La bourse ferme dans 5 h 48 min

Publicis Groupe S.A. (PUB.PA)

Paris - Paris Prix différé. Devise en EUR
Ajouter à la liste dynamique
27,05+0,62 (+2,35 %)
À partir de 11:26AM CEST. Marché ouvert.
Plein écran
Chargement du graphique interactif...
  • Publicis Groupe S.A. : Mise à disposition du Rapport Financier Semestriel 2020
    Business Wire

    Publicis Groupe S.A. : Mise à disposition du Rapport Financier Semestriel 2020

    Mise à disposition du Rapport Financier Semestriel 2020

  • Publicis Groupe : Résultats du 1er semestre 2020
    Globe Newswire

    Publicis Groupe : Résultats du 1er semestre 2020

    Résultats du 1er semestre 2020-Des fondamentaux solides pour résister à la crise23 juillet 2020 * Revenu net publié en hausse de +9,7%, EBITDA à +4,3% au S1 * Croissance organique de -8,0% au S1, avec un T2 à -13,0% impacté par les mesures de confinement * Bon début d’année aux États-Unis, entrainant une baisse limitée à -3,3% en organique au S1  * Résultats financiers résilients : taux de marge opérationnelle de 13,0%, BNPA courant dilué de 1,75 euro, free cash-flow de 495 millions d’euros * Poursuite de la dynamique de gains de nouveaux budgets             Résultats S1 2020      §  (millions d’euros) S1 2020 2020 vs 2019 §  Revenu 5 278 +8,4% §  Revenu net 4 774 +9,7% §  Croissance organique   -8,0% §  EBITDA 923 +4,3% §  Marge opérationnelle 622 +1,6% §  Taux de marge opérationnelle 13,0% -110 pdb §  Résultat net courant part du groupe 417 -9,9% §  Bénéfice courant par action dilué (euros) 1,75 -11,6% §  Free Cash Flow 1 495 +0,8%       T2 2020    §  Revenu net 2 293 M€ §  Croissance publiée +2,6% §  Croissance organique -13,0%     Arthur Sadoun, Président du Directoire de Publicis Groupe :« Les résultats que nous publions aujourd’hui témoignent de la solidité des fondamentaux du Groupe Publicis pour résister à la crise. Avec une transformation quasi-finalisée, un bon début d’année aux États-Unis et la poursuite d’une bonne dynamique en new business, nous étions partis pour une bonne année 2020. Comme anticipé, nous avons été affectés par les premières conséquences économiques de la crise du coronavirus au 2nd trimestre. Mais nous avons été en mesure d’en contenir les premiers effets, grâce à notre offre unique qui combine de manière intégrée créativité, média, data et technologie, à l’efficacité de nos services partagés et notre solidité financière.  Notre revenu net a progressé de +9,7 % au 1er semestre avec la contribution d'Epsilon. Notre croissance organique s’établit à -8,0 % au 1er semestre et -13,0 % au 2nd trimestre, une performance bien supérieure à la baisse de 23 % des dépenses publicitaires mondiales estimée par Zenith ou encore celle de 30% indiquée par le WFA pour ce trimestre. La croissance organique aux États-Unis subit une baisse limitée à -3,3 % au 1er semestre, avec un 2nd trimestre à -6,8 %, alors même que les dépenses publicitaires ont baissé de 18 % sur cette période, selon les estimations. Nos activités créatives et media étaient encore positives à fin mai. L'Europe a enregistré pour sa part une baisse de la croissance organique de 23,5 % sur le 2nd trimestre, les confinements ayant eu un impact sur la majeure partie du trimestre. En Asie, la performance a été de -5,7 % sur ce même trimestre, avec une nette amélioration en Chine par rapport au 1er trimestre, même si l’évolution du revenu y reste encore négative et volatile.Grâce à sa capacité d'adaptation rapide, à son modèle-pays et à sa culture de gestion rigoureuse des coûts, le Groupe a fait la preuve de sa résilience financière au 1er semestre, avec un taux de marge opérationnelle de 13 %, malgré la chute du revenu net depuis mars. Dans le même temps, nous avons continué d'enregistrer des gains importants de nouveaux budgets dans tous nos pays, comme Sephora en Amérique du Nord, McDonald’s en Chine ou la Française des Jeux en France, démontrant ainsi notre capacité à gagner de grandes compétitions grâce à notre modèle unique. Il ne fait aucun doute que nous allons tous vivre avec le virus et ses conséquences économiques et sociales pendant encore un certain temps, mais Publicis est bien armé pour surmonter cette crise. Tout d’abord, nous avons les produits et les services dont nos clients ont besoin. Les dernières semaines ont vu une forte hausse de la demande pour toutes les expertises qui ont guidé notre stratégie ces dernières années : first-party data, créativité dynamique, digital-first media et technologie. La crise a clairement accéléré la pertinence de notre offre. Nous sommes positionnés de manière unique pour aider nos clients à reprendre le contrôle de leur relation client, offrir des expériences personnalisées à grande échelle et réduire leurs coûts tout en augmentant leurs ventes.Ensuite, dans un monde où notre structure se doit d’être plus horizontale, plus agile et plus connectée, nous opérons désormais véritablement comme une plateforme. Notre organisation de services partagés a fait la preuve de son efficacité et nous avons finalisé la mise en place de notre modèle pays. Cela nous a permis d’être plus réactifs et de répondre immédiatement à tous les besoins de nos clients de manière intégrée. De plus, avec le déploiement mondial de Marcel, 60 000 de nos talents dans le monde disposent désormais d'un moyen unique de partager leur expertise, d'apprendre, de collaborer et de contribuer aux missions de nos clients.Enfin, nous disposons d'une assise financière très solide et d'une bonne liquidité, qui nous permettront de traverser cette période d'incertitudes. Au cours du second semestre, nous allons consacrer nos efforts à limiter les impacts de la récession sur notre activité et accélérer le déploiement de notre nouvelle offre pour tous nos clients, tout en continuant à adapter notre base de coûts. Je souhaite remercier tous nos clients pour leur confiance ainsi que l’ensemble des équipes de Publicis dans le monde. Nos talents sont notre atout le plus précieux, le moteur essentiel de la réussite de nos clients ainsi que de la nôtre. Ils ont fait la preuve d’un engagement, d’une solidarité, d’un dévouement et d’une résilience exceptionnels malgré les difficultés qu’ils ont rencontrées, professionnellement et personnellement, pendant la période de confinement ».                                                                        *                  *                                                                                *       (1)        Le Conseil de surveillance de Publicis Groupe, réuni le 22 juillet 2020 sous la présidence de Monsieur Maurice Lévy, a examiné les résultats du premier semestre 2020, présentés par Monsieur Arthur Sadoun, Président du Directoire.CHIFFRES CLESEn millions d’euros, à l’exception des données par action et des % S1 2020 S1 2019 2020 vs. 2019 Données extraites du compte de résultat et du tableau de flux de trésorerie       Revenu net 4 774 4 352 +9,7% Revenu des coûts refacturables 504 516 -2,3% Revenu 5 278 4 868 +8,4% EBITDA 923 885 +4,3% En % du revenu net 19,3% 20,3% -100 pdb Marge opérationnelle hors coûts de transaction (1) 622 652 -4,6% En % du revenu net 13,0% 15,0% -200 pdb Marge opérationnelle 622 612 +1,6% En % du revenu net 13,0% 14,1% -110 pdb Résultat opérationnel 254 489 -48,1% Résultat net part du groupe 136 345 -60,6% Bénéfice par action 0,57 1,49 -61,7% Bénéfice courant par action, dilué (2) 1,75 1,98 -11,6% Free cash-flow avant variation du BFR 495 491 +0,8% En millions d’euros, Données extraites du bilan 30 06 2020 31 12 2019   Total de l'actif 29 624 32 659   Capitaux propres, part du Groupe 7 030 7 401   Endettement financier net (trésorerie nette) 3 221 2 713   1. Les coûts de transaction liés à l’acquisition d’Epsilon s’élèvent à 40 millions d’euros en 2019. 2. Résultat net part du Groupe après élimination des pertes de valeur, de l'amortissement des incorporels liés aux acquisitions, des principales plus ou (moins)-values de cession, de la variation de juste valeur des actifs financiers, de la réévaluation des earn-out et des frais d’acquisition Epsilon, divisé par le nombre moyen d’actions sur une base diluée. REVENU NET DU PREMIER SEMESTRE 2020Le revenu net de Publicis Groupe au premier semestre 2020 est de 4 774 millions d’euros, en hausse de 9,7% par rapport aux 4 352 millions d’euros du premier semestre 2019. Les variations de taux de change ont un effet positif de 32 millions d’euros. Les acquisitions (nettes de cessions) ont contribué pour 743 millions d'euros sur le revenu net, la majeure partie étant liée à l'acquisition d'Epsilon.La croissance organique est de -8,0% au premier semestre 2020. Le Groupe a été impacté par la pandémie de Covid-19 à partir du mois de mars, avec une détérioration de la croissance organique au deuxième trimestre à la suite des mesures de confinement mises en place par les gouvernements dans différentes zones géographiques. Avec sa transformation quasiment finalisée, le Groupe a bien débuté son année 2020, grâce à un solide démarrage aux Etats-Unis et à la poursuite de sa dynamique de gains de nouveaux budgets.Répartition du revenu net du 1er semestre 2020 par secteur   Sur la base de 3 285 clients représentant 91% du revenu net total du Groupe Répartition du revenu net semestriel par zone géographiqueMillions Revenu net Croissance Croissance d'euros S1 2020 S1 2019 publiée organique Europe 1 088 1 296 -16,0% -16,5% Amérique du Nord 3 013 2 316 +30,1% -3,6% Asie Pacifique 434 444 -2,3% -3,9% Amérique Latine 104 144 -27,8% -15,7% Moyen Orient & Afrique 135 152 -11,2% -11,8% Total 4 774 4 352 +9,7% -8,0% L'Europe a enregistré un déclin organique de -16,5 % au premier semestre (-16,0 % sur une base publiée). En excluant l'impact de certaines activités françaises qui ont été arrêtées au deuxième trimestre, comme les activités d’affichage dans les transports et le Drugstore, la croissance organique en Europe est de -12,9 %. La performance varie selon les pays, car elle reflète un mix d'activités et des situations économiques locales différents. Elle a également été impactée au deuxième trimestre par les différentes mesures de confinement prises par les gouvernements des principaux pays de la région. Au premier semestre, le Royaume-Uni a enregistré une baisse organique de -14,0 % et la France de -17,1 %2. En Allemagne, la croissance organique a baissé de -5,3 %, souffrant également du confinement mais bénéficiant de gains de nouveaux budgets en 2019.Le revenu net en Amérique du Nord est en hausse de +30,1 % au premier semestre, en incluant la contribution d'Epsilon. Sur une base organique, la zone a enregistré une baisse du revenu net de -3,6 % au premier semestre. La performance a été résiliente, notamment aux Etats-Unis (-3,3 %), où le Groupe a bénéficié d'un très bon démarrage de l’année pour l'ensemble de ses activités.Le revenu net de la région Asie-Pacifique a baissé de -2,3 % en base publiée et de -3,9 % en base organique. La Chine a enregistré une croissance organique de -10,2 %, l'Australie enregistre une baisse de -5,4 % sur une base organique, tandis que l'Inde et Singapour ont connu une croissance organique de respectivement +3,6 % et +1,5 %.Le revenu net en Amérique latine a baissé de -27,8 % en base publiée, avec un important impact négatif du change dans la région, en particulier au Brésil. Sur une base organique, la baisse a été de -15,7 %. Ceci est principalement dû à une baisse organique de -22,8% au Brésil et de -14,4% au Mexique.Le revenu net de la région Moyen-Orient et Afrique a diminué de -11,2 % sur une base publiée, et de -11,8 % sur une base organique.REVENU NET DU DEUXIEME TRIMESTRE Le revenu net de Publicis Groupe pour le 2nd trimestre 2020 est de 2 293 millions d’euros et se compare à        2 234 millions d’euros en 2019, en croissance de 2,6%. Les variations de taux de change ont eu un effet négatif de 1 million d’euros. Les acquisitions (nettes de cessions) ont contribué pour 350 millions d’euros au revenu net