La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 857,95
    -140,78 (-0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Sécheresse, inflation... Pourquoi le prix des sapins de Noël pourrait augmenter cette année

© MEHDI FEDOUACH / AFP

Confrontés comme tout un chacun à l'inflation et plombés par la sécheresse estivale, de nombreux producteurs de sapins de Noël n'ont d'autre choix que de répercuter ces coûts sur le prix de vente de leurs conifères. Certains commerçants pourraient toutefois décider de rogner sur leurs marges pour contenir la hausse.

C'est un incontournable des fêtes de fin d'année mais qui ne devrait pas échapper à l'inflation. Le sapin de Noël, pour lequel les Français consacrent en moyenne une trentaine d'euros, selon une étude de l'institut Kantar, pourrait coûter plus cher cette année. Une bien mauvaise nouvelle à tout juste un mois du réveillon de Noël.

>> LIRE AUSSI - Naturel ou artificiel... Pour un Noël écologique, quel type de sapin choisir ?

Divers facteurs doivent être considérés pour expliquer cette situation. Et notamment les épisodes de sécheresse qui ont envahi l'Hexagone tout au long de l'été. "Cela a déshydraté nos cultures et ça les a affaiblies à l'entrée de l'hiver. Il y a eu beaucoup de mortalité dans certaines productions et il a fallu replanter tout ce qui avait péri", explique auprès d'Europe 1 Frédéric Naudat, président de l'Association française du sapin de Noël naturel.

Une hausse qui ne devrait pas excéder 10%

De quoi enclencher un cercle vicieux puisque la replantation nécessite l'usage de divers engins motorisés. Dans un contexte de hausse du prix des carburants, la facture finale est fatalement bien plus élevée pour les producteurs. D'autant qu'il faut ensuite procéder à l'expédition des sapins. "Et on ne met pas beaucoup de sapins dans un camion", souligne Frédéric Naudat.

>> LIRE AUSSI - À Strasbourg, le marché de Noël s'ouvre vendredi sur fond d'inflation et de crise énergétique

Le spécialiste du secteur pointe enfin une hausse du "coût d'emballage" est...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Thierry Bros : "La question est : serons-nous en capacité lorsqu’on va appuyer sur le bouton, d’avoir de l’électricité cet hiver ?"