La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    30 156,57
    +56,24 (+0,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

Comment la veste « Bar Mizza » raconte la passion de Christian Dior pour le léopard

Icône de la maison française, la veste « Bar » se griffe de l’imprimé léopard si cher à Christian Dior. Ce goût pour le motif animalier est par ailleurs loin d’être anodin. Histoire de mode. 12 février 1947. Christian Dior présente sa toute première collection dans les salons de la maison, situés sur la très chic avenue Montaigne, à Paris. Pour ce premier défilé, 90 silhouettes présenteront les lignes « Corolle » et « En Huit ». Ce jour-là, le couturier entrera dans la légende en inaugurant le New Look qui le rendra célèbre. Au programme : une féminité accentuée grâce à des jeux de volumes parfaitement orchestrés par la veste Bar, future icône de la griffe. Une merveille dont l’objectif est de sublimer la taille tout en adoucissant la silhouette de celle qui la porte grâce à ses épaules et basques parfaitement travaillées. À l’aube des années 50, deux ans à peine après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les femmes en quête de liberté sociétales et stylistiques tombent sous son charme. Lors de ce premier défilé, cette dernière est notamment présentée en version léopard. Un choix audacieux pour l’époque, mais qui ne doit rien au hasard. Lire aussi : Comment des voyantes ont poussé Christian Dior à créer sa maison de coutureClivant, l’imprimé léopard était un motif récurent des collections Christian Dior. Si le fondateur de la maison française en appréciait l’esthétique, c’est en grande partie grâce à sa collaboratrice et muse Mizza Brircard. Toute sa vie durant, le fondateur admira l’élégance de son amie, arborant voilettes, bijoux scintillants et toilettes sophistiquées. Après avoir travaillé chez Doucet et Balenciaga, elle sera finalement chargée de la chapellerie Christian Dior et le conseillera régulièrement sur ses créations. C’est d’ailleurs elle qui lui aurait proposé d’user de l’imprimé léopard pour sa première collection. Depuis, il fait partie de l’identité de la maison, étant réinterprété au gré des saisons, oscillant entre mesure et démesure, détails discrets et opulents. L’hommage de Maria Grazia Chiuri à Mizza Brircard Lorsqu’il fut question de travailler la fameuse veste Bar pour l’automne 2021, Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de la maison, savait qu’elle souhaitait rendre hommage à celle qui avait tant inspiré Christian Dior. La créatrice italienne propose ainsi sa version de l’imprimé léopard, inspiré d’un manteau issu des collections des années 50. Pour réaliser ce dessin, il a fallu imprimer les fils de chaîne avant qu’ils ne soient tissés pour donner à l’étoffe un effet chiné. Après le façonnage et le découpage méticuleux des tissus, l’assemblage donne vie à cette création baptisée « Bar Mizza ». Vous avez dit iconique ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles