La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    38 822,64
    -2 676,02 (-6,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Australie : après le dynamitage d’un site aborigène historique, le n°1 d’un géant minier démissionne

·2 min de lecture

Le patron du géant minier Rio Tinto tire sa révérence. Après un scandale retentissant lié au dynamitage d'un site historique de la communauté aborigène en Australie, Simon Thompson a annoncé sa démission. L'émoi suscité par ce dynamitage dans l'Etat d'Australie Occidentale de la grotte de Juukan Gorge, un site vieux de 46.000 ans considéré comme sacré par les peuples Puutu Kunti Kurrama et Pinikura (PKKP), avait déjà conduit à la démission en septembre du patron de Rio Tinto, le Français Jean-Sébastien Jacques, et de deux autres hauts dirigeants.

M. Thompson a noté que les succès engrangés par le groupe en 2020, qui l'ont conduit à verser un dividende record aux investisseurs, ont été "éclipsés" par le scandale. "En tant que président, je suis au final responsable des manquements qui ont conduit à cet événement tragique", a-t-il dit dans un communiqué. M. Thompson indique qu'il ne se représentera pas lors de l'assemblée générale prévue en 2022 et qu'une période de transition sera mise en place en attendant la désignation d'un successeur.

>> A lire aussi - Le géant minier BHP autorisé à détruire 40 sites aborigènes en Australie

Il a qualifié la destruction du site de "source de tristesse personnelle et de profond regret, ainsi que de violation flagrante des valeurs de notre entreprise". L'entreprise souhaitait, grâce au dynamitage, agrandir une mine de minerai de fer. Avant l'opération, avalisée par les autorités de l'Etat, les PKKP disent avoir "alerté" sur le fait que les explosifs détruiraient des formations rocheuses historiques, et que Rio Tinto aurait pu protéger le site.

>> Retrouvez ici nos Conseils Bourse du jour

Considéré comme sacré par les PKKP, il abritait plusieurs objets aborigènes parmi les plus anciens retrouvés en Australie. Une enquête parlementaire a recommandé fin 2020 que le groupe anglo-australien dédommage les PKKP, reconstruise le site détruit et s'engage à respecter un moratoire permanent en matière d'exploitation minière dans la région.

>> A (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

SpaceX : un milliardaire va offrir 8 tickets pour venir avec lui dans l'espace
L'armée australienne et Boeing testent un avion de chasse révolutionnaire
Edenred (tickets restaurants) sur le fil du rasoir : le conseil Bourse du jour
Galileo : Thales signe le contrat de satellites, suspendu pour Airbus !
Taux d’intérêt : quand la BCE reprend un tube de Daft Punk