du 2nd trimestre 2020, reflétant principalement la contribution d’Epsilon.La croissance organique est de -13,0% au 2nd trimestre 2020. En excluant l'impact de l'arrêt de certaines activités françaises au cours du deuxième trimestre, comme nos activités d’affichage dans les transports et le Drugstore, la croissance organique du Groupe est de -11,0%. La plupart des activités du Groupe ont été impactées négativement au cours du deuxième trimestre, à l'exception de la division Santé qui a enregistré une croissance à deux chiffres. L'Europe a été particulièrement afectée en raison des mesures de confinement qui ont eu lieu pendant la majeure partie du trimestre. Répartition du revenu net du 2nd trimestre par zone géographiqueMillions Revenu net Croissance Croissance d'euros T2 2020 T2 2019 publiée organique Europe 510 663 -23,1% -23,5% Amérique du Nord 1 458 1 177 +23,9% -7,6% Asie Pacifique 215 237 -9,3% -5,7% Amérique Latine 50 78 -35,9% -20,2% Moyen Orient & Afrique 60 79 -24,1% -23,5% Total 2 293 2 234 +2,6% -13,0% ANALYSE DES CHIFFRES CLES DU S1 2020Compte de résultatL’EBITDA s’établit à 923 millions d’euros au premier semestre 2020, contre 885 millions d’euros en 2019, soit une hausse de 4,3%, intégrant la contribution d’Epsilon. L’impact du plan de réduction de coûts annoncé en avril a été de 286 millions d’euros au 1er semestre, sur une base de coûts comparable et hors coûts d’acquisition d’Epsilon. Le taux de marge ressort à 19,3% du revenu net (20,3% au premier semestre 2019). * Les charges de personnel atteignent 3 224 millions d’euros au 30 juin 2020, en hausse de 12,0% par rapport à 2 879 millions d’euros l’année dernière. Cette hausse est le reflet de l’intégration d’Epsilon au premier semestre, ainsi que de la poursuite de l’investissement dans la transformation du Groupe. Elle a été partiellement compensée par l’impact des premières mesures du plan de réduction de coûts. En pourcentage du revenu net, les charges de personnel atteignent 67,5% au premier semestre 2020, contre 66,1% au premier semestre 2019. Les coûts fixes de personnel de 2 862 millions d’euros représentent 59,9% du revenu net contre 57,7% au premier semestre 2019. En base comparable, les coûts fixes de personnel ont diminué de 61 millions d’euros sur le semestre, grâce aux mesures prises par le Groupe comme le gel des embauches, la pause dans les promotions internes, la réduction de la semaine de travail ou les baisses volontaires de salaire. Par ailleurs, le Groupe a décidé de limiter le recours aux free-lances. En conséquence, le coût des free-lances a diminué de 43 millions d’euros au premier semestre 2020 sur une base comparable, et représente 141 millions d’euros. Les coûts de restructuration atteignent 69 millions d’euros au premier semestre (61 millions d’euros en 2019), reflétant les charges supplémentaires liées au plan de réduction des coûts.   * Les autres charges opérationnelles (hors amortissements) sont de 1 131 millions d’euros et se comparent à 1 104 millions d’euros au premier semestre 2019. Ce poste représente 23,7% du revenu net à comparer à 25,4% l’année dernière, ce qui implique que les mesures de réduction des coûts font plus que compenser l'impact défavorable de la structure des coûts d'Epsilon sur ce ratio. Le Groupe a pu réaliser des économies significatives sur ce poste au premier semestre 2020, grâce aux actions menées dans le cadre du plan de réduction des coûts, et grâce à certaines dépenses qui ont été réduites de manière drastique pendant les périodes de confinement. Cela a notamment été le cas pour les dépenses liées aux voyages, aux recrutements et aux séminaires.La dotation aux amortissements est de 301 millions d’euros au premier semestre 2020, en hausse de 10,3% par rapport à 2019. La hausse est principalement imputable à l’intégration d’Epsilon sur le semestre.La marge opérationnelle s’élève à 622 millions d’euros au 30 juin 2020, en hausse de 1,6% par rapport au 30 juin 2019. Le taux de marge opérationnelle ressort ainsi à 13,0%, en baisse de 110 points de base par rapport à 14,1% au premier semestre 2019. En excluant les coûts d’acquisition d’Epsilon au premier semestre 2019, le taux de marge opérationnelle est en baisse de 200 points de base. Ceci résulte de la forte baisse de la croissance organique du Groupe, engendrée par la crise du Covid-19, toutefois partiellement compensée par une réduction de 6,4% de la base de coûts.Les taux de marge opérationnelle par grande zone géographique reflètent les défis auxquels ont été confrontées les régions dans le contexte de pandémie mondiale au 1er semestre 2020. Les taux de marge opérationnelle s’élèvent à 1,8% pour l’Europe, 16,4% pour l’Amérique du Nord, 22,5% pour l’Asie-Pacifique, 5,7% pour l’Amérique Latine et 3,0% pour la région Afrique/Moyen-Orient.Les amortissements sur immobilisations incorporelles liées aux acquisitions sont de 142 millions d’euros sur le semestre, contre 27 millions d’euros au premier semestre 2019. Cette augmentation est liée à l’amortissement des actifs incorporels d’Epsilon à partir du 1er juillet 2019 ainsi qu’à l’amortissement des marques valorisées lors des acquisitions. Ces dernières sont amorties depuis le 1er juillet 2019, suite à la mise en place de la nouvelle organisation pays. Les pertes de valeur s’élèvent à 231 millions d’euros, et sont exclusivement liés au plan de consolidation immobilière « All in One », qui amène une réduction du nombre de sites, tout en permettant une meilleure collaboration entre les équipes. Au premier semestre 2019, la perte de valeur s’élevait à 113 millions d’euros (dont 90 millions d’euros liés au plan « All in One »). Les autres charges et produits non courants représentent un produit de 5 millions d’euros au 30 juin 2020, contre un produit de 17 millions d’euros l’année dernière.Le résultat opérationnel s’élève à 254 millions d’euros sur le semestre, contre 489 millions d’euros au 30 juin 2019.Le résultat financier, composé du coût de l’endettement