La bourse ferme dans 4 h 28 min
  • CAC 40

    5 820,88
    +28,09 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 721,35
    +14,73 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    31 535,51
    +603,14 (+1,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,2032
    -0,0028 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    1 727,60
    +4,60 (+0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    40 705,92
    +824,17 (+2,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    985,55
    -1,10 (-0,11 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,72
    +0,08 (+0,13 %)
     
  • DAX

    14 084,91
    +72,09 (+0,51 %)
     
  • FTSE 100

    6 629,64
    +41,11 (+0,62 %)
     
  • Nasdaq

    13 588,83
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 901,82
    +90,67 (+2,38 %)
     
  • Nikkei 225

    29 408,17
    -255,33 (-0,86 %)
     
  • HANG SENG

    29 095,86
    -356,71 (-1,21 %)
     
  • GBP/USD

    1,3923
    +0,0003 (+0,02 %)
     

Quand les livres deviennent des objets de déco

Les beaux ouvrages ne prennent plus la poussière sur des étagères de bibliothèque mais ornent tables basses, consoles et autres commodes. Devenus des objets de décoration, ils sont des atouts esthétiques pour les intérieurs. Quant à savoir s’ils sont lus par leurs propriétaires, c’est une autre question.C’est ce que l’on appelle un « bad buzz ». Récemment, l’influenceuse Maddy Burciaga a été au cœur d’une polémique qui a enflammé la toile. Son fait d’armes ? Avoir fait la promotion de faux livres (Chanel, Dior etc) sur les réseaux sociaux, utilisés comme des objets de décoration. Car oui, il est tout à fait possible de se procurer des imitations d’ouvrages dans le commerce. Si l’illusion semble parfaite au regard de la couverture, une simple inspection du produit en question suffit pour démêler le vrai du faux. En lieu et place des pages, du vide. Les beaux livres que présentait Maddy Burciaga sur Instagram n’étaient en réalité que des boîtes en carton.Prix de la supercherie ? 19,99€ d’après l’intéressée. Un tarif peu ou prou semblable à celui de beaux livres d’éditeurs prestigieux dont les premiers coûts démarrent aux alentours de 30€. Un véritable scandale pour nombre d’artistes qui n’ont pas hésité à fustiger la jeune femme. Si la publication de Maddy Burciaga a été vivement critiquée, force est de reconnaître que cette dernière a réussi à illustrer une tendance qui fait fureur chez les influenceuses depuis un certain temps maintenant. Les livres, lorsqu’ils ne sont pas lus, deviennent des apparats pour la décoration d’intérieur. Bien sûr, dans une très grande majorité des cas, les ouvrages exposés ne sont pas factices mais bel et bien achetés dans une librairie. Toutefois, la question que beaucoup d’internautes se posent est la suivante : les livres ainsi mis en avant ont-ils été lus ou sont-ils simplement là pour faire joli ? Le doute subsiste et à cette interrogation, seuls peuvent répondre les propriétaires des dits objets.> À lire : Littérature : ces livres que neuf écrivaines transmettent à leurs enfantsEntre mode et architectureAu niveau des livres exposés, on remarque deux écoles. Ceux qui vont arborer des ouvrages de design et d’architecture et les autres, qui ornent leurs meubles de monographies de grandes marques de luxe. Chez les influenceuses, c’est souvent la deuxième catégorie qui transparaît dans leurs publications sur les réseaux sociaux. Chanel, Dior ou Tom Ford ne sont plus seulement des griffes que l’on retrouve sur des tenues et des accessoires. Ce sont également des noms que l’on affiche fièrement sur des livres de collection, aux atouts esthétiques indéniables.En anglais, cette mode a un nom. On parle en effet de « Coffee Table Book ». Comme son nom l’indique, les livres ainsi cités sont plus feuilletés pendant un temps mort que véritablement lus. On les compulse, on admire les illustrations qui sont la plupart du temps très soignées mais on ne lit pas vraiment les textes qui accompagnent l’ensemble. Le tailleur Chanel ? Généralement, son histoire est survolée et l’attention portée sur le travail du tweed est superficielle. Différentes placesDébarrassé de sa fonction première (culturelle, on s’entend), le beau livre de mode peut avoir plusieurs fonctions en décoration d’intérieur. Au même titre qu’un vase ou un plateau, il peut ainsi devenir un bibelot pour la table basse. Une alternative plutôt intéressante car ainsi exposé, il est susceptible d’attirer l’attention des convives lors des réceptions. Et donc être de nouveau consulté pour son contenu.Pour ceux qui souhaitent utiliser un bel ouvrage uniquement comme objet de déco, il existe plusieurs solutions. Sur une commode ou une console, il vient servir de support à d’autres éléments comme une bougie par exemple. Certains esprits un peu extravagants (et au budget assez conséquent) ont également tout loisir de transformer leur pile de beaux livres de mode en assise d’un nouveau genre. Malgré ces différentes fonctions, le livre dit « de déco » peut bien évidemment être lu de temps à autre. Car n’oublions pas, comme disait Frédéric Beigbeder, « dévorer des bouquins n’abîme pas les dents » !