La bourse ferme dans 6 h 7 min
  • CAC 40

    5 790,33
    +87,11 (+1,53 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 687,07
    +50,63 (+1,39 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2045
    -0,0042 (-0,35 %)
     
  • Gold future

    1 744,00
    +15,20 (+0,88 %)
     
  • BTC-EUR

    39 316,31
    +1 297,64 (+3,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    950,22
    +17,08 (+1,83 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,39
    +0,89 (+1,45 %)
     
  • DAX

    13 931,45
    +145,16 (+1,05 %)
     
  • FTSE 100

    6 592,95
    +109,52 (+1,69 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • GBP/USD

    1,3953
    +0,0030 (+0,22 %)
     

WhatsApp cherche à rassurer ses utilisateurs qui se tournent vers Signal et Telegram

·2 min de lecture
WhatsApp cherche à rassurer ses utilisateurs qui se tournent vers Signal et Telegram

En jargon d'entreprise, c'est ce qu'on appelle une procédure de gestion de crise. WhatsApp a tenté mardi 13 janvier de rassurer ses utilisateurs, inquiets à l'idée que la messagerie ne partage davantage de données avec sa maison mère Facebook — les nouvelles règles publiées la semaine dernière ayant suscité un mouvement de panique et des records d'inscription chez ses concurrents Signal et Telegram. "Avec toutes les rumeurs qui circulent, nous voulons répondre à certaines des questions les plus communes que nous avons reçues", écrit WhatsApp sur son site web, dans la rubrique "sécurité et confidentialité".

"Nous voulons dire clairement que la mise à jour n'affecte en aucune façon la confidentialité des messages échangés avec vos amis et votre famille", déclare la messagerie. Jeudi, WhatsApp a demandé à ses quelque deux milliards d'utilisateurs d'accepter de nouvelles conditions d'utilisation, lui permettant de partager plus de données avec sa maison-mère Facebook, sous peine de ne plus accéder à leur compte à partir du 8 février.

À lire aussi — L'appli de messagerie Signal, vantée par Elon Musk, voit son nombre d'utilisateurs augmenter

Les changements ne concernent que les conversations éventuelles avec des entreprises, assure WhatsApp, qui voulait "faire preuve de plus de transparence sur comment nous récoltons et utilisons les données".

Le groupe californien, qui tire ses immenses profits de la publicité ciblée sur Facebook et Instagram, a entrepris de dégager des revenus de ses messageries, comme Messenger, en permettant aux annonceurs de contacter leurs clients, voire d'y vendre directement leurs produits, comme c'est déjà le cas en Inde, son plus grand marché avec quelque 400 millions d'utilisateurs.

WhatsApp a cherché à rassurer les utilisateurs inquiets dans ce pays d'Asie du Sud, en publiant dans les journaux de mercredi un message, en pleine page, qui affirme notamment : "Le respect de votre vie privée est encrypté dans notre ADN".

WhatsApp, racheté par Facebook (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Wikipédia fête ses 20 ans avec de nombreux défis à relever
L'OMS se réunit en urgence pour émettre de nouvelles recommandations sur les variants du Covid-19
En Australie, Google bloque l'accès à des sites internet de médias "à titre expérimental"
Snapchat bannit à son tour définitivement Donald Trump de sa plateforme
Tesla doit rappeler 158 000 voitures aux États-Unis pour un défaut lié à la sécurité