financier net et d’autres charges et produits financiers, est une charge de 92 millions d’euros au premier semestre 2020, contre une charge de 1 million d’euros l’année dernière. La charge (nette de produits) sur l’endettement financier net est de 48 millions d’euros sur le semestre, incluant 51 millions d’euros d’intérêts sur la dette d’acquisition d’Epsilon. Au premier semestre 2019, l’endettement financier net avait généré un produit (net de charges) de 15 millions d’euros. Les autres charges et produits financiers représentent une charge de 44 millions d’euros, et comprennent notamment 40 millions d’euros d’intérêts sur les obligations locatives. Les autres charges et produits financiers étaient une charge de 16 millions d’euros au 30 juin 2019, incluant une charge de 30 millions d’euros d’intérêts sur les obligations locatives ainsi qu’un produit de 19 millions d’euros de réévaluation de la juste valeur des Fonds Communs de Placement.La réévaluation des earn-outs se traduit par un produit de 2 millions d’euros à comparer à une charge de 1 million d’euros au premier semestre 2019.La charge d’impôt est de 39 millions d’euros au 30 juin 2020, correspondant à un taux d’impôt effectif prévisionnel sur l’année de 25,0%, contre 136 millions d’euros l’année dernière, qui correspondait à un taux d’impôt effectif prévisionnel sur l’année de 25,8%.La quote-part dans le résultat des sociétés mises en équivalence est une perte de 2 millions d’euros sur le premier semestre, à comparer à une perte de 5 millions d’euros l’année précédente. La part des intérêts minoritaires dans le résultat du Groupe est un produit de 13 millions d’euros au 30 juin 2020 contre une perte de 1 million d’euros au 30 juin 2019.Au total, le résultat net part du Groupe est de 136 millions d’euros à fin juin 2020 contre 345 millions d’euros à fin juin 2019.Free cash-flowEn millions d’euros S1 2020 S1 2019 EBITDA 923 885 Intérêts financiers payés (nets) (81) 33 Remboursement des obligations locatives et intérêts associés (234) (214) Impôts payés (74) (190) Autres 34 42 Flux de trésorerie générés par l’activité avant variation du BFR 568 556 Investissements en immobilisations (nets) (73) (65) Free cash-flow avant variation du BFR 495 491 Le free cash-flow du Groupe, avant variation du besoin en fonds de roulement, est en légère hausse de 0,8%, à 495 millions d’euros, contre 491 millions d’euros au premier semestre 2019. Les intérêts financiers incluent notamment les intérêts relatifs à la dette d’acquisition d’Epsilon. Les impôts payés sont de 74 millions d’euros, en baisse comparés aux 190 millions d’euros du premier semestre 2019, en raison de délais de paiement accordés par certains pays. La hausse des investissements nets en immobilisations est en grande partie liée à Epsilon. Le Groupe est très sélectif dans sa politique d’investissement, favorisant les dépenses informatiques, notamment dans le cadre des initiatives de travail à distance prises au second trimestre.Endettement netL’endettement financier net s’établit à 3 221 millions d’euros au 30 juin 2020 à comparer à 2 713 millions d’euros au 31 décembre 2019. La dette nette moyenne du Groupe sur le semestre s’élève à 3 684 millions d’euros contre 550 millions d’euros sur le premier semestre 2019. L’augmentation de la dette nette moyenne du Groupe résulte principalement de l’acquisition d’Epsilon pour un montant de 4,5 milliards de dollars. NEW BUSINESS EUROPE Longchamp (Media), Intersnack (Media), E.ON (Digital), Disney (Media), Vision Express (Creative), McDonald's (Technology), Biotherm (Creative), Sephora (CRM), Helmholtz-Gemeinschaft (Brand), Kingfisher France - Castorama (Creative), Ascensia (Technology), FCA (Creative), Société Générale (CRM), OPPO Mobile Telecommunication (Creative), COS (Digital), TOUS (Technology), Swissbankers (Creative), RATP (Technology), Daimler (Technology), Deutsche Post (DHL) (Technology), Novartis International (Technology), Greystar (Digital), Slimming World (Digital), Expedia (Digital), Premier Inn (Creative), Tesco (Creative), ING Financial Services (Creative), Mugler Parfums (Creative)AMERIQUE DU NORD Sephora (Media), Bank of America (Media, Creative), Tailored Brands (Media), Reckitt Benckiser (Media), U.S. Cellular (Media, Creative), H&R Block (Digital Media, Digital Creative and Social), Aldi (Media), AFLAC (Digital),  Whirlpool (Media), Bass Pro Shops (Media), Audi of America (Media), Pharma Vite - Nature Made (Creative), New York Life (Media, Digital Media AOR), Edgewell (Media), Abbvie (Creative strategy), Lowe's (Media), FCA (Digital), Blue Apron (Media), Ste Michelle Wine Estates (Creative), T-Mobile (Technology), Academy Sports and Outdoors (Technology), Edward Jones (Technology), Health Resources and Services Administration (HRSA) (Technology), Kellogg Company (Technology), Marriott (Technology), Mercedes-Benz USA (Technology), MGM Resorts (Technology), National Cancer Institute (NCI) (Technology), Nissan Motor Company (Technology), Polaris (Technology), Verizon Wireless Digital (Technology), WL Gore (Technology), AbbVie (Health), Roche (Health), Allergan (Health), Heineken Canada (Creative)ASIE-PACIFIQUE/MOYEN ORIENT/AFRIQUE FCA (Creative, Media), McDonald's (Media, Creative, Technology), Foxtel (Creative), Miral Asset Management (Technology), Samsung.com (Creative), Sanofi (Creative), Nestlé (Creative, Technology), Majid Al Futtaim Holding (Technology), Samsung (Creative), Hero (Media), Volvo (Media), Prudential Holdings (Technology), MasterCard International (Technology), SA Tourism (Creative)AMERIQUE LATINE DIRECTV (Media & Performance AOR), Coca-Cola (Creative), Electrolux (Creative), Mondelez (Creative), GSK Consumer Health (Creative), P&G (Creative, Digital, Technology), CCR (Creative), Ambev (Creative), Claro (Digital), Enel (Creative), Toyota (Creative), L’Oréal (Digital Creative), Bradesco (Creative), Nestlé (Creative), Nutresa (CRM)GLOBAL Jollibee (Creative), Enel (Creative), Loblaw Digital (Technology),  Unilever (Technology), Tesco (Technology), Marriott International (Technology), General Pension and Social Security Authority (Technology), Farah Experiences (Technology), Nissan International (Technology), Royal Canin (Technology), Worldpay (Technology), Philip Morris Products OC Division (Technology), Carrefour (Technology), Bang & Olufsen (Technology), FWD Group Management Holdings (Technology) MARCEL Publicis Groupe a accéléré le déploiement mondial de Marcel au début de la pandémie pour connecter tous ses talents à travers le monde et leur permettre d’échanger pendant la période de confinement ainsi que d'accéder à toutes les ressources du Groupe. Après le lancement au Royaume-Uni, Marcel a été déployé aux États-Unis en avril, 90 % des équipes ayant adopté la plateforme en moins d'un mois.  