     
  • DAX

    15 222,49
    -11,87 (-0,08 %)
     
  • FTSE 100

    6 900,84
    +10,35 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 996,10
    +146,10 (+1,05 %)
     
  • S&P 500

    4 141,59
    +13,60 (+0,33 %)
     
  • Nikkei 225

    29 620,99
    -130,61 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    28 900,83
    +403,58 (+1,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3761
    +0,0009 (+0,06 %)
     

Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison, dont un ferme, pour corruption

Lundi 1er mars, jugé coupable de corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite "des écoutes", Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison, dont un ferme. Pour la présidente du tribunal, l'ancien président a bien tenté de corrompre un haut-magistrat, Gilbert Azibert, avec la complicité de son avocat, Thierry Herzog. Il était question d'un poste à Monaco en échange d'informations confidentielles sur un dossier le concernant. Même condamnation pour Gilbert Azibert et Thierry Herzog "Les faits [...] sont d'une particulière gravité ayant été commis par un ancien président de la République qui a été le garant de l'indépendance de la justice", a asséné Christine Mée, la présidente de la chambre correctionnelle du tribunal de Paris. L'avocate de Nicolas Sarkozy, Me Jacqueline Laffont, a aussitôt fait appel. La condamnation est la même pour le juge Azibert et l'avocat Thierry Herzog, qui ont fait savoir qu'ils feraient également appel du jugement. "Si à l'issue d'un procès en appel, les condamnations devaient être les mêmes [...], Nicolas Sarkozy et ses deux coprévenus pourraient échapper à la case prison, car selon la loi, toute condamnation inférieure ou égale à deux ans de prison ferme est aménageable", précise la journaliste Nathalie Perez.