Marchés français ouverture 2 h 1 min

Wall Street recule après un durcissement de la guerre commerciale

AFP
Wall Street hésite, déçue par les banques

New York (AFP) - Wall Street a démarré la séance en baisse mercredi, inquiète de l'annonce de nouvelles taxes douanières américaines sur 200 milliards de dollars de produits importés de Chine.

Vers 13H50 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 0,57%, à 24.778,18 points.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, lâchait 0,55%, à 7.716,28 points.

L'indice élargi S&P 500 reculait de 0,51%, à 2.779,64 points.

La place new-yorkaise avait terminé en hausse mardi, les marchés délaissant à ce moment-là les craintes de guerre commerciale pour se concentrer sur la saison des résultats trimestriels d'entreprises qui s'annoncent solides: le Dow Jones avait pris 0,58% et le Nasdaq 0,04%.

L'administration américaine a tiré une nouvelle salve dans la guerre commerciale qui l'oppose à la Chine en dressant une liste supplémentaire de produits chinois importés d'un montant de 200 milliards de dollars par an qu'ils menacent de taxer dès septembre.

L'impact de cette annonce a été ressenti sur la plupart des places mondiales, faisant chuter les Bourses chinoises de plus de 1% à la clôture et évoluer dans le rouge la plupart des places européennes en cours de séance.

"Les marchés mondiaux sont à nouveau sous pression en raison des incertitudes liées au commerce", ont résumé les analystes de Wells Fargo.

D'autant que Donald Trump pourrait ne pas s'arrêter-là puisque le président américain avait indiqué qu'il pourrait taxer plus de 200 milliards de dollars d'importations supplémentaires.

Au total, les taxes pourraient ainsi s'appliquer sur plus de 450 milliards de marchandises chinoises. Celles-ci ont représenté dans leur ensemble 505 milliards de dollars en 2017 et le solde des échanges entre les deux pays s'est traduit l'an dernier par un déficit de 375 milliards de dollars aux dépens des Etats-Unis.

"Bien qu'une reprise des pourparlers semble peu probable pour le moment, une opposition au sein des Etats-Unis contre la guerre commerciale pourrait favoriser cette reprise" des discussions, ont affirmé les économistes d'Oxford Economics.

De plus, la Chine pourrait, sous la pression des Etats-Unis, "finir par réaliser des compromis sur ses politiques industrielles et technologiques", ont-ils poursuivi.

Mais sans la reprise des discussions, "une nouvelle escalade des tensions semble inévitable", ont-il ajouté.

Du côté des indicateurs, les prix à la production américains ont progressé plus que prévu en juin, tirés essentiellement par le secteur des services avec des marges importantes dans les ventes au détail de carburants, a indiqué mercredi le département du Travail.

Le marché obligataire évoluait en ordre dispersé: le rendement sur la dette américaine à 10 ans montait à 2,851%, contre 2,849% mardi à la clôture, et celui à 30 ans baissait à 2,949%, contre 2,956% à la précédente fermeture.