Marcel a ensuite été lancé dans les autres pays dans les semaines qui ont suivi. Aujourd’hui, 60 000 collaborateurs du Groupe sont connectés à la plateforme. Tous les talents de Publicis à travers le monde disposent d’une façon unique de partager leur expertise, d'apprendre, de collaborer et de contribuer aux missions des clients. Marcel est la destination exclusive des opportunités disponibles au sein de l'entreprise, offrant également des "gigs" - des projets à court terme, où les employés peuvent lever la main pour contribuer à des missions qui correspondent à leurs compétences et quel que soit le pays dans lequel ils se trouvent.  Marcel est devenu un outil central pour identifier et allouer des ressources pour nos clients, former nos talents à ce nouveau monde, communiquer et parfois célébrer également. Marcel a permis au Groupe d’organiser virtuellement ses Cannes-Do Awards le mois dernier, pour continuer à célébrer la créativité, même dans une année où la plupart des remises de prix ont été annulées. Grâce à Marcel, 1 400 campagnes ont été soumises à un jury interne, sélectionnées ensuite par 15 000 votes des collaborateurs à travers le monde. La cérémonie a ensuite été retransmise en direct et en exclusivité sur Marcel.En outre, Marcel a permis d’organiser la journée « Pausing for Action », organisée le 17 juin aux Etats-Unis qui a rassemblé 18 000 employés pour une journée d'écoute, d'apprentissage et de réflexion sur la manière de renforcer les actions du Groupe Publicis en matière de diversité et d'inclusion.DIVERSITE ET INCLUSIONA la suite de la journée « Pausing for Action », le Groupe Publicis s'est engagé à mettre en œuvre sept actions aux États-Unis, pour mesurer et suivre les progrès réalisés en matière de Diversité et d’Inclusion. Parmi ces actions, un investissement de 45 millions d'euros sur trois ans dans la diversité, l'inclusion et la justice sociale, le suivi d’indicateurs, l’accès à des programmes de formation, la création d’un Conseil pour faire progresser la diversité, composé de membres du groupe, de clients et de représentants externes, pour mesurer les progrès et évaluer les actions de manière continue. Le Groupe a publié ses premiers chiffres sur la diversité aux États-Unis, le 1er juillet.ACQUISITIONS ET CESSIONSIl n’y a pas eu de transaction significative sur la période.PERSPECTIVESLe plein impact de la crise actuelle sur l’économie reste à ce stade largement inconnu. Ceci génère de nombreuses incertitudes et rend ainsi difficile la communication d’une prévision spécifique pour le second semestre 2020.En ce qui concerne l’évolution du revenu net, le second trimestre pourrait être le point bas, mais il est prématuré de dire si le second semestre sera meilleur ou pire que le premier, considérant que certains pays se rétabliront plus vite que d’autres, et que les clients réagiront différemment.Le taux de marge opérationnelle du deuxième semestre sera supérieur à celui du premier semestre, tout en prenant en compte l’impact défavorable de certains facteurs : certaines charges opérationnelles seront en hausse au fur et à mesure de la réouverture des pays, et par ailleurs le Groupe continuera d’investir dans son modèle. Alors que nous abordons le second semestre, le Groupe est déterminé à limiter l’impact des coupes budgétaires de ses clients, à accélérer le déploiement de sa nouvelle offre tout en continuant à adapter sa base de coûts à l’évolution du revenu.                                                                       *                  *                                                                                 * AvertissementCertaines informations autres qu’historiques contenues dans le présent document sont susceptibles de constituer des déclarations prospectives ou des prévisions financières non auditées. Ces déclarations prospectives et prévisions sont sujettes à des risques et des aléas pouvant se traduire, ultérieurement, par des données réelles substantiellement différentes. Ces déclarations prospectives et prévisions sont présentées à la date du présent document et Publicis Groupe n’assume aucune obligation quant à leur mise à jour du fait d’informations ou d’événements nouveaux ou de toute raison autre que les réglementations applicables. Publicis Groupe vous invite à prendre connaissance avec attention des informations relatives aux facteurs de risques susceptibles d’affecter son activité telles que figurant dans son Document d’Enregistrement Universel déposé auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF), consultable notamment sur le site de Publicis Groupe (www.publicisgroupe.com), y compris une conjoncture économique défavorable, un secteur extrêmement concurrentiel, les risques liés à la confidentialité des données personnelles, la dépendance de l’activité du Groupe envers ses dirigeants et ses collaborateurs, les risques liés aux opérations de fusions et acquisitions, les risques liés à la défaillance des systèmes d’information et de  cybercriminalité, la possibilité que nos clients remettent nos contrats en cause très rapidement, les risques liés à la réorganisation du Groupe, les risques de litiges, de procédures gouvernementales, judiciaires ou d’arbitrage, les risques liés à la notation financière du Groupe et les risques de liquidité.À propos de Publicis Groupe - The Power of OnePublicis Groupe [Euronext Paris FR0000130577, CAC 40] est un leader mondial de la communication. Le Groupe est présent sur l’ensemble de la chaîne de valeur, du conseil à l’exécution, en combinant la transformation marketing et la transformation digitale des entreprises. Publicis Groupe se positionne comme le partenaire privilégié dans la transformation de ses clients pour leur permettre de créer une expérience personnalisée à grande échelle. Le Groupe repose sur dix expertises regroupées au sein de quatre activités principales : la Communication, les Medias, la Data, et la Technologie. Il propose à ses clients une organisation unifiée et fluide leur facilitant l’accès à l’ensemble de ses expertises dans chacun de ses marchés. Le Groupe est présent dans plus de 100 pays et compte environ 80 000 collaborateurs. www.publicisgroupe.com | Twitter:@PublicisGroupe | Facebook | LinkedIn | YouTube | Viva la Difference!  Contacts Publicis Groupe   Delphine Stricker Alessandra Girolami Corporate Communications Investor Relations \+ 33 (0)6 38 81 40 00 \+ 33 (0)1 44 43 77 88 delphine.stricker@publicisgroupe.com alessandra.girolami@publicisgroupe.com Brice Paris Investor Relations \+ 33 (0)1 44 43 79 26 brice.paris@publicisgroupe.com AnnexesRevenu net : Calcul de la croissance organique(en millions d’euros) T1 T2 6 mois   Impact des taux de change au 30 juin 2020 (en millions d’euros) Revenu net 2019 2 118 2 234 4 352   GBP (2) 0 Impact des taux de change (2) 33 (1) 32   USD (2) 57 Revenu net 2019 au taux de change 2020 (a) 2 151 2 233 4 384   Autres (25) Revenu net 2020 avant acquisitions (1) (b) 2 088 1 943 4 031   Total 32 Revenu net des acquisitions (1) 393 350 743     Revenu net 2020 2 481 2 293 4 774     Croissance organique (b/a) -2,9% -13,0% -8,0%     (1) Acquisitions (Digitas AffinityID, Soft Computing, Rauxa, E2 Media, Epsilon, RDL, SearchForce, McCready Bale Media, Sapient i.7, Third Horizon), nettes de cessions.(2) EUR = USD 1,101 en moyenne au S1 2020 vs. USD 1,130 en moyenne au S1 2019 EUR = GBP 0,873 en moyenne au S1 2020 vs. GBP 0,873 en moyenne au S1 2019 DéfinitionsRevenu net : Revenu après déduction des coûts refacturables aux clients. Ces coûts concernent essentiellement des activités de production et de média, ainsi que des frais divers à la charge des clients. Ces éléments refacturables aux clients ne faisant pas partie du périmètre d’analyse des opérations, l’indicateur revenu net est le plus pertinent pour la mesure de la performance opérationnelle des activités du Groupe.Croissance organique : Variation du revenu net, hors impact des acquisitions, des cessions et des variations de taux de change.EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization) : Marge opérationnelle avant amortissements.Marge opérationnelle : Revenu après déduction des charges de personnel, autres charges opérationnelles (hors autres produits et charges non courants) et dotations aux amortissements (hors incorporels liés aux acquisitions).Taux de marge opérationnelle : Marge opérationnelle exprimée en pourcentage du revenu net.Résultat net courant part du Groupe : Résultat net part du Groupe après élimination des pertes de valeur/charge de consolidation immobilière, de l'amortissement des incorporels liés aux acquisitions, des principales plus ou (moins)-values de cession, de la variation de juste valeur des actifs financiers, de l’impact de la réforme fiscale américaine, de la réévaluation des earn-out et des frais d’acquisition d’Epsilon. BNPA (bénéfice net part du groupe par action) : Résultat net part du Groupe divisé par le nombre moyen d’actions sur une base non diluée.BNPA Courant dilué (bénéfice net courant part du groupe par action dilué) : Résultat net courant part du groupe divisé par le nombre moyen d’actions sur une base diluée.Investissements (capex) : Acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles nettes hors participations et autres actifs financiers.Free cash-flow avant variation de BFR : Flux nets de trésorerie générés par l’activité après produits financiers reçus & intérêts financiers décaissés, remboursement des engagements sur loyers et intérêts liés, et variation de BFR lié à l’activité. Free cash-flow : Flux nets de trésorerie générés par l’activité après produits financiers reçus & intérêts financiers décaissés et remboursement des engagements sur loyers et intérêts liésDette nette (ou dette financière nette) : Somme des dettes financières long et court terme et des dérivés de couverture associés, déduction faite de la trésorerie et des équivalents de trésorerie.Dette nette moyenne : Moyenne des dettes nettes moyennes mensuelles fin de mois.Dividend pay-out : Dividende unitaire / BNPA Courant dilué. Compte de résultat consolidé(en millions d’euros)   30 30 juin 2020 (6 mois) (6mois) 30 juin 2019 (6 mois) 31 décembre 2019 (12 mois) Revenu net3   4 774 4 352 9 800 Revenu des coûts refacturables   504 516 1 201 Revenu   5 278 4 868 11 001 Charges de personnel Autres charges opérationnelles   (3 224) (1 131) (2 879) (1 104) (6 073) (2 683) Marge opérationnelle avant amortissements   923 885 2 245 Dotation aux amortissements (hors incorporels liés aux acquisitions)   (301) (273) (586) Marge opérationnelle   622 612 1 659 Dotation aux amortissements des incorporels liés aux acquisitions   (142) (27) (204) Perte de valeur   (231) (113) (209) Autres produits et charges non courants     5   17   21   Résultat opérationnel   254 489 1 267 Charges financières Produits financiers Coût de l'endettement financier net Autres charges et produits financiers Réévaluation des compléments de prix sur acquisitions   (95) 47 (48)  (44) 2 (52) 67 15  (16) (1) (137) 112 (25)  (66) (22) Résultat avant impôt des entreprises consolidées   164 487 1 154 Impôt sur le résultat   (39) (136) (305) Résultat net des entreprises consolidées   125 351 849 Quote-part dans les résultats des mises en équivalence   (2) (5) (5) Résultat net   123 346 844 Dont : \- Résultat net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle     (13) 1 3 Résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère du Groupe   136 345 841   Données par action (en euros) - Résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère du Groupe             Nombre d’actions   237 468 157 231 745 008 234 293 034 Bénéfice net par action   0,57 1,49 3,59           Nombre d’actions dilué   238 280 061 233 885 720 236 608 597 Bénéfice net par action – dilué   0,57 1,48 3,55 Etat de résultat global consolidé(en millions d’euros)   30 juin 2020 (6 mois) 30 juin 2019 (6 mois) 31 décembre 2019 (12 mois) Résultat net de la période (a)   123 346 844             Eléments du résultat global qui ne seront pas reclassés en résultat           \- Gains (et pertes) actuariels sur régime à prestations définies   (24) (45) (29) \- Impôts différés relatifs aux éléments du résultat global qui ne seront pas reclassés en résultat   4 11 5   Eléments du résultat global susceptibles d’être reclassés en résultat           \- Réévaluation des instruments de couverture   (134) (35) (84) \- Ecarts de conversion de consolidation   (133) 48 78 Total des autres éléments du résultat global (b)   (287) (21) (30)           Résultat global de la période (a) + (b)   (164) 325 814 Dont :         \- Résultat global de la période attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle     (10) 1 3 \- Résultat global de la période attribuable aux propriétaires de la société mère du Groupe     (154) 324 811 Bilan consolidé(en millions d’euros)   30 juin 2020 31 décembre 2019 Actif       Écarts d'acquisition nets   11 526 11 629 Immobilisations incorporelles nettes   1 852 1 979 Droits d’utilisation relatifs aux contrats de location   1 831 2 122 Immobilisations corporelles nettes   657 720 Impôts différés actifs   208 143 Titres mis en équivalence   26 32 Autres actifs financiers   220 218 Actifs non courants   16 320 16 843 Stocks et en-cours de production   328 411 Clients et comptes rattachés   7 402 10 233 Actifs sur contrats   1 091 1 002 Autres créances et actifs courants   740 757 Trésorerie et équivalents de trésorerie   3 743 3 413 Actifs courants   13 304 15 816         Total de l'actif   29 624 32 659 Passif       Capital     96 96 Réserves consolidées, part du Groupe   6 934 7 305 Capitaux propres attribuables aux propriétaires de la société mère du Groupe (Part du Groupe)   7 030 7 401 Participations ne donnant pas le contrôle (Intérêts minoritaires)   (21) (9) Total capitaux propres   7 009 7 392   Dettes financières à plus d’un an   6 274   4 286 Obligations locatives à plus d’un an   2 061 2 196 Impôts différés passifs   314 413 Provisions à long terme   517 426 Passifs non courants   9 166 7 321   Fournisseurs et comptes rattachés         9 914 13 411 Passifs sur contrats   331 353 Dettes financières à moins d’un an   253 1 602 Obligations locatives à moins d’un an   333 336 Dettes d'impôts sur les sociétés   373 351 Provisions à court terme   177 170 Autres dettes et passifs courants   2 068 1 723 Passifs courants   13 449 17 946         Total du passif   29 624 32 659 Tableau des flux de trésorerie consolidés(en millions d’euros) 30 juin 2020 (6 mois) 30 juin 2019 (6 mois) 31 décembre 2019 (12 mois)     Flux de trésorerie liés à l’activité         Résultat net 123 346 844   Neutralisation des produits et charges calculés :         Impôt sur le résultat 39 136 305   Coût de l'endettement financier net 48 (15) 25   Moins-values (plus-values) de cession d'actifs (avant impôt) (5) (18) (20)   Dotation aux amortissements et pertes de valeur 674 413 999   Rémunérations fondées sur des actions 28 37 49   Autres produits et charges calculés 47 21 88   Quote-part de résultat des sociétés mises en équivalence 2 5 5   Dividendes reçus des sociétés mises en équivalence 2 2 2   Impôt payé (74) (190) (349)   Variation du besoin en fonds de roulement lié à l’activité (1) (853) (826) 394   Flux net de trésorerie liés à l’activité (I) 31 (89) 2 342   Flux de trésorerie liés aux opérations d’investissement         Acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles (83) (68) (232)   Cessions d'immobilisations corporelles et incorporelles 10 3 7   Acquisitions nettes d'immobilisations financières (7) 12 20   Acquisitions de filiales (37) (117) (4 143)   Cessions de filiales 2 87 88             Flux net de trésorerie liés aux opérations d’investissement (II) (115) (83) (4 260)   Flux de trésorerie liés aux opérations de financement         Dividendes versés aux actionnaires de la société mère \- \- (285)   Dividendes versés aux participations ne donnant pas le contrôle (4) (8) (12)   Encaissements provenant de nouveaux emprunts 2 091 2 257 3 413   Remboursement des emprunts (1 436) (324) (485)   Remboursement des dettes locatives (194) (184) (403)   Intérêts payés sur obligations locatives (40) (30) (77)   Intérêts financiers payés (106) (45) (96)   Intérêts financiers encaissés 25 78 107   Rachats de participations ne donnant pas le contrôle \- (35) (40)   (Achats)/Ventes nets d'actions propres et exercice de BSA 3 (2) 7   Flux net de trésorerie liés aux opérations de financement (III)  339 1 707 2 129   Incidence des variations de taux de change (IV) 75 2 4   Variation de la trésorerie consolidée (I + II + III + IV) 330 1 537 215 Trésorerie et équivalents de trésorerie au 1er janvier 3 413 3 206 3 206 Soldes créditeurs de banques au 1er janvier (6) (14) (14) Trésorerie à l'ouverture (V) 3 407 3 192 3 192 Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture 3 743 4 744 3 413 Soldes créditeurs de banques à la clôture (6) (15) (6) Trésorerie à la clôture (VI) 3 737 4 729 3 407 Variation de la trésorerie consolidée (VI – V) 330 1 537 215  (1)  Détail de la variation du besoin en fonds de roulement lié à l’activité          Variation des stocks et en-cours de production 67 (51) (14) Variation des créances clients et autres créances 2 605 390 (529) Variations des dettes fournisseurs, autres dettes et provisions (3 525) (1 165) 937 Variation du besoin en fonds de roulement lié à l’activité (853) (826) 394 Tableau de variation des capitaux propres consolidésNombre d'actions en circulation (en millions d’euros) Capital social   Réserves liées au capital Réserves et résultats consolidés Réserve de conversion   Réserve de juste valeur Capitaux propres attribuables  aux proprié-taires de la société mère Participations ne donnant pas le contrôle Total capitaux propres       236 956 827 31 décembre 2019 96 4 137 3 240 (185) 113 7 401 (9) 7 392     Résultat net     136     136   (13) 123     Autres éléments du résultat global nets d’impôts         (136) (154) (290) 3 (287)     Total des produits et charges de la période - - 136 (136) (154) (154) (10) (164)     Dividendes     (273)     (273) (4) (277)   274 325 Rémunérations fondées sur des actions nettes d’impôts     28     28   28     Effet des acquisitions et des engagements de rachat des participations ne donnant pas le contrôle     0     0 2 2   1 602 Exercices de Bons de Souscription d’Actions \- 0 0     0   0   1 164 001 (Achats)/Ventes d’actions propres     28     28   28   238 396 755 30 juin 2020 96 4 137 3 159 (321) (41) 7 030 (21) 7 009   Nombre d'actions en circulation (en millions d’euros) Capital social   Réserves liées au capital Réserves et résultats consolidés Réserve de conversion   Réserve de juste valeur Capitaux propres attribuables  aux proprié-taires de la société mère Participations ne donnant pas le contrôle Total capitaux propres        231 240 308 31 décembre 2018 94 3 926 2 875 (263) 221 6 853 - 6 853     Résultat net     345     345 1 346     Autres éléments du résultat global nets d’impôts       48 (69) (21)   (21)     Total des produits et charges de la période - - 345 48 (69) 324 1 325     Dividendes     (490)     (490) (8) (498)   522 277 Rémunérations fondées sur des actions nettes d’impôts     37     37   37     Effet des acquisitions et des engagements de rachat des participations ne donnant pas le contrôle     (30)     (30) (2) (32)   180 574 Exercices de Bons de Souscription d’Actions 0 5       5   5   534 301 Achats/Ventes d’actions propres     (7)     (7)   (7)   232 477 460 30 juin 2019 94 3 931 2 730 (215) 152 6 692 (9) 6 683   Bénéfice net par action (de base et dilué)(en millions d'euros, sauf les actions)   30 juin 2020 30 juin 2019   Bénéfice net retenu pour le calcul du BNPA       Résultat net part attribuable aux propriétaires de la société mère du Groupe A 136 345 Impact des instruments dilutifs :       -  Economies de frais financiers liés à la conversion des instruments de dettes, nettes d’impôt   \- \- Résultat net part du Groupe – dilué B 136 345   Nombre d’actions retenu pour le calcul du BNPA       Nombre d’actions au 1er janvier   240 437 061 235 249 801 Actions créées sur la période   46 238 130 156 Actions propres à déduire (moyenne sur la période)   (3 015 142) (3 634 949) Nombre d’actions moyen retenu pour le calcul C 237 468 157 231 745 008 Impact des instruments dilutifs :        \- Actions gratuites et stock-options dilutifs   714 961 1 728 566 \- Bons de Souscription d'Actions (BSA)   96 943 412 146 Nombre d’actions - dilué D 238 280 061 233 885 720 (en euros)       Bénéfice net par action A/C 0,57 1,49         Bénéfice net par action – dilué B/D 0,57 1,48 Bénéfice net courant par action (de base et dilué)(en millions d'euros, sauf les actions)   30 juin 2020 30 juin 2019   Bénéfice net retenu pour le calcul du BNPA courant (1)       Résultat net part du Groupe   136 345 Eléments exclus :       -  Amortissement des incorporels liés aux acquisitions, net d’impôt   107 20 -  Perte de valeur, nette d’impôt   173 90 -  Réévaluation des compléments de prix d’acquisition   (2) 1 -  Principales plus (moins) values de cession et d’ajustement de juste valeur des actifs financiers, nets d’impôts   3 (23) -  Coûts liés à l’acquisition d’Epsilon, nets d’impôts   0 30 Résultat net courant part du Groupe E 417 463 Impact des instruments dilutifs :       \- Economies de frais financiers liés à la conversion des instruments de dette, nettes d’impôt   \- \- Résultat net courant part du Groupe – dilué F 417 463         Nombre d’actions retenu pour le calcul du BNPA       Nombre d’actions au 1er janvier   240 437 061 235 249 801 Actions créées sur la période   46 238 130 156 Actions propres à déduire (moyenne sur la période)   (3 015 142) (3 634 949) Nombre d’actions moyen  retenu pour le calcul C 237 468 157 231 745 008 Impact des instruments dilutifs :       \- Actions gratuites et stock-options dilutifs   714 961 1 728 566 \- Bons de Souscription d'Actions (BSA)   96 943 412 146 Nombre d’actions - dilué (en euros) D   238 280 061 233 885 720 Bénéfice net courant par action (1) E/C 1,76 2,00         Bénéfice net courant par action – dilué (1) F/D 1,75 1,98 (1)           BNPA après élimination des pertes de valeur, de l’amortissement des incorporels liés aux acquisitions, des principales plus (moins)- values de cession et d’ajustement de juste valeur des actifs financiers, de la réévaluation des compléments de prix d’acquisition et des coûts liés à l’acquisition d’Epsilon.* * * 1 Avant variation du BFR 2 Hors activités arrêtées pendant le confinement, c’est-à-dire les activités d’affichage dans les transports et le Drugstore 1 Revenu net : Revenu après déduction des coûts refacturables aux clients. Ces coûts concernent essentiellement des activités de production et de média, ainsi que des frais divers à la charge des clients. Ces éléments refacturables aux clients ne faisant pas partie du périmètre d’analyse des opérations, l’indicateur revenu net est le plus pertinent pour la mesure de la performance opérationnelle des activités du Groupe